Selon nos informations, la gare d’Ermont-Eaubonne, dans le Val d’Oise, a été nettoyée dans la nuit de mardi 5 à mercredi 6 décembre avec l’appui des forces de l’ordre, comme cela a été le cas de la gare de Saint-Denis dans la nuit de vendredi 1er à samedi 2 décembre.

« La gare d’Ermont a été nettoyée la nuit dernière, pour les mêmes raisons d’insalubrité et de sécurité qu’à Saint-Denis samedi, nous fait savoir la SNCF, donneuse d’ordre du prestataire H. Reiner, filiale du groupe Onet. Le recours aux forces de l’ordre est malheureusement nécessaire, les grévistes ne laissant pas l’accès aux employés non grévistes. Les clients des gares ont ainsi une gare propre ce matin », nous indique l’entreprise ferroviaire par mail.

« Cela donne du poids à nos représentants syndicaux qui sont actuellement en négociations »

« Cela ne change rien, le nettoyage de la gare d’Ermont-Eaubonne renforce même notre motivation« , affirme Moussa Cissé, 40 ans, agent de nettoyage H. Reiner en grève pour la première fois de sa vie professionnelle.

Même état d’esprit pour Alain Belhocine, 46 ans, qui comptabilise 17 années d’ancienneté comme agent de nettoyage avant à SMP, l’ancien employeur, aujourd’hui à H. Reiner. « Le fait de procéder au nettoyage par la force me donne encore plus de volonté dans mon combat aux côtés de mes amis grévistes. Plus ils procéderont ainsi, plus on sera fort mentalement pour tenir. Je pense aussi que ça donne du poids à nos représentants syndicaux qui sont actuellement en négociations ».

Reprise des discussions entre syndicats et direction ce mercredi matin

Slon nos informations, les discussions entre syndicats et direction de H. Reiner ont effectivement repris ce mercredi à 10h à Aulnay-sous-Bois comme le prévoyait le calendrier de négociations initial. Les représentants des salariés CFDT, FO et Sud Rail conditionnaient le retour à la table des négociations à l’annulation des lettres préalables à d’éventuels licenciement comme nous vous le révélions dans notre article du 4 décembre 2017. Selon les syndicats, la direction de la filiale d’Onet aurait accepté d’annuler ces convocations. La réunion de négociations est toujours en cours.

Mohammed BENSABER avec Nassira EL MOADDEM

Lire aussi :

La direction de H. Reiner convoque plusiers agents de nettoyage en grève en vue d’éventuels licenciements

Après 33 jours,  des négociations toujours aussi difficiles entre les agents de nettoyage et la direction d’Onet

Depuis  26 jours, ces agents ont cessé de nettoyer des gares d’Ile-De-France pour de meilleures conditions de travail

Articles liés

  • Externe dans un hôpital de Seine-Saint-Denis : charbonner et se taire pour toucher une misère

    #BestOfBB. Le 3 février dernier, le professeur Christophe Barrat mettait fin à ses jours à 57 ans, en se défenestrant dans les locaux de l'hôpital Avicenne où il travaillait. Si les causes de ce geste n'ont pas été clairement établies, certains des collègues de ce chirurgien de renom ont évoqué une souffrance au travail. Plus d'un mois plus tard, le Bondy Blog a souhaité mettre la lumière sur les conditions de travail dans les hôpitaux publics de Seine-Saint-Denis. Marion et Indira sont étudiantes en quatrième année de médecine et externes dans différents hôpitaux. Elles témoignent.

    Par Félix Mubenga
    Le 22/07/2019
  • A Saint-Denis, les urgentistes font grève et les patients… patientent

    Depuis le mois de mars, une centaine de services d'urgences à travers la France sont mobilisés pour protester contre leurs conditions de travail. Exposés, sur-utilisés, mal payés, les urgentistes ont pourtant une tâche noble et indispensable, et ce surtout dans les quartiers populaires. Reportage à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis.

    Par Mohamed Errami
    Le 24/06/2019
  • Externe dans un hôpital de Seine-Saint-Denis : charbonner et se taire pour toucher une misère

    Le 3 février dernier, le professeur Christophe Barrat mettait fin à ses jours à 57 ans, en se défenestrant dans les locaux de l'hôpital Avicenne où il travaillait. Si les causes de ce geste n'ont pas été clairement établies, certains des collègues de ce chirurgien de renom ont évoqué une souffrance au travail. Plus d'un mois plus tard, le Bondy Blog a souhaité mettre la lumière sur les conditions de travail dans les hôpitaux publics de Seine-Saint-Denis. Marion et Indira sont étudiantes en quatrième année de médecine et externes dans différents hôpitaux. Elles témoignent.

    Par Félix Mubenga
    Le 19/03/2019