Djigui a 22 ans. Etudiant. Habitant la Grande Borne, à Grigny (91), depuis toujours. C’est un quartier mythique, avec son architecture particulière et sa fabrique à fantasmes. Djigui a décidé, avec des amis, de réagir à l’article du Figaro « A Grigny, ville de Coulibaly, les complotistes vont bon train ». Aujourd’hui, il témoigne, avec sa rage et ses rêves. Premier épisode de la série « Les gens de Grigny », sur France Inter, à 21h50, jusqu’à mercredi et sur le Bondy Blog.

Pour écouter l’émission cliquez ici.

Mehdi et Badroudine

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • « L’empire du mensonge » d’Aminata Sow Fall : la recette sénégalaise du bonheur

    Après dix ans d’absence, Aminata Sow Fall signe un nouveau roman plein d'espoir sur le parcours initiatique de trois familles d'un quartier populaire du Sénégal, qui, après avoir tout perdu, vont reconstruire leur paradis. Chronique.

    par Kab Niang
    le 20/04/2018
  • Fanny Glissant : « Les 25 millions d’esclaves ont été déportés pour le profit et rien d’autre »

    Avant la projection-débat de "Les routes de l’esclavage" organisée le 26 avril en partenariat avec le Bondy Blog, nous avons rencontré Fanny Glissant, co-réalisatrice de la série documentaire, elle aussi descendante d'une esclave et d'un maître. Les quatre épisodes retracent pour la première fois l’histoire des traites négrières du VIIe au XIXe siècle. Entretien.

    par Rouguyata Sall
    le 18/04/2018
  • À Stains, une pièce pour rendre visibles les femmes en milieu carcéral

    À l’affiche au Studio Théâtre de Stains, "Tous mes rêves partent de la gare d’Austerlitz", est la nouvelle création originale de Marjorie Nakache. À travers le texte de Mohamed Kacimi, la pièce met en scène six femmes détenues en maison d’arrêt, la veille de Noël. Une plongée dans le quotidien de ces détenues encore invisibles et victimes d'un tabou encore ancré

    par Fatma Torkhani
    le 09/04/2018