Dix lieux à voir à Molenbeek et ses environs

AMBIANCE mercredi 24 février 2016

Par Sabrina Mondélice

SEMAINE SPÉCIALE BRUXELLES. Sabrina a déniché dix lieux incontournables de la capitale belge. En route !

Avant de commencer, il est important d’apprendre à dire correctement Molenbeek en Français. Pour passer inaperçus quand vous irez à Bruxelles, évitez de dire Molenbèk, dites plutôt Molenbéék. Une fois que vous avez intégré cela, vous êtes prêts pour aller vous balader dans les rues chargées d’histoire de cette commune bruxelloise.

1/ La Fonderie

La_Fonderie,_Brussels_Museum_of_Industry_and_LabourPour ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’histoire, la Fonderie est un lieu incontournable qui accueille le musée de l’Industrie et du Travail. En cinq étapes, on vous explique le passé industriel de Bruxelles  : le développement de la région autour de ses industries, le secteur textile, alimentaire, celui du bois et du métal. Ce musée à taille humaine vous permettra de mieux comprendre comment la Belgique est passée d’un monde rural et agricole à une société urbaine.

2/ Le canal de Charleroi

Cette voie maritime a été déterminante dans l’expansion « du petit Manchester belge ». Percées en 1832, les zones bordant la voie d’eau se développent économiquement. De nouvelles entreprises sortent de terre comme des champignons le long du canal, dans le quartier Saint-Martin ainsi qu’à Anderlecht et à Laeken. Aujourd’hui, il est plus connu pour être une frontière psychologique entre le quartier chic et branché de la rue Dansaert et celui plus populaire de Molenbeek. Pour 13 euros, vous pourrez faire une visite guidée en bateau des voies maritimes (Contact : La Fonderie).

3/ Les Grands Boulevards

0383314bf626052313b8275638fcccce-1432636922

Le boulevard Léopold II (1867 et 1891) et le boulevard du Jubilé (construit vers 1900) sont tracés pour relier le centre de Bruxelles à Koekelberg et Loeken. Déssinées par l’urbaniste Victor Besme, ces artères permettent aujourd’hui de faire de belles balades. Le boulevard Louis Mettewie réserve aussi une belle surprise avec le parc Karreveld, qui offre une flore remarquable et une trentaine d’espèces différentes d’oiseaux qui se partagent les lieux. Idéal pour lire tranquillement un bouquin.

4/ Le cimetière communal

SAM_6053Inauguré en 1864, cette « ville des morts » offre des monuments Art déco aux lignes rigoureuses et géométriques intéressantes, avec un équilibre parfait entre l’espace et les volumes. Ce lieu a été crée d’après les plans de l’architecte Joseph Praet. Petit clin d’oeil à l’art égyptien, on peut voir sur certaines stèles des têtes de sphinx sculptées ou des sabliers ailés symbolisant le temps qui coule et qui s’envole. Situé au n° 539 de la Chaussée de Gand, il n’est pas loin du château du Karreveld .Pour la petite histoire, la famille des Cressonnières a son monument aux morts en style art-nouveau qui a été dessiné de la main du célèbre architecte Victor Horta en 1896. Les férus de sport pourront se recueillir sur la tombe du nageur belge Edouard Van Haelen, qui a participé aux J.O de 1920 à Anvers dans l’épreuve du 200 mètres brasse. Sur sa sépulture, on peut voir un symbole olympique qui est renversé en signe de deuil.

5/ Le château du Karreveld

Il faut savoir qu’à l’origine, cette demeure ne se trouvait pas sur le territoire de Molenbeek-Saint-Jean, mais sur celui d’Anderlecht. C’est en 1812 qu’un échange de parcelle le fera passer dans les limites d’une commune à l’autre. Il fût construit entre le 16ème et le 17ème siècle. Une partie du château était destiné au logement et l’autre, aux travaux de la ferme. Aujourd’hui, vous pouvez selon le calendrier assister à des expositions. Vous ne pouvez pas aller à Molenbeek sans aller visite ce château pittoresque.

6/ Les marchés

DSC_1805Pour ceux qui n’aiment pas traîner les pieds dans des grandes surfaces et préfèrent se marcher en plein air, optez pour les marchés. Celui de la place communale est ouvert le jeudi et le dimanche matin, vous y trouverez bien sûr des légumes et une large variété d’olives et d’épices du Maroc.

Aux alentours…

7/ Le Space

IMG_7876Situé à quelques pas du métro Comte de Flandre, La Space vous acceuille dans un cadre intimiste et chaleureux. Pour prendre un thé à la menthe et écouter un artiste chanter, ou pour ses after-work culturels, c’est un espace où se rencontrent des acteurs locaux du secteur musical et artistique.

8/ Les magasins d’usine

Du côté de Koekelberg, à la station Simonis, on court à la boutique de la fabrique Godiva pour y acheter du chocolat. Le prix est abordable et bien moins cher qu’en centre ville. Comptez environ 30euros pour un kilo de truffes ou de chocolats fourrés à la mousse de fruits ou à la meringue. Si vous hésitez entre les pralinés brésiliennes et les truffes « Spéculoos », le vendeur vous guidera dans vos choix et vous fera goûter sur place. Un petit plaisir belge à prix réduit. Pour les budgets encore plus sérrés, direction la station Erasme dans la commune d’Anderlecht. Le prix au kilo est d’une vingtaine d’euros en moyenne selon les chocolats. Une dégustation est possible mais prévoyez une bouteille d’eau, le sucre, ça donne soif.

9/ Où manger des frites ?

IMG_7850À Bruxelles on peut bien évidemment manger des frites partout. Mais pour les touristes qui visent un bon rapport qualité/prix, Fritland, c’est parfait. Situé en plein centre de la capitale, rue Henri Maus, en face de la Bourse, ce restaurant qui ressemble plus à un snack, offre une large gamme de sauces et d’accompagnement comme des fricadelles ou la fameuse carbonnade. Arrosez le repas d’une bonne bière, et vous voilà prêt pour flâner dans les allées d’un musée.

10/ Le Musée Magritte

DSC_1874Parmi tous les nombreux musées que compte la ville, il y en a un qui se détache par son originalité : le musée Magritte. Situé à proximité de la gare Centrale, il vous faudra remonter la rue Ravenstein jusqu’à sur la place Royale pour vous y rendre.Vous y verrez une collection d’oeuvres inédites de l’artiste belge surréaliste René Magritte comme « La Découverte » (1927). Si vous voulez admirer son tableau le plus célèbre : « La trahison est images » qui est accompagné de la fameuse légende  « Ceci n’est pas une pipe ». Avant de vous y rendre pour le voir, renseignez-vous car il est souvent prêté pour d’autres expositions.

Sabrina Mondélice