BB : Quand vous voyez les discours de haine relayés par certains médias, vous ne vous dites pas que ces derniers participent activement à la montée de l’islamophobie en France ?

Mira Kamdar : Les médias privilégient et diffusent des discours de haine et censurent la parole des musulmans. Sur le foulard par exemple, c’est quand même assez incroyable qu’on puisse avoir un débat passionné avec des prises de position extrémistes sans qu’aucune femme voilée ne soit invitée à parler ! Si plus de femmes portant le foulard étaient à la télévision, on se rendrait compte qu’elles ne sont pas toutes des pauvres opprimées et qu’il y en a qui sont extrêmement intelligentes et compétentes. En France, on ne sait pas qu’il existe un féminisme musulman réfléchi, pensé, publié, même dans la presse universitaire !

Aux Etats-Unis, Ilhan Omar est la cible de haine et de racisme mais elle a été élue. Une immigrée somalienne, noire, musulmane et qui porte le foulard. Et elle vous emmerde ! (rires) Inimaginable en France. J’aimerais voir le jour où une immigrée, noire, musulmane et portant le foulard sera élue ici.

Un journaliste a même comparé le foulard à un uniforme nazi…

BB : Je suppose que vous ne mettez pas tous les médias dans le même panier…

Est-ce que Fox News et Valeurs Actuelles vont changer ? Non. Car le sensationnalisme, ça vend. Mais il est très important d’avoir d’autres médias qui disent « Eh oh ! Là ça ne passe pas, là c’est mensonger, fake news ! » Avoir un média comme le Bondy Blog qui a été fondé en 2005 après cette déchirure de la société française suite aux morts de Zyed et Bouna, c’est essentiel pour donner la possibilité de s’exprimer aux jeunes des quartiers. Il n’y a pas 10 000 lieux où ces voix peuvent trouver un organe d’expression. Bien évidemment, les grands journaux comme Le Monde et Libération ne sont pas  des médias sensationnalistes.

BB : En parlant de sensationnalisme, vous ne pensez pas que l’on a perdu la bataille culturelle médiatique comme aux Etats-Unis où des médias comme Fox News se sont imposés ?

Il n’y a pas d’équivalent de Fox News en France. Steve Bannon essaye d’influencer sur la politique en Europe, les Russes ont Russia Today… C’est un peu préoccupant. Mais les journalistes du Monde ou de Libération ont une volonté de bien faire leur travail et de ne pas faire de la propagande. La France n’est pas du tout sous l’emprise d’un Fox News, mais il faut se méfier ! Quand on voit qu’Eric Zemmour est toujours invité sur les plateaux malgré sa condamnation… Quelqu’un qui tiendrait des propos de la même virulence qu’Eric Zemmour contre les juifs serait immédiatement exclu.

BB : Faut-il lui donner la contradiction ou refuser le débat selon vous ?

Il faut contrer les discours de haine. Il faut être visible et parler. Une des personnes que j’admire le plus et qui est l’objet d’une haine parce qu’elle ne fléchit pas, c’est Rokhaya Diallo. C’est  qui donnent la contradiction, même si on a quand même vu une jeune femme en foulard sur un plateau. Pour moi, Rokhaya Diallo est la féministe la plus importante en France en ce moment. Je l’admire. Elle est incroyable. Je trouve son message extrêmement positif. Dans son livre Ne reste pas à ta place, elle dit aux jeunes des quartiers que le premier obstacle à franchir est l’internalisation des limites que la société voudrait leur imposer. Elle leur dit : « Vous pouvez ! Refusez ! Essayez ! Osez ! »

BB : Rokhaya Diallo est éditorialiste. Certains disent que l’on entend trop les éditorialistes et pas assez les journalistes… 

Il faut les faits. Le rôle primordial du journalisme, c’est d’informer. Il faut des faits. Maintenant je ne pense pas que Rokhaya Diallo mente. Il y a quand même un bien fondé à son militantisme. Mais il est vrai que le sensationnalisme a une trop grande place dans les médias actuellement.

Il est précieux de vivre dans un pays où la liberté de ne pas croire est protégée

BB : Comme Rokhaya Diallo, vous avez été éditorialiste. Vous avez notamment écrit sur les banlieues ou sur le burkini. Ce sont vos identités culturelles multiples qui vous ont rendue sensible à ces sujets ?

J’ai grandi aux Etats-Unis où la liberté confessionnelle est vraiment la raison d’être du pays et où il y a une tolérance infiniment plus grande pour toute sorte de sectes et religions obscures. En France, tout est très réglementé… Ce projet de créer un islam de France, je trouve ça complètement délirant de mon point de vue d’Américaine. Concernant le foulard, on a l’impression qu’on ne peut être musulman en France que si le fait qu’on l’est reste totalement invisible. Il y a, et c’est très paradoxal, une sacralisation des espaces laïcs comme l’école ou l’hémicycle d’un conseil régional…

Interdire à des mères d’accompagner leurs enfants en sorties scolaires parce qu’elles ont la tête couverte, à quoi ça sert ? Est-ce que cela va leur donner davantage l’impression qu’elles sont acceptées comme Françaises ? Je ne pense pas ! Il y a une façon extrêmement lourde, française et étatique d’inculquer à tout prix la laïcité et les valeurs de la République dans les quartiers. Mais le but officiel, formel, et j’espère réel de la laïcité est de faire que les musulmans en France se sentent français. C’est avec une énorme tristesse que j’ai vu les réactions haineuses à la marche du 10 novembre contre l’islamophobie. Putain, qu’est-ce qu’on peut demander de plus aux gens que de chanter la Marseillaise ?

Propos recueillis par Christophe HOSEBIAN-VARTANIAN

Articles liés

  • Clichy-sous-Bois dans la peau : dans les yeux de Kwamé

    Il faisait partie du groupe de jeunes garçons qui a couru en voyant la police le soir de la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré. 15 ans après le drame qui l'a marqué lui, les habitant· e· s de la a ville de Clichy-sous-Bois, et celles et ceux des quartiers populaires qui ont réagi par ce que l’on a appelé les “révoltes urbaines”, il prend la parole pour nous raconter comment il s'est reconstruit. Et comment sa ville de Clichy-sous-Bois a évolué. Portrait.

    Par Anissa Rami
    Le 27/10/2020
  • Après l’effroi de Conflans, le désarroi des profs devenus derniers remparts républicains

    Où en sont les profs après la terrible attaque mortelle de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie au collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) ? Alors que le ministre de l'éducation nationale a annoncé son intention de "protéger" les enseignant·e·s, certain·e·s restent mitigé·e·s face à la nouvelle prise de conscience collective de la sphère politique et médiatique, sur l'importance du métier.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 20/10/2020
  • À Épinay-sur-Seine, un lycée au milieu des gravats et sans savon en plein Covid-19

    Le lycée Jacques Feyder à Épinay-Sur-Seine, en travaux depuis trois ans, est toujours en chantier. Et avec l’épidémie, les conditions sanitaires se détériorent. C’est ce que dénonce l’ensemble du personnel réuni jeudi 15 octobre 2020 devant les portes de l’établissement. Alors que de nouvelles mesures sanitaires viennent d’être annoncées par le Président E. Macron, les enseignants et l’infirmière de l’établissement réclament de meilleures conditions de travail. Reportage.

    Par Chahira Bakhtaoui
    Le 16/10/2020