Cela fait un mois que la rédaction d’Europe 1 est sans nouvelles de ses deux journalistes, enlevés le 6 juin dernier. Un comité de soutien a été crée, il se réunissait aujourd’hui devant la radio.

Rue François Ier, dans le VIII arrondissement parisien, devant Europe 1, à moins une cinquantaine de journalistes s’étaient rassemblés sur le parvis. Un agent d’entretien de la ville de Paris s’interroge : « vous savez ce qu’il se passe ? ». Une femme lui répond « ce sont deux journalistes français qui ont été pris en otage en Syrie. Un rassemblement de solidarité est organisé ». Il n’a jamais fait attention aux deux affiches placardées sur les murs d’Europe 1. Des vendeuses sorties tout droit des boutiques chic du quartier acquiescent. « Pourtant je travaille ici tous les jours. Ce qui est sûr, c’est qu’elles ont été affichées il y a moins d’une semaine. Avant, il y avait Bruce Toussaint et Laurent Ruquier, je me souviens ».

Didier François, grand reporter pour Europe 1 et Edouard Elias, jeune photographe de 22 ans ont été interceptés par des hommes armés alors qu’ils étaient en route vers Alep, dans le nord-ouest de la Syrie. Un comité de soutien réuni autour de Florence Aubenas, Serge July et Karen Lajon, s’est mis en place. Et le premier rassemblement de solidarité s’est tenu ce mardi 9 juillet à 15 heures devant Europe 1.

Pour Serge July, Didier François « est une personne qu’on connaît ». « ‘On’ c’est l’ensemble de l’équipe. On n’est pas seulement touché, on est bouleversé ». Florence Aubenas a failli ne pas monter sur l’estrade pour s’exprimer. Elle se souvient de l’époque où elle se trouvait dans la même situation en Irak et où Didier François lui avait manifesté son soutien. « J’ai failli ne pas prendre la parole. L’idée que ce soit moi qui la prenne aujourd’hui pour manifester mon soutien à Didier, c’est quelque chose de très émouvant ».

Le comité de soutien rappelle qu’en « Syrie, au moins 24 journalistes de toutes nationalités et au moins 58 citoyens journalistes syriens ont été tués. Un comité se crée aujourd’hui au nom de Didier et Edouard. Il ne s’agit pas d’oublier les autres, mais, au contraire, de défendre à travers eux tous les journalistes aujourd’hui otages en Syrie et dénoncer une situation qui confisque la liberté d’informer ».

L’information a été rendue officielle après es pourparlers de rigueur entre les autorités Française et la Syrie. Maintenant « il faut une médiatisation, dit Florence Aubenas. C’est fondamental pour les droits de l’homme ».

Mimissa Barberis

Un comité de soutien

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Plan Borloo pour les quartiers : le décryptage du Bondy Blog

    L'ancien ministre de la Ville, Jean-Louis Borloo, a remis son plan pour les quartiers ce jeudi 26 avril. Cent soixante pages de propositions, certaines nouvelles, d'autres déjà vues ou imprécises. Désormais, les regards se tournent vers Emmanuel Macron. Le président de la République doit s'exprimer sur la politique de la ville vers la mi-mai.

    par Bondy Blog
    le 26/04/2018
  • Samia Saadani, co-créatrice de « Hrach is beautiful » : « Le cheveu naturel, c’est l’émancipation ! »

    Chez les familles maghrébines, avoir les cheveux bouclés, frisés, crépus est souvent dévalorisé au profit du cheveu lisse. "Hrach is beautiful" ("le cheveu crépu est beau") ambitionne de revaloriser les cheveux naturels nord-africains. Le mouvement s'est lancé ce mardi 10 avril dans le 19e arrondissement de Paris. Rencontre avec la co-créatrice du mouvement, Samia Saadani

    par Sonia Salhi
    le 12/04/2018
  • À Bobigny, l’enfer des habitants de deux tours privées d’ascenseurs

    Deux immeubles, l'un de neuf étages, l'autre de dix, sont privés d'ascenseurs depuis six semaines pour l'un, trois mois pour l'autre. Les locataires n'en peuvent plus. Parmi eux, plusieurs malades dont certains en fauteuil roulant qui ne peuvent sortir de chez eux. Comme Maguy, 55 ans, emprisonnée chez elle depuis trois mois. Ils pointent la responsabilité de leur bailleur, France Habitation. Reportage

    par Ferial Latreche
    le 09/04/2018