A Tourcoing, humiliations, racisme et harcèlement : la vie, la vraie d'employés d’Auchan City

C'EST CHAUD vendredi 30 décembre 2016

Par Leïla Khouiel https://twitter.com/LeilaKhl

A Tourcoing, dans le Nord, l’histoire d’une caissière d’Auchan City qui a fait une fausse couche à son poste met en lumière les conditions de travail et les méthodes de management peu enviables de l’entreprise. Entre humiliations, remarques racistes et harcèlement, plusieurs employés livrent leur témoignage au Bondy Blog.

Son histoire a fait le tour des médias. Fadila*, 23 ans, est encore sous le choc. Le 22 novembre, elle fait une fausse couche sur son lieu de travail, le supermarché Auchan City de Tourcoing, commune de la banlieue lilloise. Elle raconte, les larmes aux yeux et avec une petite voix, cette “journée horrible”. Son contrat de professionnalisation d’hôtesse de caisse de six mois débute le 2 novembre dernier. Quelques jours plus tard, lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte de deux mois, elle en informe sa direction à qui elle demande des aménagements d’horaires et des autorisations supplémentaires de se rendre aux toilettes. Elle essuie un refus de son manager, Wendy B. “Alors, j’avalais mon vomi pendant le travail. Je me sentais mal : nausées, maux de tête, mal au ventre. Quand je rentrais chez moi, je vomissais, je ne mangeais plus”, rapporte la jeune Italienne d’origine marocaine.

Après un arrêt d’une semaine, Fadila reprend le travail et doit gérer “un planning assez lourd”. “A mon retour, mes responsables m’ont reproché d’être trop souvent absente. Il n’y avait aucune empathie de leur part”, décrit la jeune femme. Ce 22 novembre, les douleurs se font de plus en plus insupportables, “j’avais l’impression de recevoir des coups de couteau dans le ventre”, rapporte-t-elle. Elle alerte à plusieurs reprises ses responsables hiérarchiques. En vain. Les clients remarquent sa pâleur et lui demandent si tout va bien. A 20h, assise derrière sa caisse, Fadila fait une hémorragie. “Mon siège était recouvert de sang, mon pantalon était trempé. J’ai alors fermé ma caisse, indique-t-elle. Les managers sont immédiatement intervenus pour me demander pourquoi j’avais pris la décision de fermer la caisse avant l’heure”. C’est finalement le responsable de la sécurité de la galerie marchande, dans laquelle se trouve le magasin, qui appellera les pompiers. “Et non Auchan City”, précise Fadila.

“C’est loin d’être terminé, je ne lâcherai pas Auchan”

A l’arrivée des pompiers, la jeune employée leur explique qu’elle n’a pas pu se rendre aux toilettes depuis trois heures. Ils la conduisent alors aux W-C. “C’est le pompier qui m’a appris que j’avais perdu mon bébé”, raconte-elle encore très émue. Fadila passe la nuit à l’hôpital et s’étonne de ne recevoir aucun coup de fil de la part de sa direction. “Personne de chez Auchan n’est venu demander de mes nouvelles”, affirme-t-elle. Sa supérieure, Wendy B., lui réclamera un justificatif pour expliquer les raisons de son départ avant l’heure de fin de sa vacation. “Elle a même osé me demander si je pouvais revenir travailler le lendemain”, ajoute Fadila. Lorsque Philippe Mauger, directeur des ressources humaines des Halles d’Auchan, la contacte le jeudi 22 décembre, il ne reconnaît pas qu’il s’agit d’un accident du travail et lui demande dans le même temps de ne pas en parler à la presse, preuve que la direction avait conscience de la gravité des faits et de son comportement défaillant vis-à-vis de la jeune employée.

Contacté par le Bondy Blog, le responsable de la communication du groupe Auchan France dément des éléments factuels : “elle n’a jamais exprimé de besoin d’aménagement d’emploi du temps et aucune pause ne lui a été refusée pendant la journée”. Il assure également que Fadila sera reçue par le DRH prochainement, “dès son rétablissement”. Information réfutée par la jeune femme, elle affirme ne plus être en contact avec sa direction depuis l’appel téléphonique du 22 décembre. Elle a pu faire reconnaître sa fausse couche comme un accident de travail. Une enquête du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) est également en cours. C’est loin d’être terminé, je ne lâcherai pas Auchan”, conclut Fadila, affaiblie mais déterminée.

L’histoire n’étonne pas Me Ioannis Kappopolous, avocat de la CGT et mandaté par Fadila. “Ce qui est arrivé à Fadila est l’illustration de quelque chose de beaucoup plus globale au sein d’Auchan City”, souligne-t-il. Il évoque “un climat social délétère au sein d’Auchan City Tourcoing”. En août dernier, il avait défendu Mathilde*, caissière licenciée pour une erreur de 85 centimes d’euros puis réintégrée par Auchan. “A l’époque, le DRH d’Auchan France avait déjà détecté un problème de management. Mais apparemment ça ne suffit pas, relève Me Kappopoulos. Étrangement, tous ceux qui ne rentrent pas dans le moule “Auchan City” et qui n’acceptent pas le mode managérial de l’entreprise sont la cible de mauvaises conditions de travail”. Certains employés, victimes de ces “mauvaises conditions de travail”, ont accepté de témoigner pour briser le silence.

Lucie*, 53 ans, employée en arrêt maladie depuis un an et demi : “Tu acceptes et tu te tais”

“Je travaille en CDI à Auchan City depuis son ouverture en avril 2011. Cela fait maintenant un an et demi que je suis en arrêt maladie. C’était en août 2015, j’étais en vacances. Quand il a fallu retourner au boulot, j’ai fait une crise d’angoisse. J’ai donc envoyé un arrêt par fax. J’ai tout simplement craqué, je ne supportais plus les conditions de travail, la pression, les nombreuses brimades. J’ai aujourd’hui une phobie du magasin. Je ne peux plus passer devant Auchan, encore moins m’y rendre. Je n’arrive pas à remonter la pente, je le vis très mal. J’ai l’impression d’être abandonnée. Je ne vois pas le bout de cet engrenage. Actuellement, je n’ai aucune nouvelle de la direction, c’est comme si je n’avais jamais fait partie de la boîte : personne ne m’appelle, personne ne prend de mes nouvelles ou me demande où j’en suis.

Tout le monde se tutoie à Auchan City, on tutoie nos responsables. Je croyais qu’on était une grande famille. La grande famille, je ne l’ai vue nulle part. Quand j’ai crié “au secours”, je n’ai trouvé personne. Au boulot, tous les jours, ma responsable Aline B. me demandait d’aller vite, toujours plus vite. On m’ajoutait des charges de travail. Par exemple, je devais tirer des palettes très lourdes. Quant aux brimades, on me faisait souvent remarquer que j’étais âgée, on me comparait aux petits jeunes qui débarquaient. Quoi que je fasse, ça n’allait pas. Je ne comprenais pas toutes les critiques alors je suis allée voir la direction, Philippe Mauger notamment, je n’ai obtenu aucune réponse. En fait, c’était : “tu acceptes et tu te tais”. Vous n’avez pas le droit d’être malade, vous n’avez pas le droit d’être fatigué, vous n’avez pas le droit de vous plaindre. Je rentrais chez moi la boule au ventre et avec l’angoisse d’y retourner le lendemain. C’est trop facile de rabaisser les employés, de les humilier, de les laisser rentrer chez eux dans cet état et de ne plus s’en soucier. Quand j’ai lu l’histoire de cette petite qui a fait une fausse couche, je me suis dit que je pouvais enfin parler. C’est ma parole contre la leur.”

Samy*, 26 ans, employé depuis 2014 : “Ils me poussent à bout pour que je commette l’irréparable”

“J’ai découvert Auchan City par l’intérim avant d’être embauché en 2014. Les ennuis ont commencé un an après par des insultes sur mon physique. J’ai eu droit à des remarques comme “grandes oreilles”, “macaque”, “singe-man”, de la part de Fabien et Romain, deux responsables, soi-disant “pour plaisanter”. Mais c’est tous les jours et plusieurs fois par jour. Ils m’humilient devant tout le monde, tout le temps. Parfois, ils m’envoient même ces insultes par SMS. Mon coordinateur Romain m’a dit : “ce que tu subis là, ça n’est que le début”. J’en ai parlé à la direction, qui n’a rien voulu entendre. Pire, on m’a rétorqué que j’avais tout inventé. J’ai alors signalé le problème à l’Inspection du travail. Rien n’a changé depuis. Les petits chefs ont réussi à monter mes collègues contre moi pour que je me sente seul. Ce sont des provocations quotidiennes pour que je dérape et que je sois viré. Ils essayent de m’avoir à l’usure. Je suis le bouc-émissaire. Parfois, je fonds en larmes quand je rentre chez moi. Ma femme le vit très mal. Aujourd’hui, je ne suis plus le même homme.

Ma chef Aline B. me fait constamment des remarques sur mon travail. Je ne fais jamais les choses correctement selon elle, à se demander pourquoi j’ai été embauché. J’ai longtemps travaillé le matin mais elle a changé mon emploi du temps pour me mettre l’après-midi. En fait, ils m’ont mis au placard. Je dois rattraper le retard des employés du matin. Ma chef leur dit : “n’avancez pas trop vite, Samy* se chargera de faire le reste des tâches”. Je dois donc faire mon travail et celui des autres. Aline B. me reproche alors d’être trop lent et me met en concurrence avec les nouveaux en me disant “ils sont plus rapides que toi, comment ça se fait ?” C’est du harcèlement. Ça me rend malade. Je ne comprends pas pourquoi elle s’acharne sur moi. Cette même chef a osé dire que je m’étais marié pour les papiers alors que je suis Français, je suis né à Tourcoing.

Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, un chef m’a accueilli d’un “Bonjour terroriste !”. Je ne compte même plus les fois où on m’a qualifié de salafiste. Quand on ose l’ouvrir pour se défendre, on s’en prend plein la tête. A Auchan City, le salarié doit travailler et fermer sa gueule. Ils me poussent à bout pour que je commette l’irréparable, pour que j’en vienne aux mains. Ils n’attendent que ça. Ce travail me tue. J’ai décidé de parler parce que j’en ai le ras-le-bol.”

Jean-Luc*, 28 ans, employé en arrêt depuis plus d’un mois : “On n’ose plus rien faire, plus rien dire”

“La direction et les managers n’ont de pitié pour personne. Quand j’ai fait ma demande de formation syndicale, le directeur n’était pas vraiment partant mais me l’a accordé. A partir du moment où j’ai formulé ce souhait, début 2015, l’enfer a commencé pour moi. Je reçois recommandé sur recommandé pour des retards alors qu’avant il n’y avait pas de problèmes. J’ai droit à des humiliations. Ma responsable Capucine M. m’a ordonné un jour de ne plus mettre mes affaires dans son bureau -chose que tout le monde fait- parce que mes affaires “puent”. C’est ce qu’elle a dit devant tout le monde. Elle m’a rabaissé. Aux humiliations s’ajoutent les menaces. J’ai été convoqué dans le bureau du DRH pour mes retards. Pendant l’entretien, le directeur me dit : “quand mon fils ne fait pas ses devoirs, je lui en claque une puis il s’exécute”. Ça veut dire quoi ? Que si je ne fais pas tout ce que l’on me dit, on me frappe ? J’ai également été témoin de propos choquants. J’ai surpris une conversation entre Habib Hamdoud, délégué syndical, et un coordinateur d’Auchan City qui menaçait de lui “mettre une fiche S” s’il continuait “à faire le malin”. La direction d’Auchan laisse faire.

Les chefs imposent un climat de terreur. On n’ose plus rien faire, plus rien dire. On se sent mal, on se dit “que va-t-il m’arriver ?” quand on fait une petite erreur. Beaucoup de salariés n’osent pas parler par peur des représailles. (…) En 2016, 12 employés en CDI ont quitté l’entreprise soit de leur plein gré, soit ils ont été virés. Ça fait un par mois, c’est énorme. Au début, je croyais que j’étais fou, je me disais que c’était peut-être moi qui exagérais mais quand j’en ai parlé autour de moi, je me suis rendu compte que mes collègues vivaient une situation similaire.

Ça fait plus d’un mois que je suis en arrêt. Je suis en dépression. Je ne peux plus, j’ai des boules au ventre, des points au cœur quand je me rends au travail, je stresse. Mon humeur se répercute sur ma famille, je suis énervé quand je rentre du travail, mes enfants le ressentent. Ça n’est pas une vie. Mais je suis obligé de rester à Auchan City pour des raisons financières.”

Leïla KHOUIEL

*Prénom modifié