Démétrius a 16 ans, il a des pouvoirs magiques, il est surdoué et son prénom nous fait entendre qu’il a des puissances mythiques et légendaires. Il est en seconde au lycée Janson de Sailly et habite dans le 9ème arrondissement, pas loin du centre Pompidou. Sa mère est journaliste et son père ingénieur. Démétrius peut être un futur génie, du cinéma. C’est ce qu’il veut faire plus tard, réaliser des films de Mindfuck. Il est aussi passionné de musique, en ce moment, il écoute du rap français comme Youssoupha, Soprano ou Hippocampe Fou. Il écoute aussi Eminem en rap américain et du rock dans le style des Artic Monkeys ou de Muse.
Dimitri, c’est comme ça qu’il se fait appeler, s’est souvent fait rejeter parce qu’il était différent, mais nous au Bondy Blog on aime la différence. Dimitri, est un grand châtain sympathique, on ne se connaissait pas mais pourtant il s’est totalement ouvert, discuter avec lui et Samir était un vrai plaisir. Il ne paye pas de mine, un style d’adolescent, un pull à capuche, un jean et des baskets mais pourtant je sens qu’il est animé par la même folie que moi, cette folie qui me donne l’envie d’écrire, une folie positive qui nous a permis de bien s’entendre.
Dimitri est le DJ officiel du studio 13/16, il ambiance ce fabuleux endroit, plein d’enfants qui me rappelle mes étés au centre aéré, des étés plein de beaux souvenirs, de parties de foot à en trouer les semelles de nos chaussures. La cacophonie de ce studio me rends nostalgique de mes déjeuners à la cantine infâme du centre, comme ici, on y criait, riait et bien-sûr malheureusement mangeait. Oui, il aime bien cet endroit car on y est libre, on peut faire des ateliers, écouter de la musique, dessiner, manger, boire… Une après-midi au studio 13/16 est un moment de partage avec des potes, on fait des nouvelles rencontres, échange avec des artistes et des journalistes.
Pour le peu de temps que j’ai discuté avec Dimitri, c’est enrichissant, il m’explique qu’être surdoué, n’était pas facile parce qu’en même temps il est dyslexique n’a jamais eu de bonnes notes. L’année dernière il a même redoublé sa seconde. Mais j’ai cru comprendre qu’il commençait à prendre conscience que c’était aussi une chance.
Alors Dimitri, force à toi, continue à venir, à créer, à dessiner, à faire le DJ, je suis sûr que tu seras un grand réalisateur de films et que t’auras la Palme d’Or au festival de Cannes.
Jean Ben Aych
Crédit photo : ©Hervé Véronèse Centre-Pompidou

Articles liés

  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021
  • Swag Dance Studio : l’école des profs de danse étrangers

    Créé en janvier dernier, le Swag Dance Studio emploie des personnes immigrées : expatriés, exilés avec ou sans papiers dans le cadre de cours ouverts aux adultes débutants. Une initiative qui a pour but de démocratiser l’accès à la danse, tout en changeant le regard porté sur la migration. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 29/09/2021