Démétrius a 16 ans, il a des pouvoirs magiques, il est surdoué et son prénom nous fait entendre qu’il a des puissances mythiques et légendaires. Il est en seconde au lycée Janson de Sailly et habite dans le 9ème arrondissement, pas loin du centre Pompidou. Sa mère est journaliste et son père ingénieur. Démétrius peut être un futur génie, du cinéma. C’est ce qu’il veut faire plus tard, réaliser des films de Mindfuck. Il est aussi passionné de musique, en ce moment, il écoute du rap français comme Youssoupha, Soprano ou Hippocampe Fou. Il écoute aussi Eminem en rap américain et du rock dans le style des Artic Monkeys ou de Muse.
Dimitri, c’est comme ça qu’il se fait appeler, s’est souvent fait rejeter parce qu’il était différent, mais nous au Bondy Blog on aime la différence. Dimitri, est un grand châtain sympathique, on ne se connaissait pas mais pourtant il s’est totalement ouvert, discuter avec lui et Samir était un vrai plaisir. Il ne paye pas de mine, un style d’adolescent, un pull à capuche, un jean et des baskets mais pourtant je sens qu’il est animé par la même folie que moi, cette folie qui me donne l’envie d’écrire, une folie positive qui nous a permis de bien s’entendre.
Dimitri est le DJ officiel du studio 13/16, il ambiance ce fabuleux endroit, plein d’enfants qui me rappelle mes étés au centre aéré, des étés plein de beaux souvenirs, de parties de foot à en trouer les semelles de nos chaussures. La cacophonie de ce studio me rends nostalgique de mes déjeuners à la cantine infâme du centre, comme ici, on y criait, riait et bien-sûr malheureusement mangeait. Oui, il aime bien cet endroit car on y est libre, on peut faire des ateliers, écouter de la musique, dessiner, manger, boire… Une après-midi au studio 13/16 est un moment de partage avec des potes, on fait des nouvelles rencontres, échange avec des artistes et des journalistes.
Pour le peu de temps que j’ai discuté avec Dimitri, c’est enrichissant, il m’explique qu’être surdoué, n’était pas facile parce qu’en même temps il est dyslexique n’a jamais eu de bonnes notes. L’année dernière il a même redoublé sa seconde. Mais j’ai cru comprendre qu’il commençait à prendre conscience que c’était aussi une chance.
Alors Dimitri, force à toi, continue à venir, à créer, à dessiner, à faire le DJ, je suis sûr que tu seras un grand réalisateur de films et que t’auras la Palme d’Or au festival de Cannes.
Jean Ben Aych
Crédit photo : ©Hervé Véronèse Centre-Pompidou

Articles liés

  • À Sevran, la voix des Chibanias à l’honneur

    Les témoignages de femmes maghrébines arrivées en France pendant les Trente Glorieuses résonnent. Un documentaire « Chibanias 2022 : histoires et mémoires de femmes » leur a été dédié à la Micro-Folie des Beaudottes. La productrice le présente comme « un cadeau » pour sa mère et les femmes qui lui ressemblent. Reportage.

    Par Samira Goual
    Le 28/11/2022
  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022
  • Diam’s passe le Salam : votre rappeuse préférée ne veut plus l’être

    Parmi les sorties raps attendues, Diam’s revient avec la bande originale du film Salam. Sorti le 18 novembre sur Prime vidéo, ce documentaire lui est consacré. Une figure tutélaire du rap à laquelle nous devons nous résoudre à dire au revoir. Pour elle et pour la nouvelle génération de rappeuses. Édito.

    Par Anissa Rami
    Le 22/11/2022