L’ambiance d’une piscine de banlieue est sympa quand on a entre 14 et 20 ans. Drague et bikinis flashy sont de rigueur lorsqu’on s’y rend en bande. A Bobigny, le lieu de repérage c’est la pelouse extérieure. Ça papote, ça rit, ça écoute de la musique et ça bronze au soleil en cachant la direction de ses yeux derrières ses Gabanna. Chacun se mate et quand on a un ou une ami(e) un peu siphonné(e), on peut être sûr qu’il ou elle ira nous balancer auprès de la personne repérée.

Depuis deux ans, la mode sur la pelouse, c’est le narguilé. Pas une après-midi sans que la fumée parfumée ne flotte dans l’air aux heures de pointes. Les mecs savent que les parfums nouveaux sont des attrape-filles. Ces petites jeunes abonnées aux salons de thés orientaux équipés d’une salle de chichas. Du coup, ça drague et sa se taquine aux yeux des mamans qui râlent car les jeunes sont trop bruyants. En même temps, en pleine journée en piscine extérieure, il ne peut y avoir un silence d’église…

Les derniers modèles de maillots de bains sont de sortie. Les trikinis dorés et les bikinis sans bretelles sont nombreux. Il y a même eu des filles qui ont quitté subitement les lieux sans expliquer pourquoi. Après enquête auprès de leurs copines, j’ai pu comprendre qu’elles avaient vu une autre fille avec le même maillot de bain. Sacrilège ! Ici, c’est demi-baignade, ces jeunes filles très pointues sur leur apparence, ne s’aventurent pas dans l’eau, surtout qu’il faut porter un bonnet. Elles vont simplement à la douche, se passe de l’eau sur le corps en faisant extrêmement attention à ne pas mouiller leurs cheveux. Brushing oblige…

Mais quand les garçons sont touchés par la chaleur, ils se mettent à deux, attrape une de ces minettes, qu’ils connaissent bien sûr, et alors, soit elle atterrit dans le bassin, soit sous la douche toute entière. Merci à eux de nous faire entendre ces cris de filles, stridents comme comme si elles étaient plongées dans de l’eau à moins 10 degrés.

Et puis, il y a les rendez-vous cabines. Quand un mec repère une fille, il envoie son pote ou une amie (si elle est sympa) dire à la jeune fille qu’il aimerait parler avec elle. Si elle est d’accord, elle le rejoint au fond des cabines des vestiaires. Et là, à l’abri des regards jaloux et curieux des jeunes, ils peuvent discuter et plus si affinités. Les filles ne se gênent pas non plus pour envoyer leur copine ou carrément se déplacer elles-mêmes et dire « t’es mignon toi, t’as quel âge ? » avec le chewing-gum bien en évidence. Mon petit frère en a souvent fait les frais. Il me demandait de dire que j’étais sa petite amie car il a la sienne et en est fou amoureux (il me tuerait s’il lisait ça…). Manque de pot, les ragoteuses (celles qui passent leur temps à piailler sur la vie des autres) disaient à haute voix : « Pourquoi tu mens c’est ta sœur ! » J’ai voulu en balancer des gifles…

Mais bon, ce n’est qu’une ambiance estivale. Après c’est école et boulot. On se recroise dehors, on s’ignore et puis l’année suivante, sur cette même pelouse, on se fait la bise comme si on se connaissait depuis toujours et rebelote, brushing, cris, chichas et compagnie. Bonne baignade et attention à ne pas rester trop longtemps dans l’eau, mesdemoiselles, votre verni risquerait de s’écailler…

Inès El Laboudy

Précédent article consacré à la piscine de Bobigny : Sous-les-pavés-la-piscine

Inès El Laboudy

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Samia Saadani, co-créatrice de « Hrach is beautiful » : « Le cheveu naturel, c’est l’émancipation ! »

    Chez les familles maghrébines, avoir les cheveux bouclés, frisés, crépus est souvent dévalorisé au profit du cheveu lisse. "Hrach is beautiful" ("le cheveu crépu est beau") ambitionne de revaloriser les cheveux naturels nord-africains. Le mouvement s'est lancé ce mardi 10 avril dans le 19e arrondissement de Paris. Rencontre avec la co-créatrice du mouvement, Samia Saadani

    par Sonia Salhi
    le 12/04/2018
  • À Bobigny, l’enfer des habitants de deux tours privées d’ascenseurs

    Deux immeubles, l'un de neuf étages, l'autre de dix, sont privés d'ascenseurs depuis six semaines pour l'un, trois mois pour l'autre. Les locataires n'en peuvent plus. Parmi eux, plusieurs malades dont certains en fauteuil roulant qui ne peuvent sortir de chez eux. Comme Maguy, 55 ans, emprisonnée chez elle depuis trois mois. Ils pointent la responsabilité de leur bailleur, France Habitation. Reportage

    par Ferial Latreche
    le 09/04/2018
  • À Montreuil, portraits de deux parents d’élèves engagés et jugés pour violences sur un policier

    A.V. et B.B. sont les deux parents d’élèves jugés pour violences sur un policier. Interpellés le 27 septembre dernier, ils manifestaient pour la fermeture de l’usine Snem dans le quartier des Buttes à Morel à Montreuil (93) qu'ils jugent toxique. B.B. risque 4 mois de prison avec sursis. La décision est attendue ce mardi 3 avril. Portraits croisés.

    par Amanda Jacquel
    le 03/04/2018