Centre éducatif fermé : « Ils évitent la prison mais c’est leur dernière chance »

GARDE à VUE jeudi 29 novembre 2007

Par Mimissa Barberis



« Jeunes », « château », « art », « caméras » sont des mots qu’on a pris l’habitude d’associer à une célèbre émission de télévision pour grand public. Pas ici : les vidéos sont en circuit fermé et les jeunes n’aspirent pas à se faire connaître. L’endroit vers lequel je me dirige est le Centre éducatif fermé (CEF) de la Rouvelière qui a ouvert en 2005 à Allonnes, en périphérie du Mans. Lors de leur création, les CEF étaient une des mesures phare de la loi de programmation et d’orientation du garde des Sceaux Dominique Perben. Présentés comme une alternative à l’incarcération des mineurs, ces centres accueillent des délinquants récidivistes et multirécidivistes âgés de 13 à 18 ans, durant une période de six mois à un an. La Rouvelière étant situé à 10 minutes de chez moi, j’ai donc voulu voir de mes propres yeux de quoi il retournait exactement.

Lors mon arrivée je suis surprise par le cadre dans lequel est situé l’établissement : au milieu d’un bois, complètement retiré de l’espace urbain, loin de la société. De fait, l’atmosphère y est sereine, paisible. Ici, aucune clameur provenant de la rue, aucun écho de la ville n’est censé perturber les efforts que ces jeunes marginaux au lourd passé et présentant des troubles psychologiques font pour se remettre sur le droit chemin.

A l’horizon, se détache la stature d’un homme d’une cinquantaine d’années. Il s’agit du directeur, Mustapha Labzaé. Il m’ouvre le portail magnétique et me fait signe d’avancer. Sur ma droite, se trouve un terrain de jeu sur lequel un éducateur et deux jeunes gens jouent au football et dont les cameras de vidéo-surveillance suivent scrupuleusement les prouesses. Autour de moi des tables de pique-nique, de la verdure et des barrières de trois mètres environ. Un détail m’interpelle : pas de fil de fer barbelé !

Arrivée à la hauteur du directeur, celui-ci me demande de patienter dans une salle et ferme la porte à double tour. Est-ce pour ma sécurité ? Craint-il que les jeunes pénètrent dans le bâtiment ? Justement, à travers la vitre, j’en aperçois un au pied de sa fenêtre, le regard absent, dirigé vers la sortie. Il sent que je le dévisage, lève les yeux, et me sourit timidement.

Quand enfin, quinze minutes plus tard, je me retrouve dans le bureau du directeur (photo), je sens comme un malaise. L’atmosphère s’est tendue. Il me fixe et finit par me lâcher sur un ton méfiant : « Qui êtes-vous et que voulez-vous au juste ? » Je suis éberluée, il refuse de m’accorder l’interview. Et quand je lui explique avec quel angle je compte poser mes questions, il me rétorque : « Cela ne se passe pas comme ça, me dit il. Il s’agit d’un Centre éducatif fermé. On ne rentre pas comme on veut en ouvrant nos portes à n’importe qui. Si vous voulez des renseignements, allez voir la responsable du service communication de l’association Montjoie [qui assure la gestion administrative et pédagogique]. Jamais je n’accepterai dans mon bureau des journalistes de France 2, de Canal + ou de quiconque. »

Déterminée à mener cette interview, je lui explique que je compte parler du CEF en toute objectivité. Après avoir vérifié la crédibilité du Bondy Blog et pu constater le succès qu’il rencontre, il finit par surmonter ses réticences : un journaliste de Détective avait trompé sa confiance en jetant le discrédit sur le CEF d’Allonnes. Je me lance :

Actuellement, combien y a-t-il de jeunes au CEF de La Rouvelière ?

Il y a onze jeunes âgés de 16 à 18 ans. Onze éducateurs les prennent en charge mais il y a un roulement tout au long de la journée. Nous tournons souvent à quatre éducateurs. La prise en charge commence très tôt, à 7 heures du matin : il s’agit de rompre radicalement leurs habitudes en leur imposant un programme journalier qui est connu à l’avance. Ce programme n’est pas négociable.

En quoi consiste-t-il ?

Il s’agit de mettre en place les repères spatiaux temporels de l’enfant. Chaque jeune à un emploi du temps programmé heure par heure. Il y a de la scolarité, du sport, un atelier culturel général et un atelier d’art plastique. Récemment, ils ont créé chacun leur propre œuvre (photo). Nous avons recyclé des matériaux qui ne servaient à rien et par le biais de la soudure, ils ont redonné âmes à ces objets. Leurs œuvres sont exposés à la mairie d’Allonnes et à la préfecture du Mans. Nous projetons d’en faire de même à Beaubourg et nous réussirons. Il s’agit d’une valorisation et d’une reconnaissance de leur travail. Ainsi, on fait exister le groupe en tant qu’artiste et non en tant que bande de délinquants.

Quel est leur dénominateur commun ?

Ils sont tous multirécidivistes et certains on même connu la prison pour vol et violence en réunion. Tous sont issus de parents divorcés, alcoolique ou de familles reconstruites. Tous les milieux sociaux sont touchés. Il y a dans le centre des jeunes dont les parents sont aisés. Ça ne concerne pas seulement les familles modestes. La plupart d’entre eux sont des accidentés de la vie qui présentent de grandes difficultés sociales et d’intégration. Il y a un véritable travail psychologique à mettre en place. Le but étant de les ramener à leur propre conscience.

En quoi le CEF est-il une alternative à la prison ?

Ils évitent la prison mais c’est leur dernière chance. Nous mettons en place un système éducatif, à savoir une surveillance continue, une écoute, une disponibilité, un encadrement et un rappel omniprésent de la loi. Il faut que la loi soit investie par le jeune et qu’elle puisse exister dans son esprit.

Sont-ils dangereux ?

Ils ne sont pas dangereux mais en très grande difficulté. Ce sont des jeunes que nous avons mal compris, tout simplement, bien que leurs infractions se caractérisent par des actes de violence. La source de leurs maux vient d’un manque de considération de la part de leur entourage et de la société. Je suis convaincu que si l’institution scolaire les avait correctement pris en charge, nous n’en serions jamais arrivés là. La société les rejettent, les traitent de « sauvageons », de « barbares »… C’est un regard synoptique qu’il faut avoir sur leur situation.

Pensez-vous qu’il y a une évolution temporelle dans les actes de délinquance juvénile ?

Chaque jeune est singulier dans ses difficultés. Les jeunes d’aujourd’hui et d’antan peuvent présenter des profils similaires. Mais il est faux de dire qu’ils sont plus délinquants qu’autrefois.

Pensez-vous que la loi du 10 août 2007 renforçant la lutte contre la récidive soit cruelle ?

Joker !

Rencontrez-vous des difficultés dans votre travail ?

La journée est très lourde et très difficile. C’est fatiguant d’être avec des enfants qui sont en permanence en train de vous solliciter. Cependant, on trouve réconfort et satisfaction quand on observe les résultats : 60 % de réussite au niveau national et c’est 80 % de nos jeunes au CEF d’Allonnes qui n’ont pas récidivé. Certains se sont orientés vers la charpenterie, d’autres ont opté pour le métier de cuisinier. Il y en a qui ont même réintégré le lycée !

Propos recueillis par Mimissa Barberis

 

Mimissa Barberis

Les réactions des internautes

  1. mardi 4 décembre 2007 22:07 monsef

    Merci à toi Mimi,

    Bravo pour cet article. Tu as réussi à entrer dans un centre fermé normalement interdit aux publics. Grâce à ton audace, tu nous fais découvrir un mileu carcéral assez particulier celui du CEF. C'est toujours interéssant de savoir comment ces CEF contribuent à discipliner ces jeunes mineurs délinquants afin qu'ils puissent s'en sortir par la suite (on l'espère pour eux). Ce travail d'investigation témoigne d'une france où les jeunes mineurs délinquants sont bien traités et suivis notamment avec la présence de ces jeunes éducateurs. Le système carcéral en France bien que souvent décrié comme laxciste et injuste, reste néanmoins humaniste, on le voit à travers ce CEF d'Allonnes. On espère plein de réussite pour ce centre.

    Bravo la journaliste! continue.......

  2. mardi 4 décembre 2007 10:18 narcisse

    il est vrai que cette article est cours...mais je tiens à féliciter cette jeune "journaliste" qui a pris l'initiative d'allé visiter ce genre de centre, j'imagine q'elle ne doit pas tous dire, on a toujours tendance a garder cette émotions en soi que l'on a du mal à expliquer...en tous cas je lui souhaite de la réussite.
  3. dimanche 2 décembre 2007 16:23 mystr

    Zut j'avais fait un long comentaire mais l'interface marchait pas sur l'ordi où j'étais snif je vais donc résumer :

    Je voulais dire qu'en parallèle de ces centres il faudrait un suivi des parents. Même si on peut distinguer les familles recomposées des autres, il faudrait un suivi des parents pour savoir s'ils sont pas dépassés par les évènements. Un exemple tout bête c'est le cas d'une famille avec plusieurs enfants. Si un enfant de 15 ans est admis dans ce centre, et si la mère a un autre enfant plus petit, il faut suivre l'éducation de ce dernier.
    Il faudrait qu'en cas de récidive des sanctions financières soient prises! Les allocations et auatres aides sont faites pour élever les enfants dans de bonnes conditions et aussi pour inciter à faire des enfants. Mais si déjà des parents ont du mal avec un enfant, pourquoi les inciter à en faire d'autres?

    Sur ce dernier point la politique de natalité du gouvernement est à revoir. Après c'est le dilemme financement des retraites/délinquance possible...
  4. dimanche 2 décembre 2007 15:00 ERIC13

    On paye des chambres **** à des voyous à qui on accorde toutes les excuses du monde et qui ne méritent que les claques qu'ils n'ont pas pris avant ; alors que personne ne se préoccupe de ces gens, qui, réellement malchanceux vivent au quotidien, une véritable souffrance. Je pense aux :

    - Enfants seuls hospitalisés, qui sont eux seuls à connaitre en même temps, la douleur, la peur, la solitude, ...

    - Handicapées - pour lesquels rien n'est réellement fait !

    - Jeunes orphelins, qui eux, n'ont encore agréssés personne

    - Licenciés économiques, victimes de plans sociaux après des années de services

    - Victimes de ces voyous, qui, par exemple, meurent parfois d'avoir pris un lampadaire en photo...

    une chose est sûre, ses personnes là, n'ont, contrairement à vos protégés, rien fait pour mériter les malheurs qui leur arrivent.

    ALORS, SVP CESSER DE LES PLAINDRE

     

  5. samedi 1 décembre 2007 20:51 DavidCoperfield

    l'education ou la theorie de David Copperfield...

    Si l'education avait la possibilité de transformé des gens porteurs d'une culture aux antipodes de la notre on l'aurait vu. 

    L'ecole de Jules ferry dans nos ancienes colonies n'a en rien occidentalisé ces pays... ils en ont rien garde.
    Avec les banlieux en france c'est pareil.
    En clair on ne transformera pas des musulmans en occidentaux, c'est bien le probleme des banlieux..
    Et l'attitude skysophrene de france... l'alterite des cultures existent n'en deplaise au néo-liberaux.
    L'education nationale est utilise par les neo liberaux comme une machine a essayer de transforme des gens qui ont une culture non occidentale... c'est du neo colonialisme scolaire... et le pire c'est que les enseignants de gauche ne se rendent meme pas compte de cela...
  6. samedi 1 décembre 2007 19:42 ChrisduFier

    Super, ce chateau-là....
    Je suis sur que les gamins de la DDAS le trouveraient à leur gout... si ...
    Y zont pas de pot.. ceux-là.. Y a pas d' Arche de Zoé pour venir leur apporter un peu de chaleur.. 
    Eh oui... En Novembre, vaut mieux faire de la 'pub' au Tchad... Fait moins froid.
    Ca risque de tourner mal.. mais bon !.. c'était pas prévu au programme.....

    Ceci dit.. Moi, je trouve que ca manque d'éxotisme, ce chateau... et puis, c'est petit.... Comment y vont tous y rentrer là dedans....?

    Moi, je les aurais mieux vu en Guyane.. Il y a de la place là-bas.. Il s'agit uniquement de retaper les anciens locaux de la penitenciaire et hop, on pourrait en mettre une bonne dizaine de milliers de djeuns et de moins djeuns qui se font chier en France ..

    Et puis, avec des heures sup.. ils pourraient valoriser le pays.. débrousser.. déforester.. et replanter.. Quoi ?.. en faire un petit paradis qui fournirait la France avec plein de trucs qu'on a pas.C'est pas une bonne idée, ça ?..

    Chris du Fier

  7. samedi 1 décembre 2007 16:53 ocadine

    L’UMP rappelle que chacun a droit à la sécurité, pour lui-même ou pour sa famille, qu’il soit policier ou simple citoyen. Les auteurs des agressions contre les forces de l’ordre doivent être punis, car celles et ceux qui agissent au quotidien pour le respect de ce droit fondamental méritent soutien, respect, considération et solidarité.

    Patrick DEVEDJIAN
    Secrétaire Général
    Mathieu
    LE SIRE
    20 ans
    Conseiller National des Jeunes de l'UMP
    Collaborateur de Bruno LE MAIRE Député de l'Eure
     

    • samedi 1 décembre 2007 17:50 lie

      Qu'ont-ils fait à l'UMP pour neutraliser ces bandes ? Depuis 5 ans, qui est responsable de la police ou de l'état ? Ces gangs puissamment armés, comment se fait-il, qu'ils ne soient pas déjà hors d'état de nuire ?
      Incompétence et foutage de gueule à tous les étages.


      • samedi 1 décembre 2007 19:46 ChrisduFier

        Espérons que ça dure, voire même que ça empire....
        Car il faudra bien, un jour, qu'on règle le problème de l'immigration sauvage, non controlé et souhaité par des membres du Medef et CAC40 et par les bobos - qui vivent, eux à Neuilly.. pas cons, les mecs...

        Chris du Fier
  8. samedi 1 décembre 2007 14:48 Natacha

    Si on avait agi plus vite , dès les premiers problèmes ...

    aux 1ers signes de précarité dans ces banlieues ...
    aux 1ers signes de vandalisme
    et de racisme anti blanc ou anti noir ...

    au manque d'éducation et de respect

    au manque de courage pour travailler
    à l'intérêt de certains qui manipulent les autres
    pour la violence et la consommation + le trafic de drogues illicites ...

    Si les éducateurs avaient été mieux préparés à agir
    et avaient eu les moyens de le faire ...

    Si les parents et les autorités se soutenaient ...

    Si chaque gouvernement avait pris ses responsabilités ...

    EST IL TROP TARD ?

    Non, mais il faut que chacun accepte de se remettre en cause
    pour retrouver le dialogue et améliorer la vie quotidienne
    par des actions concrètes ...

    Chacun a intérêt à aller dans ce sens pour l'avenir des générations futures , non ?

    Alors pourquoi se cacher derrière des cagoules et des armes ?
  9. samedi 1 décembre 2007 09:13 kurly93

    Bonjour, Je suis hallucinée qu'avec si peu de recul, on puisse calculer les chiffres de la réussite de ces centres et en être totalement fiers... En effet, la réussite ne se calcule t-elle pas au bout de la vie d'un individu ? Je suis professionnel de la jeunesse dans le 93. Et par ailleurs, je suis mariée à un ancien pensionnaire des ancêtres de ces centres... Il y a quelques années, devant certaines difficultés qu'il avait  à en parler, pour crever l'abcès, j'ai décidé de l'y emmener. Devant le château des hautes montées à ORLEANS, j'ai vu l'émotion monter dans ses yeux. Il n'était jamais revenu dans ces lieux où il avait vécu de 11 à 20 ans... et tout lui revenait à la figure, son arrivée, lui tout petit minot, à la tombée de la nuit, au grand château de soricère, garni de tant de gargouilles monstrueuses.... Il a eu du mal à passer le porche, mais je l'ai poussé ! Il a retrouvé son ancienne éducatrice, passée depuis directrice... Et l'hécatombe a alors commencé ; personne de son groupe de 20 minots n'avait réellement réussi dans la vie. Plusieurs étaient décédés, de mort violente, ou suicide... plusieurs aussi étaient en prison... ou centre psychiatrique... mais tout cela ne s'est pas passé en sortie de dispositif, mais au bout d'un parcours de vie. Ces jeunes étaient devenus des adultes, avaient vécu leur vie d'adulte et tous avaient dépassé la trentaine lorsque le pire leur est arrivé. Alors de grâce, avant de parler de réussite, laissez-les vivre !!! Merci
    • samedi 1 décembre 2007 10:44 maxx

      les CEF ca date de 2005
      ils sont mineurs

      donc ils ne peuvent pas avoir depasse la trentaine

      c'est plein de mythos ici
      • dimanche 2 décembre 2007 12:08 kurly93

        Voyons Maxx, il faut lire tous les mots dans les lignes... Les CEF datent bien de 2005, pour autant, il ne faut pas être crédule et croire que c'est un dispositif totalement nouveau. C'est pourquoi je parle des "ancêtres de ces centres"...Il a toujours existé des centres où on a enfermé les enfants "jugés délinquants", et ce depuis que les bagnes ont vu le jour. Seuls les noms qu'ils portent changent, on adapte les murs à l'époque sociétale et aux exigences des politiques, c'est tout... Alors mytho ? Approche-toi des anciens qui ont été enfermés dans ces murs, approche-toi de ceux qui y sont actuellement... Pas besoin d'aller très loin, dans chacune de nos villes, il y a des services de la protection judiciaires de la jeunesse qui suivent ces jeunes là... D'ailleurs, il ne faut pas croire non plus que parce qu'on est mineur, on ne va pas en prison de nos jours. Une preuve ? A Villepinte, il y a de nouveaux des éducateurs dans la prison... Plutôt que de s'attacher à réprimer, à enfermer, il faut construire des parcours de vie... et pour cela, suciter l'espoir... Avec Nicolas, c'est sûr, c'est de plus en plus compliqué !
  10. vendredi 30 novembre 2007 22:01 Anonyme

    Effarant le coût de la prise en charge d'un jeune délinquant voire meurtrier par l'Etat de nos jours !
    Après la collection d'aides sociales et financières à l'enfantement, les parents ne sont pas fichus de les éduquer correctement et de penser à leur avenir... autant leur confisquer les lardons dès leur naissance, on gagnerait ainsi du temps pour le bonheur et la paix sociale de tous !

    Question ? Pourquoi certaines nanas s'acharnent à faire  des mômes plus que de raison alors qu'elles n'ont pas les moyens financiers et intellectuels de les élever, les aimer et les aider à grandir droit ?
    que font les mineurs dans les rues l'hiver après 20H ?
    Font marrer toutes ces familles nombreuses qui se plaignent du coût de la vie, des bas salaires, d'être à l'étroit dans leur HLM ! En France, la contraception existe, elle est gratuite ! On n'est donc pas obligés de s'imposer des cadeaux empoisonnés !!!

    • samedi 1 décembre 2007 13:45 Natacha

      Vous parlez des femmes qui ont des enfants et qui sont incapables de les éduquer ...
      Depuis quand sont elles seules responsables ???
      Et les hommes , où sont ils ?
      Combien prennent leur rôle de père au sérieux et s'impliquent totalement ?
      Par la PRESENCE et le DIALOGUE dans la famille ?
      Et non seulement pour se donner bonne conscience de temps en temps ...
      Je me demande s'il ne faudrait pas un permis pour devenir parents et élever des enfants ...
      Pas facile comme métier mais on a le choix actuellement il me semble !
      Soyons conscients de la RESPONSABILITE que nous prenons en concevant une nouvelle vie ...
    • samedi 1 décembre 2007 13:43 PITTET

      Vous parlez des femmes qui ont des enfants et qui sont incapables de les éduquer ...
      Depuis quand sont elles seules responsables ???
      Et les hommes , où sont ils ?
      Combien prennent leur rôle de père au sérieux et s'impliquent totalement ?
      Par la PRESENCE et le DIALOGUE dans la famille ?
      Et non seulement pour se donner bonne conscience de temps en temps ...
      Je me demande s'il ne faudrait pas un permis pour devenir parents et élever des enfants ...
      Pas facile comme métier mais on a le choix actuellement il me semble !
      Soyons conscients de la RESPONSABILITE que nous prenons en concevant une nouvelle vie ...
      • samedi 1 décembre 2007 15:11 Anonyme

        De nos jours les femmes font des enfants "toute seule" et en connaissance de cause (le rôle de l'Etat n'est pas de financer à 100%  la poussette, le biberon, les couches et les cadeaux de Noël ) ! Pour nombre d'entre elles, le mec sert de simple géniteur ! Une fois en cloque c'est "tire toi" ! Impressionnant le nombre de nanas célib qui ont des enfants de pères différents ! A chaque nouvelle aventure = un môme ! Et après elles se plaignent de ne pas y arriver ....

        Enfin, pour les mecs à qui elles imposent la maternité avec retour sur investissement à vie  ! Mettez vos capotes ! 5 mn de plaisir ok, mais une vie d'emmerdes et une pension alim à vie = NON !
        • samedi 1 décembre 2007 19:03 Cybcoco

          Pas jojo, jojo l'anonyme.
          Y faudrait peut-être pas jeter l'eau du bain avec le bébé et la maman avec.
          Vous confondez le comportement et l'attitude intérieure d'une personne.
          Les motivations des femmes qui font des enfants seules ou changent de partenaires ne sont sans doute pas uniquement celles que vous citez.
          Signée : une femme qui n'a pas d'enfant.
  11. vendredi 30 novembre 2007 19:26 Anonyme

    " les élèves, c' est comme les moineaux, ca picore les miettes qu' on leur jette."

    • vendredi 30 novembre 2007 21:03 showbizz

      et bé
      on voit ou passe l'argent de la république. Pendant que les travailleurs peine a boucler les fins de mois, les délinquants se la coule douce dans un chateau.
      A quand le spa et la piscine ?

      De mieux en mieux.
  12. jeudi 29 novembre 2007 17:18 mowglii

    quand meme de la belle langue de bois :

    "Mais il est faux de dire qu’ils sont plus délinquants qu’autrefois." 

    suffit de regarder les courbes de delinquance juvenile ou total e sur la longue durée ....

    ils ne sont pas dangereux, ils sont "tout simplement"  "mal compris . "  : bon, dangereux car incompris, ok, ca passerait,  mais là .. 

    "personne n'est dangereux en soi ,  mais ils ont eu des actes violents car ils sont incompris," ok, ça passerait mais là... 

    à la limite la bonne question suivante c'etait : "mais en fait c'est quoi finalement "dangereux" pour vous ??  

    je ne sais pas sils sont dangereux mais en tout cas ils l'ont été manifestement.  commençons par dire les problemes avant de leur attribuer des causes, sinon c'est surtout une façon de les nier, de les occulter ....       



  13. jeudi 29 novembre 2007 17:00 mc

    Quelques informations me manquent: combien de personnes travaillent dans ce foyer, quelle est leur formation, pas de barbelés, certes, mais de quoi est faite la clôture, quel est le prix de journée, c'est à dire le coût  par jour et par jeune, combien d'étabissements de ce type en France, combien de places diponibles. 

    Sinon, c'est du bon travail, il fallait établir un lien de confiance avec le directeur et c'était pas gagné d'avance, le reportage est bien construit, bien rédigé. Certaines des infos qui me manquent, je peux les retrouver ailleurs. Merci. 
  14. jeudi 29 novembre 2007 16:46 lena

    La seule chose dont je soit sure c'est que ce n'est ni au systèm éducatif ni à état de prendre en charge ces jeunes, c'est à la famille que reviens ce rôle si difficile que nous assumons tous (nos enfants ne sont pas de délinquants...alors, le problème est ailleurs). Je trouve bien incohérent que la société doive payer pour éduquer...
    • vendredi 30 novembre 2007 06:02 michel93150

      Effectivement c'est le travil de la famille, mais que proposez vous quand la famille a échoué? le statut quo?
    • jeudi 29 novembre 2007 16:56 robert-marchenoir

      Vous avez raison, Léna: c'est aux parents d'éduquer leurs enfants. Mais il y a des cas, hélas trop nombreux, où ils échouent complètement, pour différentes raisons que chacun connaît. Qu'est-ce qu'on fait, alors? On euthanasie ces enfants? Il faut bien que quelqu'un s'en occupe.

      Je rappelle toujours (désolé pour ceux qui m'auraient déjà lu) ce portait télévisé d'un policier de la brigade des mineurs, aux prises avec un très jeune enfant, fugueur récidiviste. Quand il parlait avec lui, il tentait clairement de remplacer le père que celui-ci n'avait pas. Ce n'est évidemment pas le métier de la police. On pourrait doubler ses "moyens" qu'elle n'y suffirait pas.

      Quant à la mère, elle disait: je n'en peux plus, je n'ai plus aucune autorité sur lui, prenez-le, je vous le donne.

      Quelle autre solution pour de tels enfants que des centres de redressement fermés?
  15. jeudi 29 novembre 2007 16:45 robert-marchenoir

    Bravo à l'auteur pour sa détermination. Si je comprends bien, vous n'avez pas demandé d'accord préalable, et vous avez débarqué là les mains dans les poches. C'était proche de l'inconscience! Le directeur vous a dit à juste titre: "ça ne se passe pas comme ça". Et pourtant, ça a marché!

    Sur le fond, de tels centres sont indispensables. Ils sont, je crois, en très petit nombre. Il faudrait les multiplier de façon massive.

    Deux désaccords sur le fond des propos du directeur:

    1) Ce n'est pas qu'une question d'école. On peut et on doit certainement modifier en profondeur les méthodes pédagogiques et la gestion des écoles. Mais il y aura toujours des enfants rétifs qui auront besoin de tels centres.

    2) Contrairement à ce qu'il dit, il est absolument clair que la délinquance des mineurs explose.

    • jeudi 29 novembre 2007 23:55 Anonyme

      Ces centres coûtent extrêmement cher.
      Je crois qu'il y a un éducateur pour 6 pensionnaires.

      On ne peut pas en déployer par milliers.
      • vendredi 30 novembre 2007 09:41 maxx

        apprenez à lire

        "actuellement, combien y a-t-il de jeunes au CEF de La Rouvelière ?

        Il y a onze jeunes âgés de 16 à 18 ans. Onze éducateurs les prennent en charge....."

        il ne faut pas oublier l'intendance.


        c'est plutot plusieurs adultes pour un ado



        • vendredi 30 novembre 2007 12:39 rachidaladate

          moi aussi je veux etre inseree dans ce chateau

      • vendredi 30 novembre 2007 02:13 robert-marchenoir

        "Ces centres coûtent extrêmement cher. Je crois qu'il y a un éducateur pour 6 pensionnaires. On ne peut pas en déployer par milliers."

        D'un autre côté, vous savez, à l'école, il y a un prof pour vingt élèves et des brouettes. Vous voyez que la différence n'est pas scandaleuse, considérant que ces centres, même dans une situation idéale, seraient infiniment moins nombreux que les écoles: quelques centaines? un peu plus d'un millier?

        Le chiffre actuel, je crois, tourne autour d'une dizaine pour toute la France, voire moins.

        Autant, dans les écoles, il est illusoire de vouloir réduire outre mesure le rapport élèves / professeurs (certaines écoles égyptiennes, où l'on applique les bonnes vieilles méthodes de transmission du savoir, de sélection et de punition, fonctionnent très bien avec quarante élèves par classe), autant il faut mettre le paquet dans ce type de centres.

        En éliminant du système scolaire les indésirables qui l'empêchent de fonctionner, ils amélioreraient infiniment son efficacité.

        L'éducation indifférenciée est un fantasme égalitariste qui a fait des ravages. Pendant que les gauchistes polissent leur bonne conscience, ce sont tous les enfants qui trinquent. Les meilleurs qui sont attirés vers le bas par la médiocrité ambiante, les moyens qui sont empêchés de travailler par la minorité de racailles, et ces dernières qui se suicident socialement.

        Seuls les idéologues bobos s'en sortent, dans cette histoire.

        • samedi 1 décembre 2007 09:56 blanchette

           C'est " marchenoir" ou "marchez droit" le pseudo? le pseudo de Sarkosy ou quoi?
          Attention! propagande!

        • vendredi 30 novembre 2007 13:43 icimadrid

          un prof pour 20 eleves ?? moi j'ai connu plutôt un pour 35 et même 41 une fois. Pas entendu parler d'embauche massive Monsieur Marchenoir.
        • vendredi 30 novembre 2007 06:07 michel93150

          C'est vrai qu'il est plus facile de ne rien faire et d'accuser les idéologues bobo.

          Quant à votre^propsition "d'éliminer", elle est tout simplement minable
    • jeudi 29 novembre 2007 16:52 lena

      Les multiplier de façon massive....et pendant ce temps le système scolaire prend l'eau faute de moyen...triste pays que le notre car les bouées sont pour les mauvais comme si notre société de demain allait se construire avec eux...je déplore cette mentalité de tout tirer vers le bas.
    • jeudi 29 novembre 2007 16:49 lena

      La délinquance des mineurs implose parcequ'ils ont en face d'eux des parents qui ne comprennent absolument rien à l'éducation de leurs enfants, c'est tout. Il y a aussi des gens qui ne devraient en aucun cas avoir des enfants, qui leur font subir des choses inimaginables.
      L'education est du ressort de la famille et pas de l'état, c'est bien trop facile cela...assistés jusqu'au bout!!!
      • vendredi 30 novembre 2007 06:03 michel93150

        Même commentaire que pour votre avis précédent
  16. jeudi 29 novembre 2007 16:44 JLouis

    En tout cas, pour une fois, j'ai l'impression de voir une vraie interview pas orientée mais destinée à informer sur le fonctionnement de ce genre de centre. Une interview un peu légère c'est vrai, mais struturée et avec le but d'informer, et c'est tout à l'honneur de son auteur. Que le BB s'oriente dans cette voie et il ne pourra que devenir vraiment crédible.
  17. jeudi 29 novembre 2007 16:11 Boris

    Beaucoup de texte pour dire peu de choses nouvelles en fait.
    La seule chose à retenir est que le directeur ne veut pas de l'interview et avec l'actualité actuelle, on le comprend.
  18. jeudi 29 novembre 2007 15:10 clemclem49

    encore des enfants devenue adulte trop tot a cause des adultes, c'est bien qu'il existe des centre comme celui ci, c'est sans doute le rempart avant la chute, courage a tt le monde
  19. jeudi 29 novembre 2007 15:09 Anonyme

    je vais péter les plombs. On commencera enfin à s'occuper de moi...

    • jeudi 29 novembre 2007 15:11 confusion

      pauvre anonyme, il ne sait même pas qu'il a déjà péter les plombs !

       

      • jeudi 29 novembre 2007 15:23 lie

         Bien ouèj confusion, cet anonyme (est-ce le même) fait aussi des  menaces, du genre" je vais te  buter" , il serait temps que les bblogeurs fassent qq choses.
        • jeudi 29 novembre 2007 15:26 om

          bijour Lie;))

          oui c'est lourd, faudra attendre février 2008 pour que la rédaction émette un comm au sujet de ces comm;)

          "bien ouèj"...;)) heureusement que jsuis pas parano...
          • jeudi 29 novembre 2007 16:12 Anonyme

            et bien parfait ,si tu n'es pas parano,tu as tout le temps de le devenir.

  20. jeudi 29 novembre 2007 14:48 confusion

    Entre nous, juste entre nous, c'était pas Pétain ni Laval qui se trouvaient à Londres.
    Entre nous. 
    • jeudi 29 novembre 2007 14:58 Anonyme

      entre nous .;c'est plus d'actualité ducon .
  21. jeudi 29 novembre 2007 14:46 1epineaupied

    Et les 
  22. jeudi 29 novembre 2007 14:32 om

    Mimi, apprends à pas t'éterniser sur les détails de ta vie intérieure; On a 20 lignes avant d'arriver à l'essentiel.

    Et quand on y arrive, c'est pas mal du tout.

    Bonne chance  bon travail bon courage à tous ces momes-adultes et aux adultes qui les aident. 
  23. jeudi 29 novembre 2007 14:10 paisible

    Souhaitons le plein succès  à ce centre dans sa tâche difficile de réinsérer les jeunes en difficulté.
    • jeudi 29 novembre 2007 15:11 Anonyme

      certes la tâche est difficile, mais le coin est si sympa...