Rue Ordener dans le 18ème arrondissement populaire de Paris, c’est toujours l’interrogation et la stupéfaction pour les habitants d’un immeuble et son voisinage. Sur la porte cochère du bâtiment qui donne directement sur la rue très commerçante, ils ont découvert, jeudi 20 septembre l’inscription suivante à la peinture noire : « Ici vivent des ordures juives, notamment au troisième ». Sous le tag antisémite, une croix celtique, un signe symbole des groupuscules d’extrême droite. C’est la journaliste de Libération Marie Ottavi qui l’a rendu publique via son compte Twitter.

Je suis français avant tout et je n’ai pas être défini par mes opinions, ni par mes origines, ni par ma religion

Une enquête a été ouverte par le commissariat du 18ème arrondissement et une plainte a été déposée. Depuis également, la mairie d’arrondissement a nettoyé les tags antisémites.

Un des habitants du troisième étage pense être la cible visée. En effet, en avril 2017, après être rentré de sa journée de travail en fin d’après-midi, l’homme se fait agresser. « La personne, que je ne connaissais pas, m’a demandé de l’argent. J’a refusé. Je suis rentré chez moi et je voyais l’agresseur attendant en bas de l’immeuble, dans ma rue. Je me suis mis à ma fenêtre et l’homme me fixait ». 

Trois semaines plus tard, ce sont deux tentatives d’incendies criminels qui ont lieu sur cette même porte cochère. L’homme ne fait pas le rapprochement mais la découverte des tags antisémites ne lui laisse désormais plus aucun doute. L’enquête déterminera si ces éléments sont liés ou non. « Je suis français avant tout et je n’ai pas être défini par mes opinions, ni par mes origines, ni par ma religion ».

Sur le palier d’en face, un jeune couple s’est installé il y a à peine un mois, tous les deux sont choqués.  « Ma femme a eu très peur. Nous sommes très inquiets », réagissent ces deux Brésiliens venus de Berlin.

Dès le lendemain de la découverte du tag, les élus du 18ème arrondissement se sont déplacés pour rassurer les riverains. Les premiers adjoints au maire, Emmanuel Grégoire et Carine Rolland, ont rencontré les habitants, notamment l’homme visé. Ils ont manifesté leur soutien et leur présence. « Ce genre d’actes n’est pas habituel, encore moins dans ce quartier multiculturel », indique la mairie. Dans un tweet, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a fait part de son soutien à la communauté juive.

Audrey PRONESTI

Articles liés

  • A Gennevilliers, un atelier du grand débat sans projecteurs, sans illusion

    Lundi 31 janvier se tenait, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), un des ateliers du grand débat national voulu par le président de la République. Là, pas de politicien à la manoeuvre mais un collectif associatif, Banlieue Respect. Résultat : deux heures d'échanges constructifs, sans réussir à attirer un large public ni même à convaincre celui présent de son réel intérêt. Reportage.

    Par Simon Mauvieux
    Le 18/02/2019
  • Ligue du LOL : « On va peut-être assister au #MeToo du cyberharcèlement »

    La « Ligue du LOL », c’est le nom de ce groupe Facebook composé de journalistes, de publicitaires ou de blogueurs parisiens, qui se sont rendus coupable de cyberharcèlement, principalement contre des femmes, entre 2009 et 2013. Depuis ce week-end, les témoignages s’accumulent et plusieurs concernés ont été mis à pied au sein de leur rédaction. Laure Salmona, co-fondatrice du collectif « Féministes contre le cyberharcèlement », décrypte pour le Bondy Blog cette affaire. Entretien.  

    Par Ilyes Ramdani
    Le 12/02/2019
  • Grève générale : « Mais c’est pas le samedi, d’habitude, les gilets jaunes ? »

    Ce mardi 5 février, la CGT avait appelé à une mobilisation nationale. Convergence des luttes, grève générale, soutien des partis politiques de gauche : l'ambition était de prolonger le mouvement des gilets jaunes et de fédérer au-delà. Entre 20 000 et 30 000 personnes se sont mobilisées à Paris. Le Bondy Blog en a rencontré certaines. Reportage.

    Par Sarah Ichou
    Le 07/02/2019