Nawel, 38 ans, voilée, agressée physiquement : l'agent municipal accusé suspendu de son poste

C'EST CHAUD lundi 27 novembre 2017

Par Nassira El Moaddem @NassiraELM

L’agent municipal, accusé d’agression physique à caractère raciste et islamophobe par une femme de 38 ans jeudi 23 novembre, a été suspendu de son poste. Nawel, elle, reste marquée par l’agression dont elle a été victime. 

Vendredi 24 novembre, le Bondy Blog vous révélait l’agression raciste et islamophobe dont a été victime la veille, Nawel, par un agent municipal, dans le 12ème arrondissement de Paris.

Alors qu’elle est en voiture en direction de son domicile, Nawel, 38 ans, commerçante, raconte qu’un agent municipal, en charge de faire passer les piétons aux abords d’un établissement scolaire, à l’angle du boulevard Diderot et de la rue de Reuilly, “se met au travers de la route” l’empêchant d’avancer. “Il pleut et la circulation est dense, se rappelle Nawel, alors que le bus derrière elle, n’arrête pas de klaxonner”. La victime rapporte que l’agent tape alors sur son capot de véhicule puis la pousse. Elle le pousse en retour, il la frappe ensuite à deux reprises au visage en proférant des insultes raciste et islamophobe : “Connasse avec ton voile”, “sale arabe !” Nawel indique également que l’agent a “attrapé son foulard pour le lui retirer”. L’agression physique est confirmée par un témoin oculaire, Benjamin 35 ans, qui affirme au Bondy Blog avoir “vu cet agent agresser physiquement cette dame à plusieurs reprises et que c’est lui qui lui donnait des coups. Il avait l’air de ne pas trop aimer les femmes voilées, c’est en tout cas l’impression qu’il m’a donnée. J’ai même conseillé à la femme de laisser partir l’agent car j’avais peur qu’il continue à la frapper”. 

Anxiété, cicatrice à la lèvre inférieure et hématome

Trois jours après l’agression, Nawel témoigne au Bondy Blog de plusieurs séquelles : problèmes de sommeil, tachychardie, stress. Dimanche 26 novembre, Nawel a enfin réussi à voir un médecin à l’hôpital Bichat. Avant cela, elle avait tenté d’être prise en charge à l’hôpital Saint-Antoine et à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, en vain, témoigne-t-elle. “Je voulais obtenir une attestation suite à mon agression mais ces hôpitaux m’ont dit qu’ils n’en délivrent pas. On m’a demandé de prendre contact à l’Unité médico-judiciaire de l’Hôtel-Dieu mais je n’ai jamais réussi à les joindre”.

Selon le certificat remis par le médecin de l’hôpital Bichat que nous nous sommes procurés, “l’examen a révélé les lésions suivantes : anxiété, cicatrice de lésion sur la lèvre inférieure, hématome à la jambe droite et douleur à la palpation sous claviculaire gauche”.

Selon Nawel, sa fille de 2 ans et demi, présente à l’arrière du véhicule au moment de l’agression, semble également perturbée par ce qui est arrivé. “Elle faisait ses nuits jusqu’à présent mais maintenant elle se réveille en criant. Elle me dit “cauchemar” et “rester avec maman”.  Je pensais qu’elle n’avait rien vu mais finalement je pense que si”.

L’agent municipal suspendu de son poste, il porte plainte également

Après plusieurs tentatives sans succès, nous avons réussi à joindre la maire du 12ème arrondissement de Paris, Catherine Baratti-Elbaz. “Cet agent travaille en point école dans le 12ème arrondissement mais est un agent recruté par la mairie de Paris”, précise l’édile. L’agent municipal a été suspendu de son poste. “Nous avons pris une mesure conservatoire : il n’est plus sur ce point d’école”, nous informe Catherine Baratti-Elbaz. La maire précise par ailleurs que l’employé en question “a porté plainte car il considère que la dame a forcé le passage avec son véhicule”. 

“Il faut que la justice se fasse et il appartient à l’enquête de déterminer le déroulé exact des faits“, a réagi, de son côté, la mairie de Paris, employeur de l’agent.

Nassira EL MOADDEM