Née de l'autre côté du périph

AMBIANCE mercredi 26 juin 2013

Par Inès El laboudy @InesLabou

Les blogueurs racontent, à leur façon, leur -Né quelque part-, à l’occasion de la sortie du film de Mohamed Hamidi. Dans les salles depuis mercredi dernier.

En 2005, j’entre en seconde au lycée Louise Michel à Bobigny. Ce même lycée où Mohamed Hamidi enseignait. Me voilà dans la cour des grands. Il n’y a plus de liste de fournitures scolaires. Je choisis ce que je veux. Le sac à dos devient ringard pour les filles. Je m’achète donc un sac qui se porte sur l’épaule et dans lequel je vais pouvoir mettre mes bouquins et cahiers. Retardataire invétérée, je me rends compte qu’aller au lycée à pieds sera compliqué surtout quand on voit le bus 301 passer sous son nez . Après quelques petites négociations et un tampon du lycée sur le dossier d’inscription, ma maman me prend donc mon premier Pass Navigo, dézoné les mercredis, weekends et vacances scolaires.

Me voilà libre de mes mouvements et toujours en règle. Je me vois déjà sortir dès que je peux de ma banlieue. Paris se trouvant si proche en métro, je décide donc de m’y rendre seule. Habituellement j’y passais en voiture avec mes parents, pour quelques bricoles ou profiter d’un jardin ou d’un parc l’été. Mais là ils ne sont pas là, la voiture non plus. Il faut demander la permission à papa de pouvoir sortir seule et il accepte tant que je rentre pendant qu’il fait encore jour et que je réponde à son premier appel, et pas au troisième.

Après avoir vérifié les différents itinéraires, me voilà parée pour faire mon tour sans souci. L’avenue Rivoli, le centre Pompidou, le Louvre, les Champs-Elysées, le Trocadéro, le Pont des Arts, le Parc de la Villette et ses nombreuses animations… Je suis pressée d’y aller comme une adulte et surtout sans mes parents.  Je me sens grande, responsable et je me rends surtout compte que c’est là-bas que je me sens bien, que je me sens exister. Ce stupide sourire qu’ont les gens qui pensent à quelque chose de gai se scotche à ma bouche. Mon look parfois critiqué en banlieue du genre : « on dirait une p’tite parigote avec ta tenue et tes petites chaussures » passe ici inaperçu. Personne ne me regarde ou ne me fait de remarques.

L’architecture haussmannienne me donne envie d’y élire résidence, les petits commerces de proximité donnent une ambiance intime à certains quartiers. Je n’ai qu’une envie, c’est d’y rester. Je m’imagine dans mon appartement aux grandes fenêtres et au parquet étincelant. Mais en début de soirée, une fois que je quitte la zone 1 pour revenir en zone 2 et que la nuit arrive, en arrivant à la station Bobigny-Pablo-Picasso, celle où j’habite, je monte les marches en traînant des pieds. Ma tour de 18 étages me fout le cafard… Les chats et les gros rats que je croise aussi.

Je réalise donc que je ne suis pas bien ici, à Bobigny. Que c’est à Paris que je suis bien et que je me sens chez moi. Ma naissance fut un jour d’été 1990 à l’hôpital De Lafontaine à Saint-Denis, mais c’était la première. Ma seconde, fut ma première balade parisienne, loin des grandes tours et des dalles. Je suis née quelque part, dans le 93 une fois et sur Paris une seconde fois.

Ines El laboudy

Les réactions des internautes

  1. lundi 1 juillet 2013 13:58 penn

    beau texte ... continuer à écrire et j'espère que vos rêves se réaliseront.
  2. vendredi 28 juin 2013 21:18 hop HOPE

    Ce jour une anti-thèse ...à toutes les "litanies " revendicatios, plaintes , etc ..diverses ...m'a "trotté" dans l'esprit .............Ces personnes qui sont logées dans des ..appartements .....chauffés l'hiver ....l'eau froide et chaude à discrètion au robinet .....tout cela sans aucun effort physique quelconque ...... l'électricité en appuyant sur un simple bouton....... des portes qui ferment à clef ...... des volets aux fenêtres que l'on peut laisser ouverts à volonté DES chambres se bonne dimension...... une salle de séjour ....,une cuisine ....ou il suffit de poser les équipements nécessaires ...Je suis convaincue que toutes ces commodités.... leurs parents ne les avaient ....JAMAIS ..... connues jusque là ......Pour beaucoups de personnes qui ont eu accès à ces logements idem à eux .....ce ne furent que des années de transition avant d'aller quérir un habitat ailleurs ....Mais ...si j'ai bien tout suivi de "l'histoire" ...EUX (leurs parents ) ...ont préféré ..dépenser leur argent en acquisition .....de maison "au pays " .... se rendre "là-bas " en vacances ....par différents moyens de transports .....accompagnés de leur famille .....ou au moins d'une partie.....ceci ... au moins tous les deux ans ...SACHANT ce que coûtent ces périgrinations même à l'unité ....Pendant ce "temps-là "...les "territoriaux" ..de même condition économique qu'eux ...ECONOMISAIENT en allant en vacance à la campagne chez des parents ....Allaient faire du camping ....dit sauvage ...dans des prairies etc...(aussi longtemps que cela a été autorisé) toujours par mesure d'économie ...Le but étant surtout de pouvoir amener les enfants à la mer ..la montagne etc...Leurs soirées et beaucoups de fins de semaines se passaient à faire progresser les enfants dans leur scolarité ....Eux laissaient leur environnement se dégrader , leurs enfants aller à vau-l'eau ...Certains vont même jouir de toutes les facilités des associations prévues pour les secours divers ...Leurs enfants à présents sont ....."enragés"...... ..ET tournent celle-ci envers nous ...ET...nos BIENS ....CHERCHEZ L'ERREUR ...Le tout sans animosité aucune de ma part ...juste une anti-thèse ....Bonne soirée
  3. jeudi 27 juin 2013 09:12 hop HOPE

    La nouveauté , les premières découvertes en solo .. "les chateaux " en Espagne ....qui envahissent le coeur et l'esprit ....IL y a à Paris des établissements qui permettent d'acquérir toutes sortes de connaissances ...des librairies spécialisées en milliers de spécialités ou différents arts etc.. Faire le "tour" des rues et avenues commerçantes ...Les salles de spectacles divers , les musées ,les gares qui elles aussi font rêver de départs divers .....Mais y vivre... Mère de préadolescents j'aimais ,les soirs d'été "à la fraiche" me promener avec certains d'entre eux ...en musardant dans les petites rues pavillonaires ( adjacentes à la nôtre ) dans notre ville ou de la ville voisine , (la limite entre les deux n'étant qu'administrative) ...En bavardant ,échangeant sur différents sujets, leur apprenant à remarquer une belle architecture , un beau jardin , recevant quelques confidences ,tout en entendant les rires qui fusaient de certaines fenêtres et portes ouvertes... les lumières et les personnes dans certains jardins , terrasses ...Deux à trois heures de ces promenades avec l'odeur de la rosée nocturne qui "tombe" ...cela détend... Nous croisions quelquefois des personnes "entre deux âges"...qui comme nous.... profitaient elles aussi de ce moment de calme de sérénité ...Je ne sais pas si vous avez "les nerfs " solides ..Car pour habiter la capitale (à part quelques havres de paix ) l'agitation permanente qui y rêgne ...oblige à vivre fenêtres closes de jour comme de nuit ...Et les balades le soir ....même dans les parcs et jardins ..sont ..plus ou moins dangereuses quand aux "rencontres" à risque ...Continuez à laisser votre rêve envahir votre présent ...et..au bout du compte vos choix seront frappés de réalisme ..je vous le souhaite ....Bonne journée
    • jeudi 27 juin 2013 09:38 BC

      un appartement à Paris ,une villa en Normandie ,un duplex en Bretagne ,une résidence à Saint Tropez .......un château en Espagne .....voilà le rêve ...inaccessible de beaucoup ....pourquoi cet attachement aux biens matériels ! vous verrez la vieillesse venue que ce n'est pas cela qui fait rêver ....un bon livre ou un bon film ,un sourire d'un petit enfant ,la tendresse d'un être cher et vous êtes heureux .....surtout qu'être propriétaire .... c''est la peur des vols ...la remise en état constante des toits ,peintures ,tuyaux .... bref ... des soucis ....... vous avez l'age de rêver....profitez en car on ne fait la révolution qu'à 20 ans
  4. mercredi 26 juin 2013 19:41 khadija

    Eh oui Inès, comme dit la chanson on ne choisit pas les trottoirs de Paris ou de Bobigny pour apprendre à marcher, le principal c'est d'avoir la curiosité de voir justement ce qui se passe de l'autre côté du périph, les quartiers de Paris, les musées, les magasins sont accessibles à tous heureusement...
    • jeudi 27 juin 2013 11:57 Amélie

      Oui, et rappelons qu'il y a moult occasions de faire des choses gratuitement : musées nationaux gratuits les premiers dimanches du mois, parcs et jardins agréables à arpenter en toute saisons, journées du patrimoine en septembre (qui concernent également la Seine-Saint-Denis), nuit des musées en mai, concerts estivaux à Paris, notamment sur le parvis de l'hôtel de ville, ballades sur les berges de la Seine, marchés de Noël où l'on peut déguster des gaufres et des pains d'épices... Cet été, le musée Rodin ouvre ses jardins le mercredi soir : http://www.musee-rodin.fr/fr/actualites/la-nocturne-du-jardin-du-musee-rodin Profitez du dézonage du pass Navigo le wek-end pour aller visiter Versailles, Fontainebleau, ou pour simplement sortir des sentiers battus, les promenades estivales s'y prêtent. Et, last but not least, ne pas hésiter à entrer chez un traiteur ou un boucher traditionnel et gouter aux spécialités culinaires : pommes dauphine faîtes maison, tartes salées. La curiosité est toujours bénéfique.
    • jeudi 27 juin 2013 10:27 BC

      c'est encore un article où je sens poindre une certaine jalousie et ce n'est pas bien ! pourquoi toujours se comparer à ceux qui vivent à Paris ....je crois que c'est la "maladie " qui frappe les jeunes des quartiers ,ils ont l'impression qu'ils sont discriminés parce qu'ils n'habitent pas au coeur de Paris ; je reviens toujours à mon antienne : les jeunes de ces quartiers n'ont que ce point de repère ,ils ne sont jamais allés visiter la France ,la campagne où il n'y a pas si longtemps ,il y avait une cabane au fond du jardin pour se soulager .....leur vision est biaisée ,d'un coté le pays d'origine fantasmé qui a souffert des méchants français et de l'autre coté Paris où vivent les méchants français qui relèguent dans les banlieues ,ceux dont ils ne veulent pas ....il faudrait un peu sortir de ces images caricaturales surtout comme le dit Khadija .... si Paris existe ,c'est à cause des méchants français qui ont construit le Louvre ,les immeubles Haussmanniens et on peut les visiter gratuitement ........