A passage to India 1/5

AMBIANCE, BONDYMONDE dimanche 12 août 2012

Par Hugo Nazarenko-Sas

On m’avait pourtant prévenu. La claque était attendue. S’y préparer ne change rien a la violence du choc. Avant de m’envoler pour l’Inde, je caressais ce rêve : vous permettre derrière votre écran de voyager et partager mes découvertes. Mais à peine arrivé a l’aéroport, cette douce utopie journalistique s’envolait. Le fossé est trop grand. Tous les sens sont chamboulés. Sur la route qui relie l’aéroport a Delhi, ma vue et mon ouïe se sont retrouvées face a des situations qu’elles n’avaient jamais rencontrées. L’aube révélait les premières couleurs de la capitale indienne et offrait à mes yeux un aperçu de la forme que peut revêtir la pauvreté.

Ici des enfants, qui longent l’autoroute et aux pieds desquels s’amoncellent détritus et immondices en tout genre. Là, des hommes, gisant à même le sol, les vêtements en lambeaux, tellement déshumanisés qu’il est difficile de déterminer si la mort est déjà passée les prendre. Mais paradoxalement, ici, la misère est terriblement vivante. Bruyante même. Il suffit de traverser Chandi Chowk, « lieu du clair de lune » et l’une des artères les plus animées de la ville pour en prendre conscience. Incessamment, les klaxons répondent aux cris des colporteurs. On manque de s’y faire écraser a chaque seconde, le tout formant un espace ou le mot « vivre » prend tout son sens.

A ce bouillonnement continuel vient s’ajouter une odeur caractéristique. Là encore, aucune prouesse de mon stylo ne pourrait me la faire partager avec vous. Elle est de celle qui vous prend aux tripes. Pour ne plus vous lâcher. Où que vous alliez, elle est là. Pas désagréable d’ailleurs. Mais atrocement étouffante et bestiale, combinée à la chaleur ambiante, elle est  aussi accablante. Alors, d’une certaine manière, arriver à Delhi, c’est comme franchir les portes d’un nouveau monde. Un monde où il est nécessaire d’écouter ses sens. Et même de les préparer à aller de surprise en surprise. Voir, puis comprendre qu’une vie totalement différente de la nôtre se déroule sous nos yeux. Alors, seulement une fois ce chemin parcouru, j’ai appris a apprécier Delhi. Trop tard peut-être. Je dois déjà repartir vers d’autres horizons.

Hugo Nazarenko Sas, New Delhi

Les réactions des internautes

  1. mardi 14 août 2012 19:46 nelly autia

    merci de ce bonjour de l'Inde , les nouvelles des blogs c'est génial , vais je m'y mettre , çà donne envie !!!très bon texte que Anne m'a fait suivre . comparer la misère indienne et la misère française , c'est toujours la misère et la France a malheureusement les memes droits que les autres pays en la matière !!cher blog trotter à la plus , nelly
  2. mardi 14 août 2012 05:01 Coline

    Parfois même description que j'aurai pu faire dans certains coins de la Chine. J'attends la suite avec impatience...
  3. lundi 13 août 2012 15:28 Grutzi93

    Ce qui est triste quand des Français font des fautes, c'est que, à part ceux qui ne se relisent pas, ils sont les victimes des méthodes d'apprentissage du français à l'école. Mais je n'entends jamais parler d'un changement à venir.
    • lundi 13 août 2012 15:43 Grutzi93

      Mon commentaire n'a rien à faire ici. Je me suis trompée de thème. Sorry.
      • mardi 21 août 2012 09:42 Luxman

        yo beubeu, ne t'inquie8tes pas les fzereing avancent tre8s bien, on bosse dessus ensemble a tour de rf4le avec naga et Ara ( quant-on ratrape pas ses erreurs LOOL) donc de retour en france, les 2/3/4 devraient eatre rapide e0 finalise9s Toute fae7on on te tient au courant. @+
  4. dimanche 12 août 2012 13:16 blanche colombe

    bonne entrée en matière ! l'auteur de l'article nous met tout de suite dans l'ambiance et c'est ce que l'on désire sur des carnets de voyage la description du taj mahal peut se lire dans les guides et ce sont les hommes et les femmes autour du taj mahal (je prends cet exemple )qui nous intéressent ps/j'aimerais bien lire des textes traités ainsi sur les pays du Maghreb à part Ramsés Kefi sur la Tunisie ,on n' a jamais rien sur l'Algérie . POURQUOI ?
    • mardi 21 août 2012 15:49 Jose

      Cool je commene7ais a de9sespe9rer! les snof la suite enfin ma pactenie a e9tait mise a rude e9preuve. Sinon pour les appleseed XIII les e9pisode sorte tous les combien de temps environ? On a vu le 1 mais le 2 se fait de9sirer xDSinon en dehors des animes Dungeon defenders est bien je suppose? j'he9site a me le prendre depuis quelque temps.et merci pour les nouvelles !
    • dimanche 12 août 2012 13:33 gloria

      Au BB on ignore la Syrie . Est ce un beau pays ? Est ce convivial ? vit on bien ensemble ?
  5. dimanche 12 août 2012 12:23 hop HOPE

    Certains voyages sont comme un éclair ; très et trops courts et intenses pour en en garder un souvenir perenne et transmettre au fil des jours ce que vous avez si bien fait pour votre arrivée J'ai du mal à imaginer réellement, pour chercher une référence vécue : cela doit être un peu un spectacle d'après guerre en Europe la pauvreté partout mais sans les ruines alentour et ceci sous une forte chaleur je suppose Quel dommage que votre séjour ait été si bref, la narration est très intéressante
  6. dimanche 12 août 2012 08:10 commandant minos

    bof, c'est comme entre CDG et Paris ...
  7. dimanche 12 août 2012 07:45 travel the world

    "Là encore, aucune prouesse de mon stylo ne pourrait me la faire partager avec vous." C'est gentil de nous avouer que c'est ton Stylo qui pense. J'ai la solution pour que nous puissions partager, demande à bondy qu'il nous paie le voyage, et là, stylos en poche nous aurons les sensations que tu n'as pas su décrire. Enfin, la partie trajet aéroport-ville est bien rendue, surtout pour quelqu'un qui l'a déjà vécue. Pour moi c'était Aeroport de Mombay à Mombay et c'est la même déchéance au bord de la route qui mène à la ville. Au fait j'aallais en Inde pour du vrai boulot moi :wink:
    • mardi 21 août 2012 16:56 Renata

      merci de tous ces commentaires.@ Irnerius: je ne dis pas qu'il falile absolument tout pre9server en l'e9tat. On pourrait imaginer que les enseignants chercheurs aient des pe9riodes d'affectation au CNRS, renouvelables quand leurs travaux de recherche le justifient, un syste8me d'e9changes par exemple entre chercheurs permanents et enseignants chercheurs@ chantal: plus dure sera la chute @ totem: merci pour la correction, mais il n'est ni l'un ni l'autre, meame si Carla pre9tend l'eatre e0 sa place@ Se9bastien: on ne ree7oit pas les journaux en Patagonie, mais on ree7oit Internet, quant e0 Florent Pagny, je sais qui c'est, mais je ne m'y inte9resse pas tellement (oui, je crois que c'est de ces vedettes du show-biz qui cherche e0 fuir le fisc)@ Dominique: je n'ai pas encore lu cette nouvelle harangue mais je sens que e7a va me plaire!!!