Nicolas Sarkozy sans garde-fou

C'EST CHAUD mercredi 2 juillet 2014

Par Kahina Mekdem @LalaKahina, Tom Lanneau @TomLanneau93 ET Lansala Delcielo @LansalaDelcielo

Au cœur d’une information judiciaire ouverte en février dernier pour trafic d’influence et violation du secret d’instruction, l’ancien président de la République a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre.

 “Bon courage monsieur Sarkozy”

Il savait que ça allait lui tomber dessus un jour ou l’autre. Les magouilles, ça marche, ça vous fait flâner, profiter, mais un beau jour, on vous ramène à cette vérité : t’as fais le mito, tu dois payer, ou en tout cas t’expliquer. T’as beau connaître du monde, dans une cellule, t’es tout seul, on te retire même les lacets de tes chaussures.

C’est un fils d’immigré. Quand on est venu le chercher pour l’emmener en garde à vue, il n’a pas eu l’air trop surpris. Sa femme est mannequin. Quand ils se sont posés ensemble, beaucoup se sont demandés si c’était lui qu’elle kiffait, sa position ou sa maille. Elle est dans la chanson, et dans d’autres trucs aussi. Son ex-femme était pas mal aussi, il l’avait piqué à un de ses anciens potes.

C’est ça la vie, tu présentes ta femme, et dès que t’as le dos tourné, on lui fait la cour. Il a rien vu venir, le cocu. Dans sa tombe aujourd’hui, il doit ricaner de ce qu’il arrive à son pote en GAV, il avait commencé sa cour alors qu’il était invité à leur mariage. En garde à vue, on lui a posé des questions, beaucoup de questions. Beaucoup se sont dit bien fait pour lui, il le mérite. Tous savent plus ou moins qu’il est dans les magouilles mais la présomption d’innocence ça compte pas pour du beurre.

Sa garde à vue, il a du la faire dans une cellule qui sent la pisse et le renfermé, comme tous les gars d’ici. Une fois que t’as fais ta première, à l’adolescence, t’es vacciné, tu connais la chanson. La GAV, c’est comme ça qu’on surnomme la garde à vue dans le quartier, il l’a faite à Nanterre (92), un fief. Lui il habite dans le 92, il a pas mal de potes là bas.

Pour l’instant on sait pas s’il ira rejoindre une des cellules de cette maison d’arrêt, mais les juges sont sur ses côtes. Et un juge pas content, il lâche pas le morceau. Bon, il a les moyens, mais on peut espérer qu’il y aura pas de pots-de-vins, on veut la vérité. Il est accusé d’avoir détourné de l’argent. Il a redoublé sa 6ieme et même s’il a l’air d’assurer, ça a pas toujours été le cas, comme pour beaucoup d’enfants ici, dans certaines zones en Ile-de-France.

Quand il est sorti de GAV, il a récupéré ses lacets, sa ceinture Hugo Boss, sa Rolex. Il est un peu cerné mais c’est pas grave, sa meuf l’attends devant. Le policier qui lui a ouvert la porte de sortie a beugé. Il lui semblait voir son patron. En lui ouvrant la porte, il a souri timidement, avec respect, et lui as dit : “Bon courage monsieur Sarkozy“.

Kahina Mekdem

L’horizon semble s’assombrir brutalement

Nous sommes dans la 27ème semaine de l’année et nous pouvons déjà compter autant de scandales politiques ayant défrayé la chronique en 2014. Mais aujourd’hui, nous avons tiré le gros lot (salade, tomate, oignon comme diraient certains) : pour la première fois, un ancien président de la République française finit en garde à vue… La sphère politique nationale pourra-t-elle encore blâmer longtemps les abstentionnistes quand même celui qui comptait reprendre les rênes du pays se trouve aujourd’hui assis dans une salle d’interrogatoire, questionné par un agent chargé du maintien de la paix ?

Passons, celui qui déclarait vouloir nettoyer nos cités au « karcher » en vantant les mérites de la tolérance zéro se retrouve finalement au poste, salit par une triste affaire de trafic d’influence… Ironie du sort n’est-ce pas ? Erreur de parcours ? De plus en plus difficile à croire. Surtout quand le banlieusard de Neuilly-sur-Seine (92) voit son retour l’Elysée encombré par une dizaine d’affaires judiciaires embarrassantes : l’affaire des écoutes, l’affaire Bettencourt, le financement libyen de sa campagne, cité dans l’affaire Tapie, dans l’affaire Bygmalion, le meeting de Toulon, les sondages de l’Elysée… Bref, autant de casseroles que d’épisodes des Feux de l’Amour ! Mais comment un homme accusé d’avoir détourné des sommes astronomiques pouvait déclarer, droit dans ses bottes, il y a encore deux ans, vouloir déclarer la guerre aux petits délinquants ?

Triste contretemps pour N. Sarkozy, lui qui aurait confié à ses proches vouloir revenir en politique au court du mois de septembre prochain, reprendre le parti 2 mois après et renommer l’UMP en janvier 2015, le tout dans l’optique de sa candidature en 2017. Mais son placement en G.A.V était-il lui aussi inscrit dans son agenda ? Rien de moins sûr.

Au lieu de faire profil bas, certains Sarkozystes crient à l’acharnement judiciaire. C’est le cas de C. Estrosi, député maire de Nice. Celui qui a pour priorité de faire la chasse aux roms, aux drapeaux étrangers dans sa commune lors de la coupe du monde, semble pourtant n’avoir aucun scrupule quand il s’agit de contester la légitimité d’une procédure judiciaire. Loin de « l’esprit Robin des Bois », le maire niçois attaque les plus faibles et défend les plus puissants… Posture héroïque.

Dans tous les cas, l’horizon de l’UMP semble s’assombrir brutalement. Une poignée de semaines après la démission de Jean-François Copé, la théorie du retour de N. Sarkozy en 2017 semble avoir pris du plomb dans l’aile. Alors vers qui vont se tourner les espérances des électeurs de droite ? Vers Alain Juppé ? Lui qui a aussi eu affaire à la justice française, condamné à un an d’inégibilité en décembre 2004 ? A moins que ce ne soit vers le parti frontiste mené par la famille Le Pen.

A force de voir son nom cité dans de multiples affaires, celui qui nous a gouverné durant cinq ans peut-il réellement montrer patte blanche ? C’est la question les électeurs français sont en droit de se poser. Et si finalement, ce n’était pas dans les hautes sphères des parties politiques qu’il faut faire le ménage ?

Tom Lanneau

La galère de mon poto

C’est comme ce grec et ses 12 travaux, un mix entre Hercule et Ben Hur… Bref mon pote en chie ! Le 15 mai 2012, Le nesbi va mal du côté du Faubourg Saint Honoré… Nick a le seum, le blues de perdre sa couronne, son rainté. Il se console à l’ombre dans les bras de sa Carlita. Deux ans après le crime de lèse-majesté retentit encore et encore dans sa gueule, il rêve en scret de reconquête, de briller comme en 2007 !

Pendant ce temps, du côté du tierquar, rue Vaugirard, des têtes tombes et des bagarres éclatent. Les potos d’hier sont les ennemis d’aujourd’hui, comme on le dit si souvent les chiens ne font pas des chats et surtout “les aigles ne volent pas avec des pigeons“.

Il tente de noyer le poisson, carotte son monde mais les arrêtes ont les chicots durs et lâche pas le steak. Nick en a assez ! Il est en planque car les balances lui file au train et ont des micros des caméras. On déterre les dossiers pour lui faire sa peau pour le plomber avant 2017. Le nesbi est un jeu comme le Monopoly où l’on passe par la case prison.

Lansala Delcielo