C’est le CREDOC qui le dit, dans une étude malicieusement intitulée « Consommation durable : l’engagement de façade des classes supérieures » : malgré les intentions affichées, les personnes très diplômées et disposant de fortes ressources ont une empreinte écologique plus forte que les personnes peu diplômées et ayant de faibles ressources. Aussi, il faut savoir qu’en France « les très riches émettent 40 fois plus de carbone que les pauvres ».

C’est une vérité que j’ai eu l’occasion de vérifier durant toute mon enfance et toute mon adolescence avant de m’en aller polluer d’autres cieux que ceux de mes géniteurs. Je n’ai pas eu besoin d’empiler des données dans des tableaux Excel pour aboutir à la conclusion suivante : quand on n’est pas très riche, on n’a pas le choix que d’être écolo. Force est donc de constater que je suis née écolo contrairement à certains amateurs de toilettes sèches nés avec une cuillère non biodégradable dans la bouche.

Sur les équipements numériques par exemple : franchement, qui a besoin d’une TV connectée quand il suffit seulement de bien avoir paramétré son enfant ? Je me revois encore me précipiter hors de ma chambre après avoir entendu mes parents crier mon nom et une fois dans le salon entendre « Latifa, mets Al-Jazeera », « Latifa, éteins la lumière », « Latifa, ferme le robinet (et ferme-là) ». A votre avis qui consomme le plus, un enfant docile ou un objet connecté ? Voilà un vrai sujet d’étude pour le CREDOC.

Plus sérieusement, prendre des bains à plusieurs : écolo. Donner une seconde vie aux vêtement de sa grande sœur et ainsi se donner une petite mort stylistique : écolo. Pareil pour le fait de nourrir le chat des voisins avec les restes du couscous ou du tajine de la veille au lieu de les jeter au point de le rendre plus chebba que Sheba. Que dire du fait de ne manger que les légumes plantés par son père au jardin ouvrier ? Et aller directement chercher son lait à la ferme ? Tout ça pour dire : ma mère mérite plus le ministère que François de Rugy. C’est simple, si un jour je veux intégrer une ZAD, je n’aurai qu’à faire valoir une VAE (NDLR : Validation des Acquis de l’Expérience). Pierre Rabhi(lle-toi).

Ce qui était moins écolo, en revanche, c’est le CO2 émis lors de débats interminables avec mon père, persuadé que la viande du McDo était en plastique ou encore que les fruits et légumes hors-saison présents dans les rayons étaient en réalité ceux de l’an dernier qui avaient été congelés avant d’être revendus bourrés d’eau. Depuis, rassurez-vous, il est revenu de cette phase de complotisme vert.

Cela étant dit, je ne peux pas dire que nous avions une réelle conscience écologique malgré le fait que notre famille était souvent traversée par de grands débats. Valait-il mieux débrancher la télé chaque soir ou la laisser en veille ? Valait-il mieux se laver les mains après manger ou plutôt utiliser du Sopalin ? Aller en vacances à 10 en camion, était-ce vraiment économique ? Boire son urine, pour ou contre ? (Cette question ne s’est jamais posée tout simplement parce que nous vivions pas dans une tranchée).

A l’existence des bobos, j’oppose donc celles des prolo-écolos. D’accord nous n’avions pas tellement le choix, mais aujourd’hui, je fais attention à toutes mes consommations, ok plus par nostalgie que par écologie. Mais qu’importe le flacon… tant qu’il est recyclable.

Latifa OULKHOUIR

Crédit photo : FLICKR – Jeanne Menjoulet

Articles liés

  • Pour en finir avec l’obsession des racines

    La campagne des européennes n'aura pas fait exception. Le discours politique fait la part belle aux sacro-saintes racines judéo-chrétiennes de la France. Pour Philippe Douroux, il serait temps de cesser de nous confondre avec des plantes nées quelque part. L'intellectuel italien Maurizio Bettini propose une autre métaphore pour nous définir, celle des fleuves. Nous serions alors le fruit de mélanges et de confluences. Billet.

    Par Philippe Douroux
    Le 23/05/2019
  • C’est une bonne situation, ça, énarque ?

    Ce jeudi à 18 heures, le président de la République doit annoncer au cours d'une conférence de presse plusieurs mesures issues du grand débat national. Parmi celles-ci, pourrait figurer la suppression de l'Ecole nationale d'administration pour permettre une plus grande accessibilité du corps des hauts fonctionnaires. Pour notre rédactrice Eugénie Costa, cela ne suffira pas à régler le problème bien plus profond de la représentativité et de la diversité des élites. Billet.

    Par Eugénie Costa
    Le 25/04/2019
  • Notre-Dame : « Une partie d’elle s’en va, en emportant nos souvenirs »

    Un violent incendie a frappé Notre-Dame de Paris, ce lundi 15 avril, détruisant la quasi-totalité de la toiture ainsi que la flèche de la cathédrale. Ce drame a touché bien au-delà de la communauté catholique ; c'est un emblème de la capitale qui a été ravagé, un joyau de l'architecture française, aussi. Quatre membres de la rédaction du BB racontent « leur » Notre-Dame et mettent des mots sur ce qu'elles ont ressenti hier.