Jeudi 2 février, le comité « Vérité pour Adama” et le rappeur Youssoupha ont organisé à la Cigale un concert en hommage au jeune homme disparu le 19 juillet 2016. De nombreux artistes ont répondu présents tels que Médine, Kery James, Lino, Black M, Mac Tyer. Des amis d’Adama Traoré, originaires comme lui de Beaumont-Sur-Oise, ont également interprété des chansons composées peu de temps après sa disparition. Le Bondy Blog y était. 

Un concert pour rappeler que la mobilisation était plus forte chaque jour, sept mois après la mort d’Adama Traoré. Parmi ses amis, beaucoup ont souhaité participer au concert car il était important de témoigner un soutien à la famille Traoré à l’image du jeune Dooums rappeur et ami d’Adama. « J’ai appris la nouvelle durant mon incarcération, je n’étais vraiment pas bien puisque c’était un très bon ami à moi.  J’ai donc décidé de composer un son et une fois sorti de détention, je suis parti l’enregistrer et en ait fait un clip« .

Parmi ses proches, certains ont dénoncé le traitement médiatique du décès d’Adama à la fois dans les médias et sur les réseaux sociaux. « Ce qui fait mal, c’est que le connaissant on a entendu trop de mensonges sur lui, en tant qu’ami qui le connaissait bien c’était insupportable », réagit le groupe de Beaumont-Sur-Oise BBG.

« Ils nous narguent, ils nous provoquent ».

Depuis la mort d’Adama Traoré, les rapports entre jeunes de la ville et forces de l’ordre restent houleux et parfois extrêmement tendus. « Nous ne sommes pas victimes de bavures physiques mais verbales. Après le décès d’Adama, nous nous sommes rendus au commissariat de Persan pour demander à voir le corps. En signe d’apaisement, nous avons même levé les mains pour montrer que nous n’étions pas armés. La police est sortie et nous a lancé du gaz. Des petits de chez nous se sont fait attraper par la police et les policiers leur ont dit « On l’a tué Adama ! Toi aussi tu veux qu’on te tue ? » racontent les membres du groupe BBG. Des propos confirmés par Yacouba, le petit frère d’Adama, dernier de la fratrie Traoré. « Ils nous narguent, ils nous provoquent ».

Black M et Youssoupha sur la scène de la Cigale à Paris.

Avant le début du concert, l’ambiance dans les loges est conviviale, le moment pour les artistes de se retrouver avec la famille Traoré, de prendre des nouvelles de Bagui Traoré, frère d’Adama, actuellement incarcéré après sa condamnation pour violence envers les forces de l’ordre. Il nie les faits et a fait appel de sa peine. A l’image de Sofiane, tous se sont réjouis de prendre part à cet évènement dès qu’ils ont été contactés par Youssoupha. « C’est une affaire dans laquelle j’ai pris position publiquement dans mes interviews et mes chansons ». Beaucoup trouvent inacceptable que peu de personnalités politiques aient pris position sur l’affaire. « Ce sont des merdes. Le jour où nos petits frères comprendront qu’on a un poids électoral, tout va changer et ces gens-là ne seront plus tranquilles », affirme Sofiane.

BBG sur la scène de La Cigale pour le concert en soutien à Adama Traoré, Jeudi 2 Février 2017.

Le groupe BBG sur la scène de La Cigale à Paris pour le concert en soutien à Adama Traoré, jeudi 2 février 2017.


 

Sur scène, se succèdent en première partie du concert des amis d’Adama Traoré interprétant tour à tour les titres composés en hommage à leur ami, chacune de leur prestation se concluant de la même manière le point levé en scandant « Justice pour Adama ». Le public, lui, suit naturellement et le répètera tout au long de la soirée. Parmi les spectateurs, des adolescents, de jeunes adultes ou encore des parents accompagnés de leur enfants. Une fois la première partie achevée, les têtes d’affiche du concert viennent tour à tour à tour se produire sur scène de la Cigale réclamant que justice soit rendue pour Adama. « Ça peut prendre énormément de temps, c’est pour ça qu’il faudra à la famille Traoré beaucoup d’endurance mentale », souligne ‘artiste d’Aubervilliers, Mac Tyer.

Durant le concert, plusieurs membres de la famille Traoré sont également sur scène pour remercier l’ensemble des personnes qui ont témoigné leur soutien à la famille durant les sept derniers mois. Parmi eux, la mère d’Adama émue aux larmes et acclamée par tout le public. Assa Traoré a elle indiqué qu’elle avait été touchée des nombreux messages reçus de partout en France, des villes comme des zones rurales et même de l’étranger. Pour l’évènement, Assa Traoré, la grande sœur d’Adama, a convié des familles de victimes de bavures policières dont les proches de Rémi Fraisse, mort en octobre 2014 au barrage de Sivens d’un tir de grenade offensive. D’ailleurs, les noms de plusieurs de ces victimes ont été projetés sur le grand écran placé au-dessus de la scène, ainsi que les messages écrits par plusieurs personnalités comme Omar Sy, Nekfeu, Black M ou encore Kery James. Plusieurs vidéos dont une intitulé « Qui est Adama Traoré »  reconstituant les dernières minutes de la vie du jeune homme avant son interpellation, a été également projetée durant la soirée. Plusieurs de ses amis d’enfance y dressent son portrait.

Youssoupha avec des membres de la famille d'Adama Traoré lors du concert en leur soutien, à La Cigale, Jeudi 2 Février 2017.

L’artiste Youssoupha en compagnie d’Assa et Lassana Traoré.

Le concert s’achève lorsque des amis d’Adama lui rendent un dernier hommage en chanson en présence sur scène de sa famille, de ses amis plus que jamais déterminés à vouloir obtenir la vérité autour de la disparition de leur fils, de leur frère, de leur ami.

Felix MBENGA

Crédit photo : Elsa GOUDENEGE

Articles liés

  • Idriss, 19 ans, gazé, coursé, menotté, frappé, insulté

    #BestOfBB, semaine violences policières. Le 19 mai dernier, en marge d'un match de football de rue entre jeunes de Levallois, Idriss a été violemment interpellé par la police, menotté, plaqué au sol, pris de convulsions. Les images ont fait le tour des réseaux sociaux et le jeune homme de 19 ans est poursuivi pour outrage. De la violence de son interpellation, il ne reste pourtant rien, sinon le traumatisme. Témoignage.

    Par Sarah Ichou
    Le 18/07/2019
  • A Grenoble, des larmes, de la rage et des doutes après la mort d’Adam et Fatih

    #BestOfBB, semaine « violences policières. » Deux jeunes Grenoblois, Adam et Fatih, sont morts samedi 2 mars à scooter, poursuivis par une voiture de la Brigade anti-criminalité. Dans leur quartier, le Mistral, on pleure leur perte, on crie sa révolte et on s'interroge à haute voix sur les failles de la version officielle fournie par les policiers. Une marche blanche organisée en leur honneur a réuni près de 2000 personnes, mercredi. Reportage.

    Par Arno Pedram
    Le 15/07/2019
  • Idriss, 19 ans, gazé, coursé, menotté, frappé, insulté

    Le 19 mai dernier, en marge d'un match de football de rue entre jeunes de Levallois, Idriss a été violemment interpellé par la police, menotté, plaqué au sol, pris de convulsions. Les images ont fait le tour des réseaux sociaux et le jeune homme de 19 ans est poursuivi pour outrage. De la violence de son interpellation, il ne reste pourtant rien, sinon le traumatisme. Témoignage.

    Par Sarah Ichou
    Le 08/06/2019