Quand un après-midi foot finit au commissariat

AMBIANCE vendredi 26 juin 2015

Par Tom Lanneau @TomLanneau93

C’est une sacrée mésaventure qu’ont vécue quatre lycéens du Val d’Oise (95). L’après-midi devait être consacrée à un match de foot entre amis, elle finira dans un poste de police. Confondus avec d’autres personnes pour des faits de vandalisme, ils passeront un séjour au commissariat qu’ils ne sont pas prêt d’oublier.

Lundi 22 juin, à 15 heures, Yanis (16 ans) Amine (14 ans) Alex et Toufik (15 ans) se rejoignent aux abords du stade de Goussainville, dans le Val d’Oise, pour taper dans le ballon. Attendant leur 5e compère sur un parking, les quatre amis rigolent, discutent, se chambrent… Bref, un agréable parfum de vacances règne sur cette après-midi de fin juin.

Mais, ces lycéens devront remettre à un autre jour leur envie d’imiter les dribbles de Messi : avant même d’avoir démarré la première mi-temps, des agents de la police municipale arrivent pour contrôler l’identité de ces jeunes joueurs. « Ils nous ont contrôlés sans problème. Ils n’ont rien trouvé sur nous, on n’avait rien à se reprocher. Mais quelques minutes après, la Brigade Anti-Criminalité est arrivée et ils nous ont embarqué » raconte Yanis. Direction le commissariat de Goussainville dans une ambiance kafkaïenne : les quatre amis ne savent pas ce qu’on leur reproche.

« Dégradation de véhicule ! Ça vous dit rien ? »

Arrivés au commissariat, ils sont accueillis par un agent de la paix avec un chaleureux « alors, à qui je mets une claque en premier ? » leur aurait-il dit. Yanis et ses camarades ne comprennent pas. Ils font part de leur surprise au policier qui leur aurait répondu d’un air accusateur « Dégradation de véhicule ! Ça vous dit rien ? »  Après une rapide vérification de l’identité des lycéens, les grands moyens sont déployés pour ces jeunes à la voix qui commence à peine à muer, et dont le seul tort a été d’attendre sur un parking. Un fourgon et une voiture banalisée arrivent pour les transférer au commissariat de Gonesse (95). C’est là que la scène hollywoodienne commence. Les deux véhicules de police auraient roulé toutes sirènes hurlantes dans les rues. Les malheureux lycéens au casier vierge ne  connaissent pas encore les accusations. Toufik et Alex sont placés dans la voiture banalisée. « Les policiers nous ont mis dans la même voiture, car on portait une veste bleue » raconte Alex de sa voix fluette. « C’est là qu’on nous a dit que les casseurs aperçus sur un parking à proximité d’où on attendait portaient également des vestes bleues, et c’est la raison pour laquelle nous étions suspectés ».

Sans même attendre d’arriver au poste, un des fonctionnaires aurait sorti son portable personnel pour prendre en photo les adolescents. « À un moment, on parlait avec Toufik dans la voiture et on nous a ordonné de nous taire. Il y en a un qui s’est tourné vers Toufik et qui lui a dit : “Tu fais le ramadan toi ?! C’est donc une bonne raison pour ne pas nous mentir ! ” » Explique Alex. D’après son témoignage, les policiers auraient même été jusqu’à leur dire : « Quand on arrive au commissariat, dites que c’est vous. Ne vous en faites pas, si vous avouez, vous n’aurez pas de casier judiciaire ».

Arrivés au poste de police de Gonesse, les trois lycéens sont placés dans une cellule, et seront interrogés chacun leur tour. « Ce qui m’a choqué raconte Yanis, c’est que dès le début, ils se sont montrés accusatifs. C’est comme s’il n’y avait pas de présomption d’innocence ! » Après plus de trois heures de galère, les adolescents sont relâchés et convoqués pour une nouvelle audition le surlendemain. Les parents venus chercher leurs fils sont sous le choc. Nadjib, le grand frère de Yanis, les décrits comme « quatre mômes posés et brillants, au casier judiciaire vierge, à la scolarité irréprochable, et qui pourtant sont marqués par des soupçons injustes et par un traitement criminalisant ».

Les familles déposeront plainte pour « dénonciation calomnieuse »

Durant l’audition des quatre amis le mercredi, les images de la caméra de surveillance placée sur le lieu des faits prouvent leur innocence. « On voit bien que ce n’est pas nous. Les casseurs sont plus petits et en plus y en a un qui porte un short » rapporte Alex. « Aucun de nous quatre n’est vu sur le site », ajoute Yanis.

Suite à cette mésaventure, les familles des enfants ne souhaitent pas en rester là. Une plainte conjointe sera tout d’abord déposée pour « dénonciation calomnieuse » à l’encontre de la personne qui a accusé les quatre lycéens. Par la suite, Nadjib, jugeant qu’il s’agit là d’un « délit de faciès », compte saisir la commission de l’éthique et de la déontologie. Il a déjà sollicité un député du Val d’Oise, Gérard Sebaoun (PS). Il souhaite également faire appel aux collectifs comme « Stop le contrôle au faciès ».

« Dès le début des auditions, les policiers se sont montrés accusatifs envers mon petit frère et ses amis. C’est ça la présomption d’innocence ? » S’étonne Nadjib. Ce dernier explique cependant les raisons pour lesquelles les familles ne porteront pas plainte contre les hommes qui ont utilisé le ramadan, le mensonge et l’intimidation pour faire parler les enfants « une policière nous a expliqué qu’il sera impossible de prouver que la BAC a eu une attitude disproportionnée : les photos ont dû être effacées et ce sera parole contre parole […] En plus, les procédures contre l’État sont longues, coûteuses et ont très peu de chance d’aboutir. Et puis les familles ne sont pas militantes, elles ne veulent pas de problèmes ».

Si les procédures entreprises par les familles ont plus une portée symbolique, de leur côté les adolescents victimes de cette mésaventure semblent avoir été touchés. « Ça nous a donné une très mauvaise image de la police. Ils sont censés nous protéger, mais ce n’est pas ce qu’ils ont fait lundi » déclarent Alex et Yanis. Un sentiment qu’ils expriment plus comme un constat, que de la colère.

Tom Lanneau

Les réactions des internautes

  1. mardi 7 juillet 2015 03:29 Insoumis

    Aucune empathie pour ces gens la... coupable/innocent, allah reconnaîtra les siens.
  2. lundi 29 juin 2015 23:20 ledaron

    La sociologie policière ainsi que son histoire et son inconscient collectif sont ainsi fait : ségrégation dans les contrôles, tutoiements dans les interventions ,procès d'intentions et autres abus de pouvoir dans lesquels "nos" agents excellent couvert par la hiérarchie et les décideurs politiques. Tout va pour le mieux au pays des rafles ( du Vel d'hiv ) et des ratonnades ( Octobre 1961) .
    • mardi 30 juin 2015 13:52 El_Guinness

      Vous avez oublié les brigades mobiles, l'inquisition aussi au moyen age, l'extermination des chevaliers cathares etc etc etc on peut aller très loin avec votre raisonnement.
      • mardi 30 juin 2015 19:06 rosebonbon

        L'histoire éclaire le présent, on ne peut comprendre le présent si on ne fait pas le lien avec le passé. Sinon à quoi sert l'histoire ??
      • mardi 30 juin 2015 14:31 ledaron

        Nous parlons de l'Histoire récente ,celle qui hante encore les commissariats de la France républicaine. Il n'y en avait pas sous Clovis :)
  3. samedi 27 juin 2015 21:28 Amélie

    Cet article est un condensé de caricatures. Il est difficile d'y accorder du crédit.
    • dimanche 5 juillet 2015 11:57 jimbee

      Où est la caricature Amélie ? Dans le fait que trois jeunes se soient faits arrêter alors qu'aucun élément ne montrait leur culpabilité ou dans le fait que des milliers de jeunes ou de moins jeunes en France soient, au quotidien, victimes de contrôles au faciès ? Dans quel monde vivez-vous où les policiers sont irréprochables et les jeunes black-blancs-beurs des cités respectés par la communauté entière ? Moi je lis cette histoire et je la compare à ce qu'il se passe régulièrement tout près de chez moi ! Je n'habite ni à Paris ni en banlieue mais en Poitou-Charentes, région comme les autres en proie au racisme quotidien d'une police formatée... et c'est cela qui est le plus triste !
    • mardi 30 juin 2015 19:09 rosebonbon

      Demande aux victimes si c'est de la caricature, a elles aussi tu ne leur accorde pas de crédit, de quel droit ?
    • mardi 30 juin 2015 14:32 ledaron

      Faire l'Autruche ne change rien à la réalité...
  4. samedi 27 juin 2015 19:26 daniel many

    surprenant spectacle à la gare du nord à paris, arrivé bien en avance pour prendre un train pour Londres, j'ai assisté au contrôle de la plupart des arabes et des noirs, partant au travail ( il était tôt) on voyait dans le regard de ces homme une triste résignation ! triste !
    • samedi 27 juin 2015 21:39 brat

      Vous devriez écrire des romans. Vous avez le sens des phrases qui bouleversent.
      • dimanche 5 juillet 2015 12:02 jimbee

        Quant à vous, vous avez un sens peu élevé de l'empathie ! Ecrire des romans pour raconter la tristesse du quotidien ? Certains s'y essaient : je vous conseille le livre déjà ancien -il date de 1986 !- de Rachid Boudjedra " topographie idéale pour une agression caractérisée" remplacez les voyous par des policiers zélés et vous aurez exactement ce qui est dénoncé dans cet article : l'incroyable bêtise du petit blanc... mais sans l'uniforme !
      • mardi 30 juin 2015 19:11 rosebonbon

        Tu n'a aucun respect, c'est triste pour toi d'être aussi indifférent à l'autre.
      • mardi 30 juin 2015 17:27 ledaron

        Tu devrais constater de visu une réalité bien française !!!
  5. samedi 27 juin 2015 19:04 Sofy Michel

    Après, certains s'étonnent que des enfants, à la vue de la police, partent à courir et aillent se cacher dans des endroits dangereux, comme un transformateur électrique par exemple. Ces contrôles abusifs existent depuis des dizaines d'années, J'en ai souvent été témoin. Et les policiers savent très bien qu'ils ne seront pas poursuivis. C'est à la fois humiliant, injuste et discriminatoire, puisque fondé sur le faciès. Tout ce que ces façons de faire engendre, c'est la peur d'avoir le moindre contact avec la police, ce qui, par conséquent, peut décourager n'importe qui de les appeler en cas de besoin.
  6. samedi 27 juin 2015 11:27 ArletteMasson

    Je crois ce que dit cet article, c'est tellement vraisemblable et quotidien. Ce qui me mets en colère c'est que ces familles ne peuvent pas poursuivre car c'est vrai que les procédures contre l'Etat et contre la police sont longues coûteuses et n'aboutissent presque jamais. Je suis sûre que les policiers en ont conscience et en profitent. Ces attitudes inexcusables n'auront même pas d'effets sur leurs notations hélas.
  7. samedi 27 juin 2015 05:03 fischer

    en 2017 ce sera bien pire...
  8. vendredi 26 juin 2015 20:06 Talleyrand

    J'adore ces articles où il n y a que des jeunes bons et des méchants policiers qui ne font que martyriser ces jeunes. Bon quand ces jeunes jettent des cailloux c'est juste pour se defendre, quand les jeunes insultent les policiers c'est juste pour s'exprimer. A quand un article de fond qui nous changerait de ces articles à la gloire des jeunes . A chaque fois nous n'avons que le point devue des jeunes jamais de la police,chercher l erreur ! Les grands mots sont lâchés c'est un controle aux facies sans aucune preuve,tout le monde sait que la police ne peut etre que raciste.
    • mardi 30 juin 2015 19:15 rosebonbon

      Dans le monde de la police il n'y a que des "bisounours", les différentes affaires ces derniers mois te font pas réfléchir: vol de drogue, viol d'une touriste...
    • mardi 30 juin 2015 17:33 ledaron

      Talleyrand, j'aime toujours autant ta faconde quand il s'agit de défendre sans aucun recul ceux qui usent et abusent de leurs pouvoirs .Nous demandons aux policiers d'agir et de réagir avec discernement et non d'aller à la pêche miraculeuse en contrôlant les gens selon leurs phénotypes car c'est cela qui engendre malaise et ressentiment. les polices européennes ne fonctionnent pas aussi basiquement ,comment cela se fait-il ? Pourtant leurs résultats ne sont pas désastreux ?
    • samedi 27 juin 2015 14:21 edmond dantes

      Talleyrand,c est bien celui que Napoleon qualifiait de merde ans un bas de soie ?
      • samedi 27 juin 2015 14:56 Talleyrand

        Et alors vous en deduisez quoi !
        • samedi 27 juin 2015 16:00 denis

          devinez !
    • samedi 27 juin 2015 03:48 selim

      vous avez mal saisi l article. Ce ne sont justement pas CES jeunes là. Mais vous en faites de toute façon la generalite qui vous sert.
      • samedi 27 juin 2015 09:59 Talleyrand

        Mais pour savoir que ce n'était pas ces jeunes il fallait bien les contrôler et faire une enquete à charge et decharge c'est ce qu'a fait la police
        • dimanche 5 juillet 2015 12:05 jimbee

          Le problème dans votre remarque, c'est que vous avez dit aussi "à décharge"... heu, avant ou après les avoir insultés ?
        • samedi 27 juin 2015 10:17 denis

          "talleyrand" ? ce n'est pas ce type (sic) dont Napoléon aurait dit : "de la merde dans un bas de soie " ?
          • samedi 27 juin 2015 16:01 denis

            ben , le fond de "talleyrand" , plus c'est bas plus ... etc mon bon ...
          • samedi 27 juin 2015 14:49 Talleyrand

            Et alors que faut il en déduire? Assez bas comme remarque ,mais rien sur le fond ..
  9. vendredi 26 juin 2015 17:54 semantique

    On se rapproche de plus en plus de la fameuse république bananière parodiée hier par les ironiques aujourd'hui rattrapés par leurs tares.
  10. vendredi 26 juin 2015 11:12 Maud Cambronne

    "qu’on vécu ' ! Non, qu'ont vécue. Et encore pas mal d'autres. Nous sommes sur Libération, quand même, pas sur Voici ou Gala. Sur la police: rien d'étonnant malheureusement. Cela confirme pourquoi, lorsqu'on demande aux Européens l'opinion qu'ils ont de leur police, la France arrive en toute fin de classement, avec l'Italie qui ne vaut guère mieux, mais loin derrière non seulement les Allemands, les Anglais, les Danois etc., mais aussi loin derrière les Espagnols, les Portugais. Encore heureux qu'ils ne sortent pas le flingue comme aux Etats-Unis! Elle me fait honte, notre police!
  11. vendredi 26 juin 2015 10:56 tof

    Pas de bol, y a des jours sans. C'est pas la gestapo non plus
  12. vendredi 26 juin 2015 10:53 Raoul

    Accusatif? C'était des flics latinistes ou germanistes je suppose. ;)
    • vendredi 3 juillet 2015 18:51 baldy

      de toute manière, c'était des cas :)
  13. vendredi 26 juin 2015 10:33 Red

    Ce n'est pas une mésaventure mais peut être un ou plusieurs délits commis par des policiers (la justice tranchera). Donc oui, c'est effectivement très grave. Le travail des policiers n'est certainement pas facile, mais la loi existe et il faut la respecter dans les deux sens. J'ai personnellement déjà été victime d'une erreur de ce genre, j'en suis sorti au bout de 4 heures particulièrement abasourdi sur le simple prétexte d'avoir la même coupe de cheveux qu'un suspect. Cependant, malgré le fait d'avoir été menotté et emmené de force alors que je merdais à mon travail en plein Paris, j'avais eu la chance d'avoir été traité avec respect et discernement. Des gamins méritent encore plus d'effort, dans le cadre de la présomption d'innocence. Il faut expliquer qu'ils sont suspectés, les rassurer dans le cas où ils seraient innocents... Et de ne rien ajouter.
  14. vendredi 26 juin 2015 10:09 Simone

    Une simple question : est ce que cette mésaventure valait la peine d'être transformée en article ? Je n'aime pas trop que le blog alimente la rancœur puis la colère de certains des habitants de la banlieue . Sans prétendre que la police est parfaite , il est important qu'elle puisse faire son travail et l'une de ces missions est d'arrêter les délinquants et de leur faire avouer leurs méfaits . Or il est évident que ce n'est pas devant une tasse de chocolat et des gâteaux que les présumés coupables vont avouer , les policiers jouent leur rôle en mettant la pression et Nedjib s'étonne de cette méthode alors que c'est une tactique ordinaire (il faut lui conseiller de voir des séries policières ) Quant au contrôle au faciès , il est inadmissible si les présumés coupables n'ont pas été décrits comme ressemblants aux jeunes arrêtés .
    • samedi 27 juin 2015 19:41 rosebonbon

      Le contrôle au faciès ce n'est pas de la fiction, mais hélas une horrible réalité pour bons nombres de jeunes. Mais, tous les jeunes ne sont pas harcelés et humiliés ce sont exclusivement les jeunes de types berbère, arabe et black. Tandis que les jeunes de type européen, chinois ou indo pakistanais peuvent vivre sereinement leur vie de jeune. Elle est belle notre république et notre démocratie qui permet de tels agissement.
    • samedi 27 juin 2015 03:53 selim

      Nul ne peut etre force de s accuser lui meme. C est la base du travail de police de rassembler des preuves factuelles, a charge, pour constituer l accusation. Les temoignages, surtout d un temoin unique, pesent moins lourd. Et si l aveu est recherche, il ne peut etre provoque par des menaces ou des entourloupes du style "si tu dis que c est toi, t as un chocolat". Et la, on parle vraiment de la base du travail de police, que la bac ne respecte apparemment pas.
      • mardi 30 juin 2015 21:33 ledaron

        La théorie que tu énumères Selim est infirmé par la pratique inquisitoire d'une police qui ne recherche que des aveux ( culture Catholique de la confession ?) en mettant en place les conditions :pression, humiliation, chantage, fatigue ,manque d'hygiène leur permettant d'arriver à leur fin. Bref, que d'injustices et d'occasion ratées de réconcilier toutes les strates de la société.
      • samedi 27 juin 2015 09:49 Talleyrand

        La aussi vous accusez sans preuve, rien ne dit que les policiers ont tenu un tel discours ...
        • samedi 27 juin 2015 10:19 denis

          c'est pour cela , comme vous ne l'avez pas remarqué sans doute , que le mot "apparemment" est utilisé dans le commentaire non ?
    • vendredi 26 juin 2015 18:18 Nicolas

      Si les séries policières sont des vidéos de formations pour les flics on est pas sortie de l'auberge. Les publi-reportages à la gloire du bleu sont bien évidemment arrangés pour tenir en haleine le spectacteur. La lobotomisation des cerveaux grâce à la lucarne est bien avancée. Pour en revenir à cette affaire ,le comportement de la police est intolérable ,si cela ne vous choque pas tant mieux pour vous en espérant qu'une accusation calomnieuse ne vous tombe pas dessus .
    • vendredi 26 juin 2015 14:58 DA

      Que la police puisse se comporter comme n'importe quel délinquant qu'elle est censée poursuivre, ça vous paraît normal? Ainsi commence le fascisme ordinaire, celui des suivistes, celui qui n'emploie pas de grands termes mais accepte sagement l'infamie quand elle est commise par l'autorité (oui, oui, vous, personnellement !).
      • vendredi 26 juin 2015 20:09 Talleyrand

        Vous parlez sans savoir ce qu'est réellement le facisme,allez dans d'autres pays et vous verez ce qu'est la democratie en France
      • vendredi 26 juin 2015 15:32 Simone

        DA . Je vous prie de ne pas m'insulter !
        • vendredi 26 juin 2015 16:22 DA

          Je vous prie d'assumer le contenu de ce que vous dites.
    • vendredi 26 juin 2015 10:47 MORSI

      ça n'est pas une "mésaventure" Madame ! c'est le comportement QUOTIDIEN, SYSTÉMATIQUE, SYSTÉMATIQUEMENT ABUSIF + IRRESPECTUEUX de la police envers les jeunes, spécialement les jeunes d'origine ARABE + NOIRE, peu importe qu'ils soient français. D'ailleurs, s'ils ne le sont pas, cela ne change strictement rien au problème. Si c'était vos enfants, vous diriez-quoi ? ça n'est quand même pas pour rien que l'Etat français a été condamné pour faute lourde par nos juridictions pour discrimination dans le contrôle au faciès !!! Aussi, je pense au contraire qu'il faut attaquer l'Etat, sa police, pour que cessent ces humiliations, ces traumatismes. Pour que la police respecte NOS jeunes. Tous nos jeunes, sans exception et pas que nos jeunes d'ailleurs.
      • vendredi 26 juin 2015 17:03 alabinos

        Ne croyez pas que les forces de de polices diverses (avec la Gendarmerie, la France a le record du plus grand nombre de "gardiens de la démocratie"/nbre d'habitant) prennent des gants pour traiter les suspects indigènes...
      • vendredi 26 juin 2015 13:33 Simone

        Morsi . Je n'ai fait fait que reprendre ce qu'avait écrit l'auteur de l'article "c'est une sacrée mésaventure qu'on ..."
        • samedi 27 juin 2015 13:09 MORSI

          Simone. Le terme mésaventure ne saurait exonérer quoique ce soit. Vous imaginez un enfant ou adolescent confronté pour la 1ère fois à des forces de police à l'inconduite telle que celle qui est décrite = familiarité dévoyée, menaces verbales de sévices physiques, disproportion des moyens etc... Voilà bien une "mésaventure" traumatisante, hallucinante, dont nos ados vont longtemps se rappeler. Comment vont-ils pouvoir croire que la police est là pour les PROTÉGER alors qu'ils ont subi une agression en règle de leur part ? Mission impossible.
          • dimanche 5 juillet 2015 00:56 Alicia

            Parfois on a un petit peu tendance à oublier que le contrôle au faciès sert à trouver les clandestins et ces jeunes ont souvent le type du clandestin(Jeune ,d'origine africaine, homme) Personnellement je pense que cela ne sert à rien.On a plus de chance de tomber sur un français que sur un clandestin.
    • vendredi 26 juin 2015 10:32 kamel

      Bonjour, ce n'est pas je crois le contrôle qui pose problème dès lors qu'une voie de fait est constatée, c'est surtout le manque de discernement de la part des agents. Certainement la formation au métier de policier comporte des lacunes. Il n'est peut être pas assez répété à l'apprenti policier que le délinquant n'est pas ethnique mais social, de la cité, et qu'il ne peut représenter d'autres que lui même. Dans ce cas, ayant a faire à de jeunes gens, les fonctionnaires auraient du s'y prendre autrement, avec plus de tact. Il est vain de penser que la tactique violente serait la mieux adaptée aux situations de contrôle et de sécurité, l’aïkido enseigne des savoirs être non violents et particulièrement efficaces dans les situations difficiles. La police doit nous inspirer confiance et respect, y parvient elle avec de tels comportements? Son rôle est complexe et la mission difficile, nous sommes tous dans le même bateau...
      • vendredi 26 juin 2015 10:48 chrisdeparis

        vous connaissez les "jeunes" délinquants du 93 ? Parce que pour y avoir été confronté, ce n'est pas en leur apportant des fraises Tagada ou des Haribo Pick qu'ils vont respecter la police. Ces jeunes ont-ils été blessés ? non Ont-ils été insultés ? non Un des policiers a dit que si le jeune pratiquait le ramadan il n'avait normalement pas le droit de mentir.... c'est vrai. Alors oui, ce n'était pas les bons, mais leur descriptions correspondaient avec celles des auteurs et ils étaient à proximité du lieu du délit (donc aucun délit de contrôle au faciès).
        • vendredi 26 juin 2015 11:47 Pieyre

          " Un des policiers a dit que si le jeune pratiquait le ramadan il n'avait normalement pas le droit de mentir. " Depuis quand la France dispose-t-elle d'une Mutawa, au fait ?
          • samedi 27 juin 2015 10:22 denis

            quand on prend le pseudo du lettré "talleyrand" , on écrit "ce sont" et non "c'est" , au pluriel non ? quant à la syntaxe et l'état d'esprit ... bof ...
          • samedi 27 juin 2015 09:56 Talleyrand

            C est les jeunes qui tiennent ces propos mais nous n'avons pas la version des policiers, un article doit aussi être à charge et à décharge ! Il est trop facile à chaque fois de ramener un contrôle aux religieux ou aux facies ...
        • vendredi 26 juin 2015 11:18 Maud Cambronne

          J'espère Chris que vous ne serez pas victime d'accusations calomnieuses, d'accusations portées à la légère, ou simplement d'arrestation parce que vous passez par là et qu'on a pu croire que c'était vous. En théorie, toute personne arrêtée est présumée innocente et c'est à l'accusation de prouver la culpabilité, mais en pratique, c'est exactement l'inverse qui se passe, et la police n'a absolument aucune culture de la présomption d'innocence. Un exemple: ne divorcez pas! parce qu'en cas de divorce, les accusations d'abus sexuels sur enfants, voilà qui est monnaie courante, et si un jour ça vous vise, vous comprendrez pourquoi Outreau!