Les faits sont les suivants : le 24 avril 2010 à 16 h45, Monsieur X est victime d’un vol dans le RER B. Les détrousseurs utilisent un stratagème élaboré : l’un d’entre eux fait tomber des pièces de monnaie près du pied de la victime. Pendant que celle-ci se baisse pour les ramasser, un deuxième complice dérobe son sac-à-dos et s’enfuit. Monsieur X comprend ce qui vient de se passer, il suit alors à la trace l’individu qui a fait tomber les pièces. Ce dernier est bientôt interpellé par les agents de la gare. Ceux-ci lui présentent une pièce d’identité sur laquelle figure le complice de l’homme aux piécettes. Monsieur X reconnaît immédiatement Rachid, son voleur.

Le 25 avril 2010, une autre affaire, où les détrousseurs utilisent le même procédé, a lieu sur la même ligne du RER. Cette fois, le butin est beaucoup plus important. Dans le sac dérobé, il y a  un appareil photo, un ordinateur portable et une somme de 3500 euros. Des vidéos de surveillance sont  présentées à un fonctionnaire de police qui reconnaît Rachid, il l’avait auparavant interpellé pour des faits similaires. Toutefois, une photo moins flagrante sème le doute sur son implication.

Dans le box des accusés, sur les faits du 24 avril, Rachid ne conteste aucunement sa participation. En revanche, s’agissant des de ceux qui se sont déroulés le lendemain, il nie catégoriquement toute complicité ou  implication : « L’agent de police s’est trompé et puis d’ailleurs j’en ai marre c’est toujours le même service qui m’accuse. » La culpabilité de Rachid dans cette deuxième affaire est donc difficile à prouver dans la mesure où la photo est manifestement brouillée. On y aperçoit seulement un homme en train de descendre l’escalator. La présidente du tribunal : « La photo n’est pas géniale car finalement on ne voit pas très bien. »

Le « CV » de Rachid est présenté à l’audience. Seize condamnations sont inscrites sur son casier judiciaire. De 1994 à 2010,  il s’agit toujours du même délit  mais à des degrés différents : vol en réunion, recèle, vol aggravé avec circonstances aggravantes, vol aggravé avec destruction et aggravation.

Sur les faits du 25 avril, le procureur est troublé dans la mesure où le mode opératoire est similaire : « On fait diversion avec un complice en jetant des pièces de monnaie et on soustrait le sac. Cependant, il faut admettre que les photos ne sont pas flagrantes. Ceci dit, dans la vidéo, le fonctionnaire de police reconnaît Monsieur de par sa corpulence. » Cela ne constitue pas une preuve suffisante de la culpabilité de Rachid.

Ainsi le tribunal prononce la relaxe pour les faits du 25 avril mais le condamne à une peine de cinq mois d’emprisonnement pour ceux du 24. Rachid doit également payer la somme de 600 euros à la victime.

Mimissa Barberis

Soutenez le Bondy Blog

Pour continuer à faire son travail éditorial et développer ses contenus, le Bondy Blog a besoin de vous. Soutenez-nous en participant à notre campagne de financement.

Articles liés

  • Samia Saadani, co-créatrice de « Hrach is beautiful » : « Le cheveu naturel, c’est l’émancipation ! »

    Chez les familles maghrébines, avoir les cheveux bouclés, frisés, crépus est souvent dévalorisé au profit du cheveu lisse. "Hrach is beautiful" ("le cheveu crépu est beau") ambitionne de revaloriser les cheveux naturels nord-africains. Le mouvement s'est lancé ce mardi 10 avril dans le 19e arrondissement de Paris. Rencontre avec la co-créatrice du mouvement, Samia Saadani

    par Sonia Salhi
    le 12/04/2018
  • À Bobigny, l’enfer des habitants de deux tours privées d’ascenseurs

    Deux immeubles, l'un de neuf étages, l'autre de dix, sont privés d'ascenseurs depuis six semaines pour l'un, trois mois pour l'autre. Les locataires n'en peuvent plus. Parmi eux, plusieurs malades dont certains en fauteuil roulant qui ne peuvent sortir de chez eux. Comme Maguy, 55 ans, emprisonnée chez elle depuis trois mois. Ils pointent la responsabilité de leur bailleur, France Habitation. Reportage

    par Ferial Latreche
    le 09/04/2018
  • À Montreuil, portraits de deux parents d’élèves engagés et jugés pour violences sur un policier

    A.V. et B.B. sont les deux parents d’élèves jugés pour violences sur un policier. Interpellés le 27 septembre dernier, ils manifestaient pour la fermeture de l’usine Snem dans le quartier des Buttes à Morel à Montreuil (93) qu'ils jugent toxique. B.B. risque 4 mois de prison avec sursis. La décision est attendue ce mardi 3 avril. Portraits croisés.

    par Amanda Jacquel
    le 03/04/2018