"Si le gouvernement veut vraiment dialoguer, qu'il vienne lui-même dans les quartiers"

C'EST CHAUD mardi 14 février 2017

Par Leïla Khouiel @LeilaKhl

A leur demande, le gouvernement a reçu lundi des associations antiracistes pour évoquer la situation dans les banlieues. Plusieurs associations de quartier ont été greffées à cette rencontre. Elles en sortent sceptiques, évoquent un décalage entre les structures nationales, “ces grosses machines”, et leur travail de terrain quotidien auprès des habitants des quartiers populaires.

“J’espère que nos paroles ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd”. À seulement 25 ans, Niaki Camara est le co-fondateur de Tendre la main, une association qui “mène des actions de prévention contre les risques de la délinquance et incite les jeunes à devenir acteurs de leur quartier”, dans la ville des Mureaux. Il a été invité à rencontrer, lundi, à Matignon, le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, Bruno Le Roux et la secrétaire d’État à la Ville, Hélène Geoffroy. Autour de la table, d’un côté, SOS Racisme, la Ligue des Droits de l’Homme, le MRAP, le CRAN et la Licra, des associations d’envergure nationale ; de l’autre, celles qui œuvrent tous les jours auprès des habitants des quartiers populaires, connaissant finement ce qui se passe localement et sont concernées par les problématiques des violences policières et plus globalement par les réalités des banlieues.

L’objectif affiché du Premier ministre : “poursuivre le travail de renforcement de la confiance entre la police et la population”, a-t-il souligné dans un communiqué, alors même que le Défenseur des Droits, Jacques Toubon, rappelle justement ce matin le manque d’initiatives du gouvernement sur le sujet de la confiance entre police et habitants des quartiers. “Depuis 2012, nous avons appelé les pouvoirs publics à donner une réponse à la confrontation à la fois réelle et symbolique entre une partie de la police et une partie de la population”, a-t-il expliqué sur France Inter. Et de citer la dernière étude en date publiée par l’institution : une enquête où les jeunes Noirs et Arabes sont 80 % à dire avoir été contrôlés au cours des cinq dernières années, contre 40 % du reste des enquêtés du même âge.

“Ça manquait de concret”

Parmi les propositions avancées par le gouvernement, le déploiement systématique des caméras piétons à chaque contrôle policier ou encore une réforme de la formation des gardiens de la paix. Les responsables des associations de quartiers, invités à cette rencontre, déplorent le décalage entre la réalité qu’ils vivent tous les jours sur le terrain et les pouvoirs publics. “Le Premier ministre nous a sorti ces propositions de son chapeau, lâche Yazid Kherfi, consultant en prévention urbaine et animateur de la Médiation nomade, qui reconnaît avoir longuement hésité avant d’accepter l’invitation d’Hélène Geoffroy. “J’étais très sceptique, j’ai demandé à mes amis sur Facebook. On s’est dit qu’il ne fallait pas laisser cette place vide”, justifie-t-il. “Cette réunion manquait de concret”, souligne de son côté Aïssa Sago, présidente de l’association Femmes Relais d’Aulnay-sous-Bois, par ailleurs maire adjointe LR de la commune.

“SOS Racisme et compagnie étaient placés en face du Premier ministre alors que nous, nous étions aux extrémités de la table”

Ces mêmes associations de banlieue parisienne évoquent également un décalage entre les “grosses structures nationales”, comme SOS Racisme, la Ligue des Droits de l’Homme, le MRAP, le CRAN, la Licra assises aussi autour de la table et les problématiques rencontrées par les populations des quartiers. “Ce sont des grosses machines, ils ont des moyens mais ne font pas de terrain, contrairement à nous. On n’est pas sur la même dimension”, précise Yazid Kherfi. SOS Racisme et compagnie étaient placés en face du Premier ministre alors que nous, nous étions aux extrémités de la table”. Et d’ajouter : “Les associations locales sont restées très polies alors que les grosses structures nous ont coupé la parole et l’ont monopolisée”. Un constat partagé par Aïssa Sago. “Les grandes associations nationales et antiracistes qu’on ne voit qu’à la télé ont pris la parole et l’ont monopolisée. Les associations de quartier n’ont quasiment pas eu le temps de parler. On repart un petit peu frustré de cette rencontre”, se désespère-t-elle.

“Ces associations antiracistes nationales ne sont pas dignes de représenter les quartiers”

“On ne va pas se mentir, on vit sur le terrain, c’est ce qui nous différencie de ces associations nationales qui ne sont pas dignes de représenter les quartiers”, fait savoir Niaki Camara. “Nous, on est en phase avec la réalité, on est en première ligne parce qu’on fait partie des habitants des quartiers. Moi aussi, j’ai été confronté à des interpellations musclées. C’est une réalité que l’on a vécue et que l’on vit quotidiennement”. Avec son association Tendre la Main, le jeune Niaki Camara a conscience de réaliser un travail de fourmi aux Mureaux. “On propose de la prévention de rue, on crée du lien entre les habitants et les policiers. On essaye du moins. Ce qui s’est passé à Théo à Aulnay démolit des années d’investissement et de mobilisation auprès des jeunes. Aujourd’hui dans mon quartier, ils courent toujours quand ils voient la police même s’ils n’ont rien fait”.

Yazid Kherfi a le sentiment d’avoir dit ce qu’il devait dire au Premier ministre mais regrette que cette rencontre d’à peu près trois heures n’ait lieu qu’à la fin du quinquennat de François Hollande. “Dans deux mois, on repartira à zéro avec un nouveau gouvernement. Cette discussion sur les banlieues aurait dû être organisée dès l’arrivée du Président au pouvoir”. “S’ils veulent vraiment dialoguer, il vaut mieux qu’ils viennent eux-mêmes dans les quartiers pour discuter avec les associations de terrain”, conclut Aïssa Sago.

Leïla KHOUIEL