Contrairement à Hanouna, je n’ai pas envie de passer 47% de mon temps à parler de vous, mais face à vos affronts à répétition, j’ai bien l’intention de faire entendre ma voix et celle de tous ceux que vous jugez, stigmatisez et insultez à longueur d’entretiens. Parce que c’est toujours nous, les exilés, les étrangers, les femmes, les mineurs isolés, les musulmans, les féministes que vous rendez l’objet de vos tirs les plus violents.

Ce matin encore, le service public vous tendait son micro pour que vous dérouliez vos discours de haine. Moi qui paye une redevance, je suis en colère de ne pouvoir opposer d’arguments à vos diatribes meurtrières. Vous êtes devenu la nouvelle coqueluche des médias qui ont participé à la fabrication de ce que vous êtes, le personnage d’extrême droite qui contribue à banaliser une pensée extrémiste et haineuse.

Vous nous tympanisez avec l’identité française, mais vous faites partie de ceux qui renient chaque jour un peu plus le triptyque des valeurs de ce pays. De quelle fraternité faites-vous donc preuve lorsque vous parlez de « guerre de civilisation » ? De quelle humanité faites-vous donc preuve lorsque vous vous dites philosophiquement favorable à la peine de mort, abolie depuis plus de 40 ans ?

Brandir l’identité française comme vous le faites est une idée dangereuse parce que volontairement excluante. Il faut ouvrir les yeux, « ne pas voir que ce que l’on croit déjà ». Mais regarder la vérité en face. Il faut avoir un peu de modestie et la décence pour accepter que la France est évolutive, que son identité est multiple.

Vous le candidat condamné pour provocation à la haine raciale, continuez à exalter les patrons de chaînes en manque de séquence raciste face à la concurrence.

Loin de vos discours, nous voulons nous sentir légitimes d’être ce que nous sommes : des Français, des exilés, des étrangers… Nous estimons l’être comme tant d’autres puisque nous obéissons aux règles de l’État français. C’est aussi notre adhésion, notre rapport à la langue et notre cohabitation en communion, qui fait la grandeur de la France et surtout de la Seine-Saint-Denis, où se jouent tous les enjeux du fait de son melting-pot.

Vous qui avez dit ce matin, dans la tranquillité la plus totale, à propos des bâtiments qui nous voient grandir : « tout le monde sait aujourd’hui que les HLM sont des terres d’islamisation du pays, des antres à kebabs et à femmes voilées, sans compter les trafics de drogue ». Vous le candidat condamné pour provocation à la haine raciale, continuez à exalter les patrons de chaînes en manque de séquence raciste face à la concurrence. Malgré la plainte déposée à votre encontre, par l’Union sociale pour l’habitat, peu de chances que la honte vous arrête. Les condamnations ne l’ont pas fait.

Votre fantasme du grand remplacement – qui est un mot chargé et en même temps vidé de sens – ne vise en réalité que les Noirs et les Arabes que vous exécrez.

Non, le problème majeur de l’Hexagone n’est pas le grand remplacement du peuple français par une autre civilisation. Il n’y a pas de racines chrétiennes en France, ce pays en bout d’Europe, qui a vu s’arrêter là tant d’exilés, de peuples et de civilisations. Votre fantasme du grand remplacement – qui est un mot chargé et en même temps vidé de sens – ne vise en réalité que les Noirs et les Arabes que vous exécrez.

Alors, si l’histoire a l’inconvénient de l’âge, elle a l’avantage du savoir. Éric Zemmour, moi l’étranger, je vous rappelle que l’identité française a un lointain passé sombre auquel vous voulez redonner un autre sens, historiquement faux. Vous banalisez les périodes les plus sombres de l’histoire.

Vous ne savez que fermer les yeux sur ce qui n’arrange pas votre petite rhétorique mal huilée, face à laquelle peu de journalistes rebondissent. Service public compris.

Non, la colonisation n’est pas un fait d’humanité, comme vous le prétendez. Elle est un crime contre l’humanité. Encore une fois, vous ne savez que fermer les yeux sur ce qui n’arrange pas votre petite rhétorique mal huilée, face à laquelle peu de journalistes rebondissent. Service public compris.

Vos rhétoriques oratoires font obstacle à tout échange constructif. Vos discours sont truffés d’erreurs et d’approximations. Vous manipulez les faits historiques pour mieux promouvoir votre vision raciste et misogyne de l’humanité. Non, De Gaulles n’a pas donné l’indépendance à l’Algérie. Non Vichy n’a pas protégé les juifs français. Non, le massacre du 17 octobre n’est pas la répression d’une manifestation. Vous êtes dans le flou et dans l’obscurité.

Vous larmoyez sur la nostalgie mortifère de l’identité française, sans tenter de répondre aux difficultés de la population.

Oui la France souffre, Monsieur Zemmour, mais pas des maux que vous pointez. La France souffre de l’inaction climatique, des plans sociaux à répétition, de l’envolée des prix, des déserts médicaux, du démantèlement des services publics, du mal-logement, des discriminations à l’embauche, du racisme systémique, de l’accroissement des inégalités, de la concentration des médias… Mais vous, vous larmoyez sur la nostalgie mortifère de l’identité française, sans tenter de répondre aux difficultés de la population. Stopper l’immigration ne résoudra pas les problèmes des Français, Monsieur Zemmour.

Vous ne savez que monter les gens les uns contre les autres. Éric Zemmour, vous tirez le débat politique vers le bas, parce que vous êtes un diviseur. Et même si l’Histoire nous a toujours montré à quel point – notamment en situation économique fragile- un pays peut vite basculer dans l’extrémisme, je fais confiance à ma France, envers et contre vous.

Kab Niang

Articles liés

  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022
  • A Bois-Colombes, on affronte les résultats de l’élection en famille

    Emmanuel Macron vient d'être ré-élu président de la République. Nous avons vécu les résultats de l'élection présidentielle dans une famille à Bois-Colombes. Entre soulagement de voir l'extrême droite éliminée, et dégoût face au bilan du quinquennat du président sortant, ils ont affronté cette soirée ensemble. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 25/04/2022
  • A Noisy-Le-Grand, on vote Macron, sans grand enthousiasme

    A Noisy-le-Grand, les électeurs ont déserté les urnes pour le second tour de l'élection présidentielle. Le BB est parti à la rencontre de certains d’entre eux pour comprendre leur motivation. Ils ont choisi en majorité le vote Macron, moins par conviction que pour empêcher Marine Le Pen d'accéder à l’Elysée. Reportage.

    Par Hervé Hinopay
    Le 25/04/2022