Mathieu Hanotin. A 33 ans, ce vice-président du conseil général de Seine-Saint-Denis, chargé de l’éducation et de la jeunesse,  représente le parti socialiste pour les législatives dans la circonscription de Saint Denis/Pierrefitte et Villetaneuse. Dans son local, rue Désiré Lelay à Saint-Denis, l’élu du conseil général revient sur son parcours scolaire et politique.

Téléphone posé sur la table, Mathieu Hanotin plonge dans ses souvenirs. Tout commence dans sa ville natale, à Compiègne (dans l’Oise). Il admet avoir déjà été indépendant et engagé depuis son plus jeune âge. Tout commence par la création d’un club nommé « échec » en classe de « 6ème ou 5ème […] le but était que les élèves puissent fonctionner de manière autonome ». Ses camarades pouvaient alors se voir attribuer des salles réservées, des passages à la cantine par exemple. « J’ai aussi été régulièrement délégué de classe » dit-il en souriant. Tout en regardant au loin, comme pour ressasser des souvenirs lointains, le jeune socialiste se souvient des mobilisations lycéennes en 1993 (le « SMIC-jeune » de Balladur) et en 1995 (réformes des retraites).

Mais c’est finalement sur les bancs de la fac qu’il prend goût au militantisme en adhérant  et en militant activement à l’UNEF (UNEF-ID dans un premier temps, puis UNEF unifié) pendant ses études de droit et d’histoire à l’université de Strasbourg, puis à Paris I- la Sorbonne. Il adhère par la même occasion au parti socialiste « en novembre 1996 ».

Débuts des années 2000 marquera son entrée réelle en politique. Il passe quatre années à la mairie de Paris, aux côtés de Pascal Cherki (adjoint au maire chargé des sports à l’époque). Le jeune politique finit par s’installer à Saint-Denis en 2005 et avoue être « tombé amoureux » de cette ville et parle même de « coup de foudre » pour ce territoire. De fil en aiguille, Mathieu Hanotin s’engage  dans la politique locale et devient candidat aux élections cantonales en 2009. C’est ainsi qu’il est amené à travailler avec Claude Bartolone au conseil général du 93.  « Je ne suis pas de ceux qui attendant la révolution pour changer les choses. A tous les niveaux il y a un moyen de les faire bouger » affirme-t-il.

Faire de la politique, s’engager d’accord, mais pourquoi au parti socialiste ? « Je suis convaincu que c’est au PS que les choses se font », Mathieu Hanotin voit « son engagement au PS comme une évidence ». Même s’il avoue « philosophiquement ne pas être d’accord avec tous » et dénonce quand son parti s’embarque dans une « dérive droitière » sans crainte, « je l’affirme haut et fort » se vante-t-il. Ce qu’il aime en politique, c’est d’être surpris. Le jeune socialiste avait soutenu Martine Aubry lors des primaires et affirme que « François Hollande l’a agréablement surpris ».

Ses priorités pour les législatives ? Education, emploi, sécurité, logement. « Le peuple de gauche a gagné le changement. Il faut que François Hollande puisse finir le travail, il faut qu’il puisse appliquer son programme ». Allusion à cette volonté du PS d’être majoritaire à l’Assemblée Nationale?

Peu d’inquiétude pour ce jeune élu sur l’abstention dans les quartiers populaires, mais il insiste sur la nécessité de leur déplacement aux bureaux de vote « aujourd’hui leur vote est utile » un vote qui, selon lui  « va permettre à François Hollande d’appliquer son programme de changement », et ajoute qu’il « souhaite incarner au niveau local ce changement ». Réponse les 10 et 17 juin prochain.

Imane Youssfi

Articles liés

  • « Être chrétien, c’est être de gauche »

    Dans l'imaginaire collectif, catholique rime volontiers avec bourgeois, plus conservateur, réfractaire au progrès social. Et, politiquement, avec électeur de droite. Pourtant, de l'autre côté de l'échiquier politique se trouvent aussi des abonnés à la paroisse du dimanche. Associations et particuliers n'hésitent pas à faire partager leurs visions du socialisme, qui reposent selon eux sur les préceptes du christianisme. Le Bondy Blog en a rencontré quelques-uns.

    Par Fleury Vuadiambo
    Le 11/07/2019
  • Quidam veut remettre l’éducation populaire au centre de la politique

    L'association Quidam, fondée cette année, a décidé de s'engager sur le chemin de l'éducation populaire. Sous l'impulsion d'une équipe de jeunes militants proches de la France insoumise, le mouvement organisait jeudi 4 juillet un colloque en présence de députés PCF et FI et d'acteurs de terrain issus des milieux populaires. Récit.

    Par Hervé Hinopay
    Le 08/07/2019
  • A La Courneuve, les territoires démunis réclament « l’égalité des résultats »

    Deux mois après la publication d’un « Atlas des inégalités », le maire (PCF) de la Courneuve, Gilles Poux, a organisé dans sa ville, ce jeudi 27 juin, des Assises nationales pour l’égalité territoriale. L’objectif était double : dresser le constat de l'abandon des territoires populaires et y apporter des solutions. Une centaine de citoyens et acteurs de terrain étaient présents. Récit.

    Par Mohamed Errami
    Le 01/07/2019