Cet album rassemble clairement ce que je recherche dans le rap aujourd’hui : des textes, de la musicalité, de l’originalité, une pointe d’insolence et beaucoup de folie. Par exemple, le morceau « Toi sur moi » qui est pour moi le meilleur morceau de leur album commence par le début de la fable La cigale et la fourmi. Jok’air a réussi à placer du Jean de La fontaine dans un texte de rap ! Bref, ce morceau parle de l’amour, de sexe opposé et de certaines galères de la vie, définissant bien ce qui préoccupe les jeunes de ma génération. Ensuite, je soutiens d’autant plus ce projet car ils viennent de Paris sud (XIII°arrondissement) et démontre encore bien qu’il n’y a pas que des bobos à Paris, dans le morceau « Les princes » feat Nekfeu, Hache P rappelle ce que souvent on oublie : « Paris connais aussi la hess* ».
Bien au-delà de la qualité de leur musique, le groupe MZ, ce sont trois jeunes noirs qui essayent de se débrouiller pour esquiver la discrimination et sortir de la pauvreté dans laquelle ils ont grandi. Leur morceau « Noir c’est noir » parle de façon claire et avec intelligence de ce que d’être un noir en France. Hache P résume en deux phrases la situation d’un noir sur le marché de travail : «Pourquoi ma sœur fera carrière dans le ménage, ces petites filles à papa dans un bureau ! Pas d’taf pour lui alors qu’il a tous les diplômes, désespéré mon frère finira cissegro** ! » . Puis ils dénoncent la colonisation, fils de colonisé algérien, je m’identifie parfaitement dans ce que clame Jok’air « Je suis une conséquence de l’empire colonial ». Et Hache P finit par hacher les arguments des Français nationalistes « Toujours le même slogan que j’entends ! Rentre chez toi si t’es pas content et oui je te le dis je suis pas content donc je ne rentrerai pas chez moi ! Si tu veux que je rentre chez moi rends-moi tout ce que tu as pris chez moi ! »
Enfin, cet album est aussi fou qu’eux et je déplore le mépris de certains médias qui ne les ont pas invité ( à part les médias spécialisés tels que clique, rapelite et abcdrduson et pour la petite carte blanche du grand journal qui est produit par clique) alors qu’ils ont fait plus de 14 millions de vues sur YouTube pour le clip « Les Princes » et qu’ils font entre 1 et 5 millions de vues pour chaque nouvelle vidéo sortie. Sans oublier qu’ils ont presque crée une émeute à leur concert gratuit à Belleville pendant ces vacances. « Mathématiques », leur dernier clip, raconte qu’ils ne pensent qu’à compter, comme la plupart des familles dans le besoin, j’espère pour eux qu’ils ne pourront pas compter le nombre d’albums vendus, car ils vendent vraiment une œuvre de qualité.
Jean Ben Aych
*hess : pauvreté
**cissegro : vendeur de drogues en gros
 

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021