Qui a dit que les arts urbains ne s’apprenaient que dans la rue ? Qui a dit que l’on ne pouvait pas consacrer un lieu à toutes les disciplines urbaines ? Pas le Canal 93 en tout cas ! L’ambiance y est bonne ce dimanche après-midi quand arrivent les premiers visiteurs de la toute nouvelle école. Vers 15 h comme prévu, la salle est remplie. Ados, adultes, hommes et femmes ont répondu présents pour découvrir la discipline qui leur ressemble.

Nous souhaitons voir naître des acteurs culturels qui viennent des milieux populaires et représentent la France

Tout a débuté après les mots de bienvenue de Rachid Ziani, le directeur de Canal 93, cette structure de musique qui héberge l’école. Il ne cache pas son plaisir et en profite pour rappeler l’objectif : « Notre but premier est d’ouvrir un espace, une pépinière d’artistes. Ici, les talents sont divers. Ils ne sont pas uniquement dans le domaine du sport. Ainsi, nous voulons répondre aux besoins de la population. Aujourd’hui, les demandes tournent au tour des activités urbaines. Pour cela, on sollicite toutes les associations qui œuvrent dans tous les secteurs pour qu’ensemble nous puissions travailler. Nous organisons des mastersclass avec des thématiques différents qui permettront de tisser des liens sociaux et de recréer une cohésion sociale. Nous souhaitons voir naître des acteurs culturels qui viennent des milieux populaires et représentent la France ailleurs. »

Rachid Ziani, le directeur de Canal 9, nous reçoit le jour de l’inauguration de l’école des arts urbains à Bobigny

Le but de la journée est de donner la possibilité à tous les habitants des quartiers populaires de s’initier à des activités culturelles dont ils pouvaient ignorer l’existence. Pour toucher un public aussi large que possible, l’équipe de Canal 93 a choisi de travailler avec des animateurs, des éducateurs et des formateurs qui ont su montrer leur détermination et leur conviction à aider les jeunes, à les tirer vers le haut et à les sortir des clichés de la banlieue qui produirait uniquement footballeurs et humoristes. Les ateliers sont accessibles dès 12 ans.

Nous voulons d’abord que tous les jeunes aient un accès à la culture au cœur du 93

« Nous voulons d’abord que tous les jeunes aient un accès à la culture au cœur du 93, précise Ladji, un jeune homme d’une trentaine d’années, responsable du pôle danses. Notre ambition est de faire en sorte que la Seine-Saint-Denis devienne une pépinière de talents. Nous voulons que ce département rayonne d’une manière positive par la culture. C’est pour cela que nous invitons tout le monde, même si nous nous adressons surtout aux jeunes, à venir s’impliquer », plaide-t-il avant de remercier la mairie de Bobigny qui soutient l’initiative en mettant des locaux à disposition.

Diamantaire est, lui, un jeune humoriste de 27 ans, originaire de Bobigny . Ici, il gère le pôle humour. Difficile de le regarder les yeux dans les yeux sans tomber rapidement dans une rigolade. « Mon but est d’abord de permettre à un maximum de jeunes de s’épanouir dans la culture qu’ils aiment, dans l’art qu’ils aiment et ensuite, de travailler avec eux pour en faire des professionnels quand ils savent ce qu’ils veulent faire. Durant toute l’année, on organisera des cafés-théâtres où les jeunes font face à un public. Il s’agit de leur faire découvrir cette confrontation, qu’ils s’imprègnent très vite de ce milieu de l’humour sur scène », affirme-t-il.

Enseigner les bases du théâtre

Un jeune homme croisé dans l’espace occupé par le pôle théâtre et cinéma a le sourire aux lèvres. Il demande des renseignements pour y participer. Il assure vouloir faire du théâtre. Il est le bienvenu car il répond exactement aux critères fixés par les responsables du projet. « On veut apprendre aux jeunes les bases du monde du cinéma et du théâtre : l’improvisation, l’articulation, comment se tenir en scène, les entrées et les sorties… Nous voulons donner une chance à ses jeunes qui veulent être accompagnés en les soutenant et en les formant. Et nous démarrons tôt puisque nous avons des ateliers d’éveil qui s’adressent aux tout petits », s’explique l’équipe théâtrale.

L’équipe théâtre de la nouvelle école des arts urbains à Bobigny

Un projet ambitieux dans un secteur où il n’est pas facile de bousculer les habitudes.  Mais l’union faisant la force : Rachid, la direction de Canal 93 et les acteurs de la culture sont persuadés d’une chose : que les talents des jeunes peuvent porter haut la culture au même titre que le sport.

Kab NIANG

Articles liés

  • « Mon histoire » : l’autobiographie de Rosa Parks enfin traduite en français

    Figée en symbole de la lutte pour les droits civiques, Rosa Parks (1913-2005), qui avait refusé de céder sa place à un blanc le 1er décembre 1955 dans l'Alabama, apparaît dans l’histoire comme un personnage dépolitisé, muet. "Mon histoire", son autobiographie publiée aux États-Unis en 1992, vient enfin d’être traduite aux Éditions Libertalia. 

    Par Héléna Berkaoui
    Le 17/12/2018
  • Myth Syzer : « À nous artistes d’amener le public vers d’autres univers et de prendre des risques »

    Dans le monde du rap, Myth Syzer était surtout reconnu comme étant le producteur de talent derrière des hits tel que « Périscope » de Damso. Le 30 novembre dernier, il sortait son album « Bisous Mortels », qui faisait suite à son premier projet solo « Bisous », sorti en avril 2018. Dans les locaux parisiens de son label, Thomas, de son véritable nom, revient pour le Bondy Blog sur son année faste, son parcours, et le collectif Bons Gamins dont il est issu. Le natif de la Roche-Sur-Yon évoque également l’amour, ses projets et son point de vue sur la visibilité des producteurs dans le milieu du rap français. Entretien.

    Par Félix Mubenga
    Le 14/12/2018
  • Ta-Nehisi Coates : Trump ou la revanche des suprémacistes blancs

    Avec un sens de la formule percutant et un important travail de documentation, le dernier livre de Ta-Nehisi Coates, « Huit ans de pouvoir, une tragédie américaine », traduit en français aux Éditions Présence africaine, analyse la victoire de Donald Trump à l’aune de la présidence de Barack Obama. Critique.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 13/12/2018