[TOUTE PREMIÈRE VOIX] Pauline, militante Insoumise : "C'est lors des législatives que tout va se jouer"

AMBIANCE dimanche 7 mai 2017

Par Niang Kab

[PRÉSIDENTIELLE2017] Militante de La France Insoumise, Pauline Suzanedith a beaucoup hésité avant d’arrêter son choix de vote en vue du second tour de l’élection présidentielle. Déçue par l’élimination de son candidat, Jean-Luc Mélenchon, l’étudiante en sciences politiques s’est résolue à voter Emmanuel Macron pour “faire barrage au FN“.

Un temps gris et pluvieux pour le second tour de l’élection présidentielle, ce dimanche 7 mai. Comme beaucoup de militants de La France insoumise, Pauline Suzanedith s’est posée de nombreuses questions avant de faire son choix. Voter Emmanuel Macron, blanc ou s’abstenir ? Jean-Luc Mélenchon, le candidat pour lequel la jeune étudiante en sciences politiques a voté au premier tour, n’a pas donné de consignes de vote en vue de cette seconde échéance, si ce n’est “qu’aucune voix ne devait aller au Front national“. Pour Pauline Suzanedith, choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen est d’autant plus difficile qu’aucun de ces deux candidats ne lui convient. “Je suis très déçue de voir Macron et Le Pen en final. Ils ne me représentent pas du tout, mais je dois tout de même faire un choix“, con cult la jeune femme de 21 ans.

Car en effet, si certains ont préféré voter blanc ou s’abstenir pour signifier leur désapprobation, Pauline, elle, voient les choses sous un autre angle. En tenue de sport, footing du dimanche oblige, c’est à 9h que la jeune femme arrive à son bureau de vote : l’école maternelle Robert Doisneau à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Et c’est un bulletin au nom d’Emmanuel Macron qu’elle a décidé de glisser dans l’urne. “Ce n’est ni un vote d’adhésion ni un vote de conviction. C’est juste pour faire barrage à Marine Le Pen et au FN“, insiste l’étudiante à l’Université Paris VIII.

“Ni Marine Le Pen ni Emmanuel Macron ne vont vraiment avoir d’incidence sur ma vie”

Marine Le Pen n’a rien à nous proposer. Son programme est vide de sens, elle ne fait que reprendre à son compte des idées à gauche et à droite. Et je suis étonnée du silence de François Fillon après que Marine Le Pen a plagié une partie de son discours car, pour moi, les deux idéologues n’ont rien de complémentaire“, analyse Pauline Suzanedith. Par ailleurs, elle admet aussi ne rien attendre du candidat d’En Marche. “Emmanuel Macron ne peut pas me décevoir. Je n’attends rien de lui. L’année dernière, j’ai passé presque la moitié de mon semestre à le combattre dans la rue à cause de la réforme du Travail, de la loi El Khomri“, confie-t-elle.

Je suis blanche, ni Marine Le Pen ni Emmanuel Macron ne vont vraiment avoir d’incidence sur ma vie. Alors, pour mon vote, j’ai pensé à mes amis noirs et arabes, à ceux qui n’ont pas de papiers et aussi aux demandeurs d’asile. Voilà ce qui a motivé mon vote. Mon choix me paraît logique et toute autre action m’aurait semblé égoïste et contraire à mes principes“, poursuit Pauline Suzanedith.

L’étudiante ne regrette en rien son choix du premier tour et se projette déjà sur l’avenir. “J’étais très heureuse de voter pour Jean-Luc Mélenchon. Je vais continuer à m’investir dans le mouvement, en allant voter aux législatives par exemple. C’est lors de ces élections législatives, dans un mois, que tout va se jouer”, juge-t-elle. Et de poursuivre : “une majorité de gauche au Parlement est possible si, et seulement si, il y a une coalition avec toutes les forces, Hamon, Mélenchon et les autres ‘petits partis’. Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans beaucoup de grandes villes, alors j’y crois !

Kab NIANG