« Passe, passe ! Par ici ! » Frappe… et c’est le but ! Frémissements dans tout le stade Léo-Lagrange de Bondy. Les amateurs de football apprécieraient le geste signé d’un jeune élève de CM1. C’est son équipe qui sortira vainqueur de ce tournoi un peu spécial.

À l’origine de l’événement, une classe de 4e du collège Jean-Renoir situé dans la ville de Kylian M’Bappé qui a invité ce vendredi 13 avril, à taper dans le ballon rond, des élèves de 6ème du collège et des CM1 et CM2 de l’école élémentaire Mainguy-Guehenno. Au total, 16 petites équipes mixtes de cinq filles et garçons s’affrontent à coups de crochets et de passements de jambes, dans un esprit fair-play.

Objectif : récolter 51 000 euros pour partir en Russie

L’objectif de ce tournoi est d’aider à financer le projet « Jean Renoir Russie 2018 » : 27 élèves de 4ème du collège Renoir s’envoleront pour la Russie en juin pour assister à deux matchs de la Coupe du monde de football : Maroc-Portugal le 20 juin et France-Danemak le 26. Vente de maillots, buvette tenue par les familles, petit-déjeuner dans l’établissement scolaire… Tous les moyens sont bons pour remplir les caisses. Les élèves, aidés de leurs professeurs, ont également lancé une campagne de crowdfunding pour récolter les 51 000 euros nécessaires.

Au-delà des parties de dribble de nos apprentis footballeurs, l’événement fait la promotion des grandes valeurs du sport : le respect, la mixité et l’égalité. Plus tôt dans la journée, une pièce de théâtre jouée par les collégiens de Renoir taclait les préjugés autour du sport et les inégalités entre filles et garçons. Les scénettes invitaient les jeunes élèves de primaire au dialogue et à déconstruire des stéréotypes.

« C’est une magnifique opportunité pour nous »

« C’est une magnifique opportunité pour nous, ce projet. Notre but est de construire quelque chose ensemble ». Sourire aux lèvres, Inès, 13 ans, l’une des six ambassadrices de « Jean Renoir Russie 2018 », présente les intérêts du voyage au public. Son camarade Khalid, joueur à l’U15 de Bondy, fait partie des dix organisateurs. Avec son équipe, il gère l’organisation des évènements, du brainstorming à la gestion humaine et économique des actions. L’une de ses missions : réduire le budget, réfléchir à de nouvelles actions pour attirer des fonds, sensibiliser le public à leur projet.

Le projet a vu le jour grâce à Sport’A Vie, une association de Seine-Saint-Denis qui offre un parcours de formation à des jeunes issus des quartiers au travers d’événements sportifs de grande envergure. Car dans ce projet, il n’est pas juste question d’assister aux matchs lors de la Coupe du monde, loin de là. Tels des reporters, les collégiens intervieweront des joueurs et réaliseront des reportages sur les coulisses de l’événement. « Ça fait huit ans que je me demande comment je peux essayer de susciter des vocations et des ambitions, s’exclame fièrement, Frédéric Tisseau, professeur d’EPS de 31 ans, l’un des encadrants du projet. En septembre, l’association Sport’A Vie nous a sollicités, on a tout de suite répondu favorablement. Ils ont déclenché l’étincelle et derrière, depuis octobre, on a fait le reste. On voulait des élèves motivés pour des nobles raisons, c’est pourquoi on ne leur a pas tout de suite dit que c’était pour la Russie. On leur a fait croire pendant quelques mois que c’était pour un autre concours, pour lequel ils avaient peu de chance de gagner… Mais malgré tout, ils nous ont prouvé leur implication ! C’est en décembre qu’on leur a annoncé la nouvelle ! »

Formés par des professionnels aux bases des métiers du multimédia, ces apprentis reporters ont été reçus la veille dans les locaux de France Télévisions, où ils ont pu découvrir la régie et les plateaux, sous le regard bienveillant et les conseils d’Élise Lucet. « Un partenariat avec France Télévisions est en cours », confie Frédéric Tisseau.

Sport et formation multimédia

Muni de son micro, Aymen, 13 ans, appartient au groupe des reporters. « On fait plein de sorties, on apprend beaucoup. J’ai pu me former, comme tout le groupe des reporters, à l’interview, à l’écriture, à la prise de sons, d’images, au montage… C’est un projet formidable, qui me rend heureux ». Roméo, 13 ans, s’essaye, lui, à la caméra. Le jeune garçon espère pouvoir rencontrer Kylian M’Bappé ou encore Antoine Griezmann en Russie, ses deux modèles. Parmi les adolescents, on retrouve aussi des community manager : ils gèrent les réseaux sociaux et la communication avec deux marraines de choc, les joueuses stars du Paris-Saint-Germain, Aminata Diallo et Eve Périsset.

Chaque samedi, le groupe s’essaie au russe en apprenant les bases de la langue. « De 9h30 à 11h30, Vincent Duguet [professeur de lettre et russophone, ndlr] nous enseigne l’alphabet, les différentes prononciations mais aussi la culture. C’est une langue si différente de la nôtre, que c’est difficile à apprendre », admet Inès. « L’objectif, c’est qu’ils puissent au moins lancer une discussion en russe, même s’ils poursuivront en anglais plus tard », admet Frédéric Tisseau.

« Il y a des pépites parmi ces enfants : il faut juste les encourager et leur donner les moyens »

Dalila Hassani, principale adjointe du collège depuis cinq ans, se réjouit de l’impact positif du projet sur son établissement. « C’est la première année que l’on mène un projet aussi ambitieux. Ça s’avère une révélation extraordinaire pour les élèves et pour l’établissement. Toute la ville se fédère autour des élèves. La mairie, le conseil départemental, les familles, des entreprises bondynoises nous soutiennent financièrement. Il y a des pépites parmi ces enfants : il faut juste les encourager et leur donner les moyens ».

Dalila Hassani félicite les jeunes sportifs aux côtés de Sylvine Thomassin (à droite), maire de Bondy.

Le tournoi de foot touche à sa fin. Avant la remise des trophées, la maire de la ville Sylvine Thomassin a félicité un à un les graines de sportifs. « Je suis époustouflée. C’est fabuleux qu’ils aient un projet aussi solide et construit. Je pense que c’est un des plus beaux projets que l’on m’a présenté depuis que je suis à la mairie. Ces élèves ont développé des compétences dans des domaines très variés. Ils apprennent à travailler de manière collective, dans le respect et la citoyenneté. Je sais qu’ils ne l’oublieront jamais ».

Prochaine étape : une brocante dimanche 13 mai au collège. La délégation quittera le sol français le 14 juin. Go go go Jean-Renoir !

Sonia SALHI

Articles liés

  • L’Algérie sacrée, Paris et sa banlieue en liesse

    L'Algérie a remporté vendredi soir la Coupe d'Afrique des Nations, 29 ans après son seul et unique sacre continental. Un sacre largement fêté par les Algériens de France, souvent en communion avec leurs voisins et adversaires sénégalais... mais aussi avec toutes les autres communautés. L'équipe du BB était à Barbès, à Bondy, à Aubervilliers et ailleurs. Récit d'une soirée de grande ferveur.

  • On a vécu l’élimination des Bleues dans un café d’Aubervilliers

    Rares étaient, en Seine-Saint-Denis, les lieux à organiser des retransmissions du quart de finale de Coupe du monde de l’équipe de France féminine. A Aubervilliers, la municipalité s’est associée à Collective, un café culturel qui a ouvert il y a quelques semaines, pour tenter d’attirer un peu de monde autour de l’événement. Pour la jeune enseigne comme pour les Bleues du foot, ce n’est pas encore flamboyant, mais les promesses donnent envie d’y croire. Reportage.

    Par Mohamed Errami
    Le 01/07/2019
  • A Reims, le grand débarquement de « Team USA »

    #BBReims, épisode 4. Plusieurs milliers de supportrices et supporters américains avaient envahi Reims, ce mardi, pour assister à l’entrée en lice de leur équipe au Mondial de foot. Avant la gifle infligée par leurs joueuses aux Thaïlandaises (13-0), les Américains avaient pris le temps d’expliquer au BB leur passion du football et de « Team USA ».

    Par Arno Pedram
    Le 12/06/2019