« A l’époque, toute l’avenue était pleine de camions de CRS. Du pont du Galion jusqu’à la fin de la rue Edgar Degas, c’était bloqué et surtout il y avait un couvre-feu à 19 heures. Quiconque était dehors se faisait contrôler sur le champ. Ma grande sœur, aide soignante, s’est fait contrôler et emmener au commissariat car elle n’avait pas ses papiers d’identité sur elle. Ici, c’est le commissariat qui a brûlé. Une voiture a enfoncé la vitre et des petits rigolos y ont mis le feu. Manque de pot pour eux, ils se sont amusés à faire des photos de l’intérieur, menottes en mains, sur leurs vélos… Après publication de ces photos sur des réseaux sociaux, ils se sont fait attraper.

En novembre 2005 j’étais révolté par la gravité des faits (la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-Bois, ndlr). Mon poste, c’était sur la terrasse après le pont de Galion. Je balançais des boules de pétanques sur les forces de l’ordre. Notre cité, on la connaît par cœur, donc pour se cacher, ce n’était pas un problème. Même les pompiers recevaient des objets. Mine de rien, il y en a eu, des dégâts. Les voitures cramées, elles appartenaient aux habitants mais ce que personne ne sait, c’est que ce sont eux qui nous donnaient les clefs pour qu’on y mette le feu afin de faire marcher l’assurance. Autrement on ne s’en serait pas pris aux voitures des gens comme nous.

Aujourd’hui, je suis cariste de nuit chez un sous-traitant de la poste depuis cinq ans environ. J’ai 23 ans et je suis en âge de me marier. Avec le recul, je me rends compte que j’ai fait n’importe quoi. En novembre 2005, j’avais déjà arrêté l’école et j’aurais mieux fait de rester chez moi. Le garage Renault et la boîte de location automobile Hertz qui ont brûlé c’était une bavure. Ils n’auraient jamais dû cramer. Mais à Aulnay, on a eu un tas de dégâts. Les plus gros c’était à la cité du Galion et aux 3000. On comparaît ça à une guerre. Sauf qu’ici personne n’a tiré de coups de feu comparé à Grigny. Ici, en revanche, même les pompiers se sont fait piétiner. C’était stupide. »

Propos recueillis par Inès El Laboudy (Bondy Blog)

*Prénom modifié

Photo : Nicolas Oran

Inès El laboudy

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Trois policiers parisiens condamnés pour violences sur mineurs : « L’usage de la force était illégitime »

    Trois policiers du 12e arrondissement de Paris ont été reconnus coupables de violences sur mineurs. C’est un soulagement pour les deux jeunes plaignants, qui voient reconnaître, en même temps que leurs droits, leur statut de victimes.

    par Amanda Jacquel
    le 04/04/2018
  • Hommage à Mireille Knoll : une marche contre l’antisémitisme

    Des milliers de personnes ont défilé à Paris mercredi en mémoire de l'octogénaire juive assassinée le 23 mars dernier dans son domicile. Ce rassemblement unitaire organisé par le Crif a réuni des anonymes venus rendre hommage à Mireille Knoll et protester contre l'antisémitisme. Le moment de recueillement a toutefois été terni par des incidents liés à la présence de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

    par Alban Elkaïm
    le 29/03/2018
  • À Argenteuil, Ilyès, 13 ans, accuse des policiers de violences

    Ilyès M., 13 ans, affirme avoir été interpellé violemment avec un ami dans le parc du Cerisier à Argenteuil samedi 24 mars. Il raconte avoir été frappé à plusieurs reprises par les policiers. Son visage porte encore des stigmates de coups au niveau de l’œil gauche. Sa mère accuse la police de ne pas l'avoir informée de la garde à vue de son fils.

    par Eric Arnold Nguenti
    le 28/03/2018