« Chers Français, nous sommes en 2017 et moi, Marine Le Pen, je suis votre Présidente »

AMBIANCE dimanche 6 décembre 2015

Par Sabrina Mondélice

Et si Marine Le Pen devenait Présidente de la République en 2017 ? C’est le scénario qu’imaginent François Durpaire et Farid Boudjellal dans leur BD, « La Présidente », publiée aux éditions Les Arènes.  

Loin de vouloir faire une caricature du Front National, l’historien François Durpaire signe ici un roman graphique d’anticipation dans lequel il reprend plusieurs points du programme du parti. L’auteur, spécialiste des questions de diversité culturelle, n’est pas à son premier coup d’essai. Il avait déjà écrit en 2007 la biographique de Barack Obama et avait prédit son élection, bien que Hillary Clinton fut favorite dans les sondages. En qualité d’historien, il examine les faits et étudie les causes qui ont amené à cette élection. Selon lui un fort taux d’abstention ainsi qu’une division des partis de droite conduiraient à une victoire de Marine Le Pen aux prochaines élections. Il y a une semaine, un sondage BVA pour La Voix du Nord donnait le Front National gagnant aux élections régionales des 6 et 13 décembre, dans le Nord-Pas-de-Calais. Quant à sa nièce Marion Marechal Le Pen, elle était tout aussi pressentie pour gagner la région PACA (sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions) .

Une oeuvre nourrie

Le scénario décrit dans la BD n’est donc pas qu’une pure fiction, il s’inscrit dans une réflexion poussée alimentée par des échanges avec des spécialistes comme l’économiste Emmanuel Lechypre ou encore le journaliste Walles Kotra. Le programme du parti frontiste est analysé, et l’album est ponctué d’extraits tirés des tracts du parti de Marine Le Pen. Au fil des pages, nous voyons l’impact d’une politique de repli sur soi, sur l’économie, ainsi que sur les français de métropole et des outre-mers, notamment en Nouvelle Calédonie où une scission s’opèrent au sein de la population entre Kanaks et Caldoches. L’erreur serait de penser qu’un tel scénario ne pourrait jamais se produire : « il est très dangereux voire irresponsable de mettre la tête sous le sable et de croire que (le FN) ne passera jamais » affirme Farid Boudjellal.

L’esthétisme au service de la politique

L’idée de la BD s’est ainsi imposée comme une évidence. François Durpaire, qui à l’origine voulait en faire un livre, a été rapidement convaincu de l’intérêt d’une oeuvre graphique : « une BD c’est plus accessible et ça se lit plus facilement » nous confie-t-il. Le dessinateur Farid Boudjellal confirme ce point de vue et nous explique que pour cet album il a décidé de travailler à partir de photos et en numérique pour avoir plus d’authenticité. Ce style photographique ainsi que l’utilisation du noir et blanc donne à l’oeuvre un côté sombre et une dimension dramatique au récit : « je voulais un dessin froid, différent et moins chaleureux de ce que j’ai pu faire auparavant. Je voulais que ce soit réaliste ». Pari réussi. Pour cet artiste engagé, l’objectif est clair, si les lecteurs « qui ont l’intention de voter Front National changent d’avis en lisant (La Présidente), ce sera une victoire ».

Sabrina Mondélice

Les réactions des internautes

  1. samedi 19 décembre 2015 00:27 bec_rageur

    Enfin ! Ouf !
  2. lundi 7 décembre 2015 19:19 Tartenpion94

    Citation de Martin Luther King: "Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. " de L'ultime faiblesse de la violence est que c'est une spirale descendante, engendrant la chose même qu'elle cherche à détruire. Au lieu d'affaiblir le mal, elle le multiplie. En utilisant la violence, vous pouvez tuer le menteur, mais vous ne pouvez pas tuer le mensonge, ni rétablir la vérité. En utilisant la violence, vous pouvez assassiner le haineux, mais vous ne pouvez pas tuer la haine. En fait, la violence fait simplement grandir la haine. Et cela continue… Rendre la haine pour la haine multiplie la haine, ajoutant une obscurité plus profonde à une nuit sans étoiles. L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité : seule la lumière peut faire cela. La haine ne peut pas chasser la haine : seul l'amour peut faire cela...
    • lundi 7 décembre 2015 19:42 Talleyrand

      Bis repetita. ..
  3. dimanche 6 décembre 2015 10:21 pollux10

    J'ai feuilleté cette BD (pas acheté: je n'aime pas du tout ce graphisme". Elle fait totalement l'impasse me semble-t-il sur un point: l'élection législative: sans majorité un président de la république ne peut rien faire
    • dimanche 6 décembre 2015 11:17 eric de saint estève

      bonjour Pollux10, C'est le scénario que tout le monde aime à se raconter pour limiter mentalement les dégâts que serait l'arrivée du front à la tête du pays, ne peut t-on pas imaginer, imaginer simplement hein, que d'ici 2017 les dégâts en termes d'attentats et d'affrontements quotidiens "communautaires" amèneraient les électeurs à opter comme la gauche l'a fait avec Hollande à la dernière élection soit dit en passant, à opter donc pour un vote "utile" qui amènerait une majorité front national à la députation. Pour les cantonales, partout où ils étaient au deuxième tour, c'est les désistements qui ont fait qu'ils ne soient élus nulle part, je pense que l'exemple de l'élection de Syriza reste un cas de figure applicable à la France, effondrement du parti socialiste, aspiration des voix de droite qui brasse de l'air, mais qui une fois au pouvoir ne fait pas le quart de ce qu'elle avait annoncée, disons que le souvenir des quinze dernières années de mandats des uns et des autres risque de faire surface, l'envie du "on a pas essayé" et d'une "autorité" dirigé contre ce qui gêne le plus et prendra de l'ampleur d'ici là, l'islam radical, faisant que rien n'est vraiment impossible à présent, mais attendons ce soir les résultats pour en savoir un peu plus sur l'attitude des uns et des autres, comme le dit Bérénice en ironisant et n'y croyant pas, personnellement, je pense que la dernière chance de ne pas voir l'arrivée au pouvoir en 2017 ne sera que dans le fait de faire une coalition à l'Allemande pour qu'ils s'en sortent, en encore, c'est sans compter sur l'esprit de contradiction des Français, qui n'y verraient qu'une martingale de plus pour rester en place, avoir les postes, les avantages et revenus qui vont avec, dire qu'à ce stade ça sent déjà le sapin serait osé, disons qu'on entend la tronçonneuse qui coupe l'arbre, on verra après pour la confection du cercueil hein.........
      • vendredi 11 décembre 2015 09:16 eric de saint estève

        re, "personnellement, je pense que la dernière chance de ne pas voir l'arrivée au pouvoir en 2017 ne sera que dans le fait de faire une coalition à l'Allemande ", qu'est ce qu'avait dit Valls avant l'élection, possibilité de fusion avec des listes de droite, que dit Juppé à l'entre deux tours, que si il est élu président, il composera une vrai ouverture à gauche en intégrant des éléments et idées de ce courant de pensée. Le problème et c'en est un, c'est qu'en Allemagne cela a marché pour contenir les autres partis qui se retrouvent à la marge. La coalition CDU/CSU met les autres à l'amende de par son poids, mais ici en France, nous retrouverons le vote "utile" de contestation que cristallisera le fn. Les réformes envisagées n'apporteront que de la précarisation, des petits jobs et des incertitudes sur l'avenir. Et pour qui voteront les mécontents au fur et à mesure que comme en Espagne les dirigeants viendront affirmer que tout va pour le mieux, puisqu'ils ont mis en oeuvre les mesures qui baissent les déficits tout en créant des emplois...en Espagne la grogne se reporte sur les listes citoyennes de gauche, comme au Portugal ou en Grèce, ce sont des pays qui ont connu des dictatures de droite avant les années 80, mais en France, les autres partis ne représentant pas d'alternative possible à eux seuls, qui c'est qui récupèrera la mise, si ce n'est le front national. C'est comme le fusil à un coup de Sarkozy en 2007, cette coalition qui voudra continuer comme maintenant, l'Europe, les entreprises, la libéralisation, etc...etc...marchera la première fois, mais comme le système ne changera pas et que l'on continuera de produire des pauvres et de la précarité, il ne faut pas se leurrer, ce sera le dernier coup avant que la table ne soit renversée.....tout le monde fustige le partage du travail, mais en précarisant de la sorte, ils le réalisent implicitement, sauf que le passage aux 35 heures avait réussi à maintenir les salaires, là, on partage pour moins de 1000 euros pas mois, et vous croyez que les gens vont se satisfaire de leur sort??? Même au Royaume Uni,chantre de l'ultra libéralisme, ils viennent de mettre un "gauchiste" à la tête du parti d'opposition, ici, ce n'est ni Mélenchon, ni Laurent, ni Cosse qui récupèreront les déçus, et plus ils seront nombreux et plus le fn sera haut...c'est insoluble. Ce qu'il y a de sur, c'est que lundi matin, droite comme gauche vont exploser. Les 70% à gauche qui sont pour cette politique de Valls et qui voient en Juppé une alternative crédible suivront, et à droite l'éjection de Sarkozy pour un recentrage, fera qu'une partie de la "droite forte" basculera au fn, mais qu'en contre partie ils récupèreront les centristes qui ne savent plus où ils en sont. Ce faisant la bipolarisation sera pratiquement effective, et l'alternative se fera comme pour Syriza en Grèce, il ne restera qu'une solution aux futur déçus, le fn.
  4. dimanche 6 décembre 2015 10:20 pollux10

    Quand on donne des "conseils amicaux" de ce type, on essaie d'être soi-même irréprochable. D'abord, après "après que", c'est l'indicatif qui est valable, l'usage du subjonctif n'étant qu'une tolérance. Ensuite "Quand au fort taux d'abstention et la division des partis de droite qui favoriserait": il y a 2 éléments, donc "favoriseraient". Enfin votre usage de la ponctuation et des majuscules est totalement délirant: ainsi pour ne prendre qu'un exemple, au lieu de votre "[...]candidat unique du PS et des Républicains. Scénario hautement improbable" on préférera, quand on écrit correctement le français "[...]candidat unique du PS et des Républicains : scénario hautement improbable"
  5. dimanche 6 décembre 2015 09:15 triton

    https://triton95.wordpress.com/2015/12/06/pas-de-jawalerie-aujourdhui/ Ce matin, très tôt, j'ai pris mon stylo-plume pour vous donner ce conseil pour le vote d'aujourd'hui.
  6. dimanche 6 décembre 2015 09:08 eric de saint estève

    bonjour, Pas besoin de la BD, j'avais déjà tout expliqué ici............. http://bondyblog.liberation.fr/201509070001/les-couleurs-de-la-photo-de-classe/#.VmPsmL8xrcs ................
    • dimanche 6 décembre 2015 09:34 eric de saint estève

      re, Et là tout en bas les derniers commentaires étaient sur les salafistes, bizarre, c'est ce qui est en train d'arriver............. http://bondyblog.liberation.fr/201509180001/des-terroristes-parmi-les-refugies/#.VmPywL8xrcs .................
      • dimanche 6 décembre 2015 10:07 eric de saint estève

        re, Et là on retrouve bien entendu les tenants d'un "islam total" sous couvert de dignité comme pour la marche, mais où sont les millions de "modérés", "d'intégrés" et de "sécularisés" que l'on entend jamais, ils ont autre chose à faire, et ne sont pas touchés par le "phénomène victimaire", devrais-je dire "victimiste" parce que ça rime avec "laïciste" comme dirait M.Plénel hein.............. http://contre-attaques.org/magazine/article/grand-meeting ...............
        • dimanche 6 décembre 2015 21:52 pensive

          Aussi étrange que cela puisse paraître, beaucoup de musulmans intégrés, modérés, votent pour Mme Le Pen
          • lundi 7 décembre 2015 19:32 Tartenpion94

            Pensive vous dites: " Aussi étrange que cela puisse paraître, beaucoup de musulmans "intégrés", modérés, votent pour Mme Le Pen" d'ou tenez vos sources. On peut dire la m^me chose de certains chrétiens, certains juifs et certains athée....qui eux aussi votent pour le front national. Ce parti qui atise les haines et la haine de l'autre ratisse large et dans toute les communautés. Peut on parler d'intégration ou de désintégration????? la question se pose ce qui est sur c'est que les valeurs de la république ils ne les ont pas intégrés.
          • lundi 7 décembre 2015 11:17 eric de saint estève

            bonjour Pensive, Montez un institut de sondage, c'est la mode en ce moment, vous avez des choses à nous apprendre, perso, ici, à Perpignan et Béziers que je connais un peu aussi, et malgré les scores élevés qui sont tombés hier soir, je n'en ai jamais entendu parler, une exception certainement......pourtant, je connais des personnes qui ont changé leur gosses d'école pour éviter la oumma tous les jours de l'année scolaire à la sortie des classes, et de l'aimable pression que peuvent faire subir les nones/soeurs, afin que leur coreligionnaires de naissance occidentalisées et mariées à un gaulois, rentre dans le destin paradisiaque du formatage religieux....ça ne les pousse pas vers l'extrême droite pour autant, car elles savent le danger potentiel que sera la politique de ce parti une fois qu'il sera aux manettes du pays.