Au centre d’une grande place entourée d’immeubles, une dizaine de personnes mettent des chaises et des tables. En cette belle journée ensoleillée, la place Voltaire, à Ivry-sur-Seine, se remplit peu à peu. La FCPE, la principale fédération de parents d’élèves, a organisé une action de mobilisation un peu particulière, ce samedi 25 mai : une classe en plein air se prépare, pour dénoncer la loi Blanquer. Judith Lopes, présidente de la FCPE, tient le rôle de la « maîtresse », tandis que les parents, tous issus d’Ivry, sont les élèves. Ces derniers devront ensuite écouter une intervention de la « maîtresse » avant de répondre à un quiz sur l’éducation nationale, et à un test pour les CP.

La manœuvre vise à savoir s’ils connaissent bien le système éducatif, puis de leur faire prendre conscience de l’absurdité des contrôles subis par les enfants à leur entrée au CP. Le quiz comprend dix questions de base sur l’éducation nationale, parmi lesquelles : « combien y a-t-il d’élèves par classe ? », « combien d’heures travaille un enseignant par semaine ? » Tout cela comme dans une classe ordinaire, mais à l’extérieur. Parmi le public, beaucoup de parents et quelques enseignants, dont certains ont amené leurs enfants. Il y a quelques militants de la FCPE, mais aucun ne se réclame d’un parti politique.

Les parents et enseignants à Ivry, comme un peu partout en France, accusent la loi Blanquer, de vouloir « détruire » l’école publique, en aggravant, notamment les inégalités. D’ailleurs, plusieurs manifestations ont déjà eu lieu dans le pays. La loi Blanquer pour une “école de la confiance” a été votée au Sénat ce 21 mai, dans l’attente d’un compromis final de la commission mixte paritaire, qui se réunira mi-juin.

On ne sensibilise pas seulement les parents, mais aussi la population

Une dizaine de personnes sont assises, à des tables et d’autres sur des chaises, dans une ambiance studieuse, malgré les cris d’enfants agités, pour assister à la classe en plein air. D’autres parents sont présents mais restent en retrait. Certains badauds observent la scène, intrigués, mais passent leur chemin.

Judith Lopes tient à expliquer comment la FCPE lutte contre la loi Blanquer : « Notre association a pris le relais des enseignants, pour organiser des actions envers les parents, parce que l’enjeu, c’est quand même de bien les renseigner. Les gens n’ont pas forcément accès à ces informations. » Elle poursuit : « On a transmis les infos aux parents, soit par des actions dans les écoles, des occupations d’écoles, et des actions plus ouvertes comme ici.C’est la deuxième qu’on fait. La première a eu lieu le 9 mai. Pour la présidente de la FCPE, l’intérêt d’organiser une classe en plein air est stratégique : « On touche autrement. On ne sensibilise pas seulement les parents, mais aussi la population. On essaie de leur faire prendre conscience de la problématique de cette loi. »

Dans la foule, Christelle Pavillon, membre de la FCPE, explique, dans un sourire désabusé, pourquoi elle manifeste : « Il y a de nombreux points dans la loi, que je conteste. Le premier, c’est l’école des savoirs fondamentaux, qui consiste à regrouper les collèges et les écoles élémentaires, et faire disparaître une organisation qui existe déjà, avec des directions d’écoles etc. Et on ne nous dit pas ce qui va se passer après. »

Hervé HINOPAY

Articles liés

  • Devant les résultats du bac, des cris, des pleurs et des questions

    Ce vendredi 5 juillet, les quelque 700 000 lycéens qui se sont présentés aux épreuves du baccalauréat ont eu leur verdict. Le bac, la mention, les rattrapages... Au lycée Auguste-Blanqui de Saint-Ouen, des jeunes de plusieurs établissements de Seine-Saint-Denis étaient agglutinés pour avoir leur réponse. Un cru 2019 marqué par un mouvement social qui a eu une conséquence directe : certains lycéens n'ont pas encore leur résultat définitif. Reportage.

    Par Mohamed Errami
    Le 05/07/2019
  • A Pantin, les profs ont séché le bac

    Ce lundi 17 juin, des professeurs de toute la France ont fait grève de la surveillance à l'occasion du début des épreuves du baccalauréat. A Pantin, le lycée Lucie-Aubrac avait allure d'épicentre de la colère. Là-bas, un professeur sur trois environ avait rejoint le mouvement, pas suffisant pour mettre en péril le bon déroulement des épreuves. Mais les révoltés sont décidés à ne pas en rester là. Reportage. 

    Par Hervé Hinopay
    Le 18/06/2019
  • Micro-lycée, maxi succès

    #BBReims, épisode 5. Depuis le début des années 2000, les « structures de retour à l’école » ont un objectif simple : remettre des jeunes décrocheurs sur le chemin de l’école et leur permettre d’obtenir le baccalauréat. Aujourd’hui, il en existe 62 en France, parmi lesquelles le micro-lycée de Reims. Cette semaine, une quarantaine d’entre eux suivait un séminaire de révisions à une semaine de l’échéance. Au programme, travail intensif et pédagogie novatrice. Reportage.

    Par Anne-Cécile Demulsant
    Le 13/06/2019