Lettre aux jeunes de quartiers populaires qui rêvent d’intégrer une école de journalisme…

AMBIANCE lundi 17 juillet 2017

Par Maéva Lahmi https://twitter.com/LahmiMaeva

Le 3 juillet 2017, la sonnerie de mon téléphone a retenti. J’ai finalement reçu un appel que j’attendais depuis deux ans. Celui qui m’annonçait qu’après des années de travail et d’efforts, j’allais enfin intégrer l’École Supérieure de Journalisme de Lille.

Je crois avoir commencé à rêver de cet appel en terminale littéraire, lorsque j’ai rédigé mon premier article pour le magazine du lycée. A cette époque, j’essayais de déterminer le métier vers lequel je souhaitais m’orienter. Je me souviens du sentiment de fierté qui m’avait envahie en voyant mes camarades de classe lire mon article. Et quelques années d’études plus tard, cette passion du journalisme s’est confirmée au point d’apparaître aujourd’hui comme une évidence.

Il y a ensuite eu LE modèle professionnel. Celui qui, par sa manière de travailler, nous inspire et nous donne envie de suivre ses traces. Quel que soit le métier qui nous attire, nous en avons tous un. Pour moi, ce modèle fut Aymeric Caron. Je l’ai découvert dans une émission télévisée et j’ai été impressionnée par son travail. J’ai étudié son parcours, lu ses livres, et découvert qu’il avait étudié à l’École Supérieure de Journalisme de Lille, l’une des quatorze formations reconnues par la profession.

Je me suis alors renseignée sur ces écoles prestigieuses. J’ai rapidement compris combien il était difficile d’intégrer l’une d’elle. Chacune organise un concours écrit. Sur 800 élèves en moyenne, 200 sont retenus après avoir réussi des épreuves écrites. Parmi eux, une cinquantaine sont finalement admis à l’issue des examens oraux. J’ai donc commencé à travailler avec un acharnement insoupçonné. J’ai multiplié les entraînements, les fiches d’actualité, les révisions et les exercices pratiques.

Le jour du premier concours est finalement arrivé. Je me souviens de mon angoisse lorsque j’ai vu cet amphithéâtre immense rempli d’élèves déterminés à obtenir les meilleurs résultats. J’ai continué à passer ces concours, les uns après les autres. Par chance, j’ai réussi plusieurs écrits et été invitée à me présenter aux oraux. Des oraux que je n’avais en revanche pas assez préparés et qui se soldèrent tous par un échec.

Malgré ma déception et mes craintes, j’ai décidé de retenter ma chance l’année suivante. J’ai redoublé d’efforts et travaillé autant les écrits que les oraux. J’ai alors été aidée par l’exceptionnelle équipe du Bondy Blog, un média qui s’intéresse à chacun, qui offre une chance à tou(te)s. Une fois l’étape des écrits franchie, j’ai à nouveau été convoquée pour les oraux. Un premier résultat positif est finalement tombé. Suivi d’un autre. Puis, plusieurs autres excellents établissements m’ont acceptée. La réponse de l’École de Lille fut plus nuancée : placée sur liste d’attente, je ne pouvais être appelée que si sept élèves se désistaient. C’est ainsi qu’une semaine et dix ongles rongés plus tard, je recevais l’appel espéré.

Pourquoi raconter cela dans un article ? Peut-être simplement parce que j’ai moi-même grandi dans un quartier populaire et que, comme beaucoup de “jeunes de banlieue” comme on dit, je ne pensais pas pouvoir un jour étudier dans une école de journalisme. Je n’avais jamais rencontré aucun professionnel de ce secteur et je ne connaissais cet univers que de l’extérieur.

J’ai plusieurs fois envisagé d’abandonner mon idéal pour choisir une voie plus facile, convaincue que d’autres étaient bien mieux armés que moi. Par chance, j’ai rencontré quelques personnes dont les parcours m’ont inspirée. Des personnes qui m’ont permis de comprendre qu’avec du travail, de la volonté et de la passion, n’importe quel jeune, issu de n’importe quel quartier, peut atteindre ses objectifs, même s’ils lui semblent inaccessibles.

Maéva LAHMI

Si tu es minimum inscrit en licence 3 en septembre 2017, que tu es boursier sur critères sociaux et que tu rêves de devenir journaliste, le Bondy Blog en partenariat avec l’ESJ Lille propose une Prépa entièrement gratuite pour préparer les concours des écoles de journalisme reconnues par la profession dès le mois de septembre. Les inscriptions ont lieu en ce moment et s’acheveront le 23 août 2017 ! Plus de renseignements et inscription, clique ici !

La Chance aux concours prépare elle aussi les étudiants boursiers aux concours des écoles de journalisme reconnues. Les cours seront dispensés de novembre 2017 à juin 2018. Le dossier de candidature sera mis en ligne sur le site dès le 4 septembre 2017. Plus d’infos, ici.

Bonne chance !