Voyez-vous mêmes. Dans les films et les séries, les femmes noires ont toujours le teint plus clair que les hommes noirs. Idem pour la chanson. Aux Etats Unis, plus leur carrière évolue, plus leur peau s’éclaircit et leur nez s’allonge. On attend aujourd’hui d’une femme noire qu’elle ne soit pas trop… noire. Et ses cheveux suivent la même pente : nombreuses sont les Blacks qui rêvent de « cheveux lisses et doux », à la Beyoncé. Pour obtenir ce résultat, tous les moyens sont bons : tissages, perruques ou lace wigs (les perruques nouvelle génération, il est presque impossible de savoir que c’en est une).

Est-on sûr cependant, que les peaux « claires » de Rihanna (chanteuse), Tyra Banks (top model américain) ou Halle Berry – « la première Afro-Américaine à avoir reçu un Oscar », en réalité une métisse – soient l’idéal de toutes les Noires ?

« Je ne me sens nullement représentée par les stars noires que l’on peut voir à a télé, déclare Fatoumata, 27 ans, de Sarcelles. Elles ont adopté les codes européens : un teint le plus claire possible, des cheveux lisses, une tenue européenne. Par contre, les actrices comme Fatou N’Diaye (Fatou la Malienne) ou encore Rougui Dia, la célèbre chef cuisinière, sont beaucoup plus naturelles et plus représentatives des femmes noires. Lorsqu’une femme noire avec des traits négroïdes, telle Woopi Goldberg, est mise en avant, on tombe dans la caricature. Par contre, Naomi Campbell, bien qu’un quart chinoise, avec sa peau foncée, se rapproche davantage de ce que peut être la beauté noire. »

» Bref, ajoute Fatoumata, le sujet est complexe, et que l’on soit noire ou blanche, il semble que certains critères de beauté soient universelles : traits fins, corps et visage harmonieux, allure… » Jessica, 20 ans, de Bobigny, titulaire d’un BTS, est du même avis. « Attention je ne critique pas, dit-elle, mais je pense que le type de beauté noire aujourd’hui en vogue, à la Tyra Banks, crée des préjugés chez les Blancs et rabaisse la vraie beauté noire. Certaines femmes noires se font des complexes. »

» Pour ma part, poursuit Jessica (ci-contre), je suis tout le temps en coupe afro, mais je suis obligée de porter ce genre de coiffure, tissage ou autre, pour être acceptée au travail. Certains employeurs qualifient la coupe afro de coiffure sale et pas sérieuse. Je ne trouve pas cela normal que des jeunes filles noires naturelles soient obligées de ressembler aux canons en vigueur pour être acceptées. » Bien renseignée sur la question, Jessica me communique le nom d’un site consacré à tous les types de cheveu noir : http://our-hair.blogspot.com/.

Voyons maintenant ce qu’il en est des Noires en France, au cinéma et à la télé. Une catastrophe, selon Evelyne, 19 ans, de Bobigny : « La femme noire dans le cinéma français est quasi inexistante, et lorsqu’il y en a une, elle est nounou, femme de ménage, ou occupe tout autre poste subalterne. Soyons justes et reconnaissons qu’Aïssa Maïga, à l’affiche dans « Les insoumis », échappe au cliché. »

» Les femmes noires sont très peu présentes à la télévision, enchaîne la jeune fille, excepté sur les chaînes destinées à un public de « couleur » comme France Ô ou sur des chaînes câblées telles que LCI. Il y a, bien sûr, Audrey Pulvar sur France 3, mais cette chaîne est bien moins suivie que TF1, France 2 ou M6. Je ne trouve pas que les Noires qu’on voit au cinéma ou à la télé représentent bien l’idée que je me fais de la femme noire. Lorsque je les vois, j’ai le sentiment que les responsables des chaînes et les producteurs de fictions tentent de faire croire qu’ils sont ouverts et tolérants. Je trouve leur attitude quelque peu hypocrite. Les médias, la télé et le cinéma nous abreuvent d’une version édulcorée de la femme noire, preuve qu’ils n’arrivent pas encore à accepter que l’on puisse être regardable, et même belle, tout en conservant des cheveux crépus, un nez épaté, des lèvres charnues et un teint foncé, attributs typiques de la morphologie africaine. »

Pas toute la morphologie africaine. En effet, à l’est du continent africain, en Ethiopie par exemple, les femmes comme les hommes ont le nez droit et la peau souvent très foncée. Mais pour les Françaises noires, la référence, l’origine, c’est l’Afrique de l’Ouest, où les nez sont épatés et les lèvres charnues. Morale – provisoire – de l’histoire : les femmes noires, on les aime bien, mais pas quand elles sont noires.

Ndembo Boueya

Photo : le top modèle Tyra Banks en couverture.

Ndembo Boueya

Articles liés

  • « Une mission locale, ce n’est pas un Pôle Emploi pour les jeunes »

    Ce lundi 3 juin, le réseau des missions locales d’Ile-de-France se rassemblait rue de Grenelle pour contester la baisse des financements que leur alloue le ministère. Dans le viseur des agents des missions locales, la course à la performance, des chantages à la fusion et une logique qui les asphyxie. Reportage.

    Par Anne-Cécile Demulsant
    Le 05/06/2019
  • A Ivry, une classe en plein air contre l’école de Blanquer

    Partout en Ile-de-France, la mobilisation contre la loi pour une école de la confiance se poursuit. Au-delà des grèves, des opérations « école déserte » ou des manifestations, des formes d'expression originales se créent. Exemple à Ivry-sur-Seine, où les parents d'élèves ont pris l'initiative de faire la classe... en plein air pour sensibiliser à la loi Blanquer. Reportage.

    Par Bondy Blog
    Le 28/05/2019
  • Le « procès de la transphobie » laisse un goût amer

    Les images de l'agression de Julia, place de la République à Paris le 31 mars dernier, avaient suscité un tollé général. Le procès de son principal agresseur, un jeune homme sans-papiers de 23 ans, avait lieu hier au tribunal correctionnel de Paris. Il s’est soldé par une condamnation et la reconnaissance du caractère transphobe de l'agression, fait majeur sur le plan symbolique. Récit.

    Par Arno Pedram
    Le 23/05/2019