La psychose du violeur gagne Bobigny

C'EST CHAUD jeudi 26 janvier 2012

Par Inès El laboudy @InesLabou

« ATTENTION DANGER : Un violeur d’origine africaine d’environ 30 ans mesurant entre 1m75 et 1m80 pour un poids d’environ 70 kg avec des cicatrices sur le visage, et qui s’exprime en bégayant un peu, symptômes d’un drogué en manque, rôde dans les villes du 93 (Bobigny , Drancy , Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois…). Prévenez toutes les personnes de votre entourage y compris les gens qui terminent tard le travail de faire attention à ce dangereux détraqué sexuel. Ses méthodes de menace sont connues (couteau). Donc armez-vous de gazeuses et tasers ! Faites tourner le message il est utile et peut sauver une personne. Il a déjà violé 3 filles, blondes aux yeux bleus. Il les suit chez elles et les viole. Une s’est défendue et a reçu 19 coups de couteau. Par la suite, il prend l’argent des victimes et s’en va. Les filles, rentrez pas toute seules, faites vous accompagner et soyez vigilantes ».

« ALERTE INFO SERIEUSE : LES MEUF N’ALLEZ SURTOUT PAS ENTRE PIERREFITE ET SAINT DENIS !! Hier il a violé et tué 2 filles dans un collège entre Pierrefite et Saint-Denis et aujourd’hui il a coursé une meuf de Drancy ! Il est recherché par 11 équipes de CRS !! Fais tourner, copie et colle ça sur ton mur Facebook s’il te plaît ça évitera peut-être a une fille de se faire violer et si tu connais des gens des Mureaux et d’Aubervilliers dit leur, il est là-bas en ce moment ».

Voilà ce que je reçois depuis une semaine sur mon téléphone, mon mur Facebook ou encore par mail. La psychose du serial violeur a gagné les esprits de toute la toile surtout dans le 93. Habitant à Bobigny, j’ai pu voir les filles devenir vraiment folles avec cette histoire. Armées de couteaux, ciseaux, tasers ou encore bombes lacrymogènes, elles marchent en bande dans la rues et ne tardent pas trop le soir. Vendredi, après qu’une fille ait signalé aux policiers avoir reconnu ce fameux violeur dans le métro de la ligne 5, je sors à la gare de Bobigny, terminus de cette ligne, environ trente minutes après soit vers 17h30. Et là, à ma grande surprise, une trentaine de policiers était présente aussi bien à la gare que devant le centre commercial. « Ne restez pas dehors tard le soir, rentrez rapidement s’il vous plaît. Un violeur rode et il a été aperçu par ici », informent les policiers à l’adresse des jeunes filles, nombreuses surtout à cette heure de sortie des cours.

Les mamans en panique demandent à leurs filles de rentrer au galop à la fin des cours, de ne pas marcher dans des rues sombres et surtout rentrer avant que la nuit ne tombe. De plus, des photos tournent sur le net, après le portrait-robot du journal Le Parisien qui ressemblait plus à un South Park qu’un homme, c’est la photo d’un homme fumant sa cigarette qui circule sur la toile. Ce « supervioleur » comme l’ont surnommé certains, arrivent à se balader dans l’Essonne, le 93, Paris et même les Yvelines, et tout ça, sans que la police ne l’attrape…

Du coup, les jeunes de Bobigny s’allient, en rigolant souvent, mais aussi sérieusement : « Les mecs, la police n’arrivent pas à l’attraper mais nous, on va le trouver ce malade ! On va l’attraper, le tabasser, pour qu’il ressente ce qu’il a fait à ces pauvres jeunes femmes et ensuite ont ira le jeter à la police. Parce que là, ça devient grave ! Le type se balade comme il veut, tout le monde croit le voir un peu partout, mais personne ne l’a attrapé. Il fait sa vie quoi… »

Bien qu’il y ait eu des viols, personne n’a les éléments qui prouvent qu’ils sont les attaques d’un seul et même homme. Surtout qu’Aubervilliers et les Mureaux se trouvent dans deux départements différents et relativement éloignés géographiquement. Mais bizarrement, on l’y a vu la même journée. Sans compter le tramway, métro, RER D. Le violeur a un pass Navigo toutes zones visiblement…

Inès El laboudy