« Cela fait 20 ans je travaille dans l’associatif à Bondy Nord, et on est fier d’avoir Mbappé, ça change de ce qu’on peut dire sur nos quartiers populaires, parce qu’on assimile souvent la délinquance au 93 et aujourd’hui on a eu besoin des quartiers pour la victoire ! » Fadila Tekkouk, élue de quartier à Bondy Nord, est plus qu’excitée en ce dimanche de coupe du monde. À Bondy, elle n’est pas la seule. En fait, quasiment tous les Bondynois le sont. L’amour que porte la ville à son phénomène se lit sur les lèvres et les murs. Sur le fronton de l’hôtel de ville, on peut apercevoir ce petit message adressé à l’attention du prodige du football : « Merci Kylian, nous sommes tous derrière toi » et encore à l’entrée du Stade Leo Lagrange « Allez Kylian, allez nos Bleus ». Le choix du lieu n’est pas le fruit du hasard : c’est sur cette pelouse que le joueur du PSG a fait ses premiers pas de footballeur avec l’AS Bondy. Aujourd’hui, il est élu meilleur jeune joueur de la Coupe du monde, un parcours fulgurant, pour celui qui pourrait rejoindre les plus grands noms dans la sélecte liste du panthéon du football.

Bondy sous le feu des projecteurs

Ce dimanche soir, à la fin du temps réglementaire, les fans exultent. Rapidement, les Bondynois inondent les rues en chantant la victoire de la France. Le rond-point du centre ville est bloqué par une liesse populaire et les voitures klaxonnent à tout-va pour célébrer la victoire. Les pétards jaillissent un peu partout mêlés au cris des supporters croyant à un rêve dont ils ne veulent surtout pas être réveillés. La France est championne du monde et Bondy le fait savoir !

Le parcours des Bleus et la révélation de Kylian aux yeux du monde entier ont mis Bondy sous le feu des projecteurs. Pour Pape, 28 ans ce n’est pas une surprise : « Depuis le début, on savait que l’équipe de France allait être dans le dernier carré ; vu l’équipe sur le papier, on avait de grandes chances de remporter le trophée, avec Mbappé devant, on est rassuré ». De quoi rendre fier Abou : « Mbappé, c’est une réussite pour lui, mais pour nous aussi et toutes les personnes originaires du 93, à tout juste 19 ans il est champion du monde, c’est vraiment impressionnant ce qu’il a fait et on en est fier ».

Merci à Mbappé pour ce qu’il apporte au 93

Les villes du 93 se coltinent une image d’enfants pauvres de la République et une série de mauvais commentaires les suivent. Un chômage profondément ancré, une éducation sous-dotée, ceux-là mêmes ces jeunes qui s’époumonent à chanter leur amour pour ces Bleus, sont au coeur même d’une République qui ne tient pas ses promesses. Les différents débats réducteurs autour de l’islam et de la délinquance nuisent à la connaissance sereine et objective de banlieues créatives. Cette victoire en finale est avant tout leur victoire car la plupart des joueurs français présents sur le terrain sont originaires de ces quartiers sensibles. « Cette coupe du monde, c’est celle de nos banlieues. Elle aura de bonnes retombées pour la Seine-Saint-Denis car on est toujours décrié de manière très négative, Kylian Mbappé est en quelque sorte notre porte-drapeau, je le remercie énormément pour ce qu’il apporte au 93 et à la ville, témoigne Nabal Charles, élu au sport à Bondy. J’ai parlé avec son père, Wilfried, dernièrement, il est plus que fier de ce que son fils est en train de réaliser avec cette équipe de France ».

Qui ne l’est pas à Bondy ? Fierté est un des mots qui revient le plus lorsqu’on évoque « Kiki » avec les Bondynois. Reste à savoir si ces ondes positives vont permettre de changer définitivement la vision des quartiers propagée dans les médias, si l’euphorie présente sera la pierre angulaire d’une vitrine positive des quartiers ou une parenthèse qui va sera rapidement oubliée. En attendant, les Bondynois et les Français dans leur ensemble savourent et ils ont bien raison. Demain est un autre jour !

Jimmy SAINT-LOUIS

Articles liés

  • « On a l’impression que le gouvernement se fout de nous et de notre santé »

    Vendredi 15 mars à Paris, environ 30 000 personnes ont marché pour le climat à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes. Une mobilisation qui a fédéré bien des collégiens, lycéens ou étudiants, venus de Paris et de banlieue. Reportage.

    Par Kab Niang
    Le 18/03/2019
  • Jetés à la rue à 18 ans : le cri du coeur des anciens enfants placés

    L'aide sociale à l'enfance, l'ASE (ex-DDASS), prend en charge chaque année 350 000 jeunes mineurs, souvent confiés à des familles d'accueil. Mais que se passe-t-il lorsque ces jeunes ont 18 ans ? Si certains bénéficient d'un contrat jeune majeur, la plupart sont livrés à eux-mêmes, parfois laissés à la rue. Des associations ont réuni plusieurs centaines d'anciens enfants placés, mardi 12 mars à la Bourse du travail de Paris, pour raconter et revendiquer. Reportage.

    Par Siham Sabeur
    Le 15/03/2019
  • A République, un 8 mars placé sous le signe de la lutte

    Ce vendredi 8 mars, ils étaient quelques milliers à se réunir sur la place de la République pour la journée internationale des droits des femmes. Un conglomérat de revendications, de luttes et de mouvements au service d'un objectif commun : promouvoir l'égalité femmes-hommes et libérer la parole des femmes. Reportage.

    Par Kab Niang
    Le 11/03/2019