« Marwa Loud chez O’Tacos Rosny 2 ». Le visuel était criard, partagé massivement sur Snapchat et autres réseaux. D’abord, nous n’avons pas trop su quoi faire ni penser de cette information. Nous avons ensuite croisé et vérifié nos sources, en bons journalistes qui se respectent. Jusqu’à obtenir confirmation de l’artiste en personne, Marwa Loud, qui l’a partagée à son tour en story avec ce commentaire : « Samedi c’est à Rosny 2 qu’on as rdv » (avec un “s” parce que… pourquoi pas après tout ?).

Au Bondy Blog, nous aimons le terrain et les challenges alors nous avons décidé de nous joindre à ce rendez-vous. D’autant que Rosny 2 est le centre commercial le plus proche de Bondy (petite économie en frais de déplacement, on ne dit pas non). 100 000 m² pour près de 150 boutiques et restaurants. Parmi eux, il y a effectivement un O’Tacos. Pour les moins gourmands (on n’ose pas dire gourmets) d’entre vous, il s’agit d’une chaîne de fast-food spécialisée dans « le tacos français ». La french touch fait toute la différence.

Autant le dire franchement, on est loin des pubs Old el paso et du véritable tacos mexicain. Il s’agit plutôt d’un grec 2.0. Le client choisit la taille de son sandwich : M, L, XL ou XXL. Puis il choisit les viandes qu’il souhaite y mélanger. Et là, le mélange peut s’avérer aussi improbable que cet article : poulet, viande hachée, nuggets, cordon bleu, merguez, tenders… Le royaume des possibles. Sans oublier une bonne louche de sauce fromagère et les frites, à l’intérieur. Mention spéciale au Giga Tacos (XXL), qui fait la taille d’un plateau et mélange quatre viandes différentes. Il coûte 14 euros mais, si le téméraire parvient à le finir, c’est la maison qui offre. La classe.

J’espère que c’est Beyoncé que vous attendez comme ça

Marwa Loud, quant à elle, est une chanteuse française. Wikipédia la place dans la catégorie « pop urbaine et RnB ». Elle a 22 ans, a grandi à Strasbourg et a percé avec des titres comme Fallait pas, Temps perdu ou encore Mi Corazón, grâce auxquels elle a été nommée aux NRJ Music Awards 2018 dans la catégorie « Révélation francophone de l’année ». Un prix qui a finalement été remporté par Aya Nakamura (si vous ne la connaissez pas non plus, là, on ne peut plus rien pour vous).

Le rendez-vous improbable entre Marwa Loud et le O’Tacos est donc donné samedi 19 janvier à 16h. Comme tous les samedis depuis la création de Rosny 2 au début des années 70 (note de la rédaction en chef : information non vérifiée), le centre est plein à craquer et il faut prévoir quatre jours et demi pour se garer. Comme tous les samedis, on y croise des parents au niveau de Carrefour et de la parapharmacie. Et, comme tous les samedis, les plus jeunes sont côté Zara et Footlocker. N’importe quel ado du coin a déjà passé un samedi après-midi ici. Il y fait bien chaud l’hiver et très frais l’été.

Devant le O’Tacos, ce samedi-là, plusieurs centaines de personnes attendent Marwa Loud. Des ados, beaucoup. Mais aussi des enfants avec leurs parents, des gens curieux qui passent par là. Un sexagénaire, visiblement inquiet : « Il se passe quoi, c’est quoi ce bordel ? ». Une jeune fille lui répond : « On attend une chanteuse. » Punchline de conclusion : « Ah bon ? Bah j’espère que c’est au moins Beyoncé ! »

Pas tout à fait, monsieur, mais ça y ressemble. Imène et Mariama sont là depuis deux heures. « On s’est dit que pour avoir de bonnes places, il fallait venir plus tôt alors on a mangé au McDo et on est venu direct ». Quand on leur demande pourquoi elles n’ont pas plutôt opté pour un tacos, les deux adolescentes nous expliquent qu’elles n’avaient « pas assez faim pour s’aventurer là-dedans ». L’argument se tient.

Attente et faux espoirs

Le hasard veut que le O’Tacos de Rosny 2 soit voisin d’une boutique Swarovski. Autant dire que la clientèle du restaurant n’est pas la même que celle de la bijouterie. Les vendeuses se disent « impressionnées » par la foule. Certains profitent de l’attente pour faire un tour dans la boutique. Un jeune homme en ressort bredouille : « C’est pas mal mais les prix… T’imagines combien de tacos je peux acheter pour un collier ? »

Il est 16h30 et Marwa Loud n’est pas encore là. “Eh ouais le temps passe”, comme elle le chante dans le mémorable Billet. Alors, dans la foule, les gens se plaignent de cette attente qui paraît interminable. Quelques ados simulent son arrivée. « Elle est là ! » La tension et l’excitation montent d’un cran, tout le monde crie et saute, et finalement… rien. Les fans se disent agacés de ces « gamineries » . Les gamins en question, eux, s’en amusent franchement.

Il est 16h40, elle n’est toujours pas arrivée. On discute donc avec Anissa, 14 ans : « Une copine a mis dans sa story le visuel de l’événement et a demandé “qui y va ?”, c’est comme ça que j’ai su. J’ai d’abord été faire mes devoirs à la bibliothèque et je suis venue après, mais j’aurais pu finir mon DM de maths en fait, parce qu’elle est graaaave en retard là ». Anissa insiste pour qu’on note bien qu’elle n’est pas fan de l’artiste. « Je connais parce que tout le monde écoute et que ça passe partout mais je ne suis pas une groupie, hein. En vrai, Marwa Loud, c’est pas une star de ouf, assène la Bondynoise. On est beaucoup à être là simplement parce que c’est cool d’être tous ensemble. » C’est beau, comme message.

Andréa vient de Noisy-le-sec, pas loin. Elle entend notre conversation et s’y glisse : « Moi aussi je ne suis pas une de ses fans, à part “Mi corazón” je ne connais pas trop ses chansons. A la base, avec mes copines on ne savait même pas qu’elle venait, on voulait juste prendre un tacos mais on ne peut pas du coup parce l’accès est bouclé, on a super faim. »

Echauffourées, lancer de cannette et baisser de rideau

Plus le temps passe, plus la foule s’agrandit. En plus des ados, il y a aussi beaucoup de parents qui accompagnent leurs enfants, des petits qui semblent avoir entre 5 et 10 ans, fans de Marwa Loud visiblement. Salima est la maman d’Inaya, 9 ans : « Ma fille l’écoute tout le temps et à force je connais un peu aussi, dès qu’on monte dans la voiture c’est ce qu’on est tous obligé d’écouter. Donc pour lui faire plaisir je l’ai accompagnée ici ». Salima a aussi amené le petit frère d’Inaya. La maman prévient sa fille : « Si elle n’est pas là dans les 10 minutes, Inaya, on s’en va. Il fait trop chaud, c’est un coup à faire un malaise ».

Et puis, vers 17 heures, le soulagement. Marwa Loud finit par arriver. Tout le monde sort son téléphone pour filmer. On ne peut s’empêcher de penser à une de ses citations, dans l’ouvrage Temps perdu : « J’suis toute petite mais j’ai cassé toute les portes ». Quand on fait un mètre les bras levés et qu’on a attendu tout ce temps pour finalement ne rien voir, il est vrai qu’on a presque l’impression d’avoir perdu son temps.

On ne voit donc rien, si ce n’est les images sur les écrans des téléphones des uns et des autres. La chanteuse prend quelques photos avec des enfants en priorité. Les gens poussent pour accéder aux premiers rangs. Tout le monde s’énerve, particulièrement les vigiles. La plupart des parents prennent leurs enfants et s’en vont. Premier mouvement de foule et tensions entre une partie de la foule et le service de sécurité. Marwa Loud disparaît. Certains lancent des rumeurs. « Askip, elle est cachée dans la cuisine, elle tape un tacos ». La foule se disperse.

Nous pensions être là pour un reportage léger, nous voilà dans une ambiance gilets jaunes, samedi oblige. La situation se calme, tout le monde revient, Marwa aussi. Elle prend de nouveaux quelques photos devant le photocall dédié. Cela dure quelques minutes, avant que son service de sécurité ne l’exfiltre de nouveau. Elle aurait été la cible d’un lancer de canette, un Sprite (sa mère ?) ou un Coca Zéro, nous n’avons pas le fin mot de l’histoire mais il s’agirait d’une canette de soda, nous ne sommes pas dans un fast-food pour rien.

Les Dom Juan du tieks n’ont pas fait chou blanc

Marwa Loud ne reviendra pas cette fois, elle est partie définitivement. Les employés du restaurant et les vigiles du centre commercial demandent à la foule de partir et refusent de répondre à nos questions. Les fans sont déçus. On retrouve Imène et Mariama, un peu résignées : « Bon, ça aura mis de l’ambiance dans notre après-midi mais les gens sont teubés, normalement on est tous là pour passer un bon moment, prendre quelques snaps et fin. Mais les haters sont partout, là c’est des mecs qui ont tout foutu en l’air. On sait qu’ils n’écoutent pas forcément Marwa Loud en plus, ça fout le seum. »

C’est vrai qu’il n’y a pas que des filles au milieu de cette foule. Salim est là, tout seul, avec son téléphone. Il fait un InstaLive, une diffusion en direct sur Instagram : « Je passais dans le coin et j’ai vu ça, c’est golri, qu’est-ce qu’elle fait là sérieux ? » Lorsqu’on lui demande pourquoi il partage ça en direct sur son compte Instagram, le jeune homme répond un peu sur la défensive. « Et toi, pourquoi tu es là ? Pour en parler à tes potes ? Ah pour un article ? Bah voilà, c’est pareil moi aussi je partage de l’info ». Dont acte.

On discute aussi avec un groupe de collégiens âgés de 13 à 15 ans. On leur demande, à eux aussi, ce qu’ils font là. La réponse fuse : « On répond à condition que tu ne mettes pas notre nom ou notre photo, flemme que nos daronnes tombent sur l’article… Et on a notre réputation à tenir, aussi ». Marché conclu, street cred oblige. Du coup, les langues se délient. « Nous on est clairement là par stratégie, on veut rencontrer des meufs. Quand on a vu l’événement sur Snap, on s’est dit que c’était parfait pour trouver la femme de notre vie. » Et du coup, ça a fonctionné ? « Ouais, en vrai, lui là il a récupéré un numéro de téléphone, lui un Snap. Pas mal, pas mal mais il y en a plein qui sont venus avec leurs mamans et nous on est timide face aux mamans, t’as capté ? ». Oui, oui on a bien capté.

Nous étions aussi venus pour obtenir une dédicace pour le Bondy Blog. Le plan a clairement échoué. Bien que cette rencontre ne se soit pas passée tout à fait comme prévu, les personnes que nous avons rencontrées en gardent tout de même un bon souvenir. « Ça a animé la journée et puis finalement tout le monde va bien », relativise Anissa.

Marwa Loud, elle, n’a pas partagé cette rencontre sur ses réseaux. « A mon avis, elle va faire une story hyper vénère sur le retour », spécule une fan. Et finalement, pas du tout, elle s’est snappée tout de suite après en train de chanter dans sa voiture. Tout est bien qui finit bien. Bref, c’était Marwa Loud au O’Tacos de Rosny 2.

De notre envoyée spéciale à Rosny 2, Sarah ICHOU

Articles liés

  • Exit l’euro, place à la pêche ? A Montreuil, une monnaie locale tente de faire son trou

    Elle a le même format qu'un billet de cinq euros et on peut s'en servir pour faire ses courses dans un établissement labellisé. Lancée à Montreuil en juin 2014, la pêche, monnaie locale complémentaire, s'est exportée dans les commerces de proximité franciliens. Pour s'en procurer, il suffit de se rendre dans l'un des seize comptoirs d'échange installés dans certaines villes de Seine-Saint-Denis (Montreuil, Bagnolet, Le Pré-Saint-Gervais), du Val-de-Marne (Saint-Maur-des-Fossés et Alfortville) et quelques arrondissements de Paris. Reportage.

    Par Fleury Vuadiambo
    Le 19/04/2019
  • Après le « cassage de Roms » à Clichy, quatre jeunes hommes embarrassés devant la justice

    Quatre jeunes hommes, âgés de 18 et 22 ans, étaient jugés ce mercredi à Bobigny pour leur participation au lynchage de Roms à Clichy-sous-Bois, le 25 mars dernier. Lancée sur les réseaux sociaux, cette expédition punitive était présentée comme une vengeance aux prétendus enlèvements d'enfants par des membres de la communauté rom. Si un des jeunes a été relaxé, trois autres ont été condamnés, dont deux à de la prison ferme. Récit.

    Par Eugénie Costa
    Le 18/04/2019
  • Notre-Dame : « Une partie d’elle s’en va, en emportant nos souvenirs »

    Un violent incendie a frappé Notre-Dame de Paris, ce lundi 15 avril, détruisant la quasi-totalité de la toiture ainsi que la flèche de la cathédrale. Ce drame a touché bien au-delà de la communauté catholique ; c'est un emblème de la capitale qui a été ravagé, un joyau de l'architecture française, aussi. Quatre membres de la rédaction du BB racontent « leur » Notre-Dame et mettent des mots sur ce qu'elles ont ressenti hier.