« Injustice ». Redouane Ikil ne cache pas son incompréhension et sa colère. La commission consultative paritaire de La Poste a rendu son avis : « licenciement pour causes réelles et sérieuses ».

Il y a quelques semaines, nous vous racontions son histoire sur Le Bondy Blog. Accusé d’avoir commandité deux braquages dans des agences postales sur Toulouse en 2012 et 2013, Redouane Ikil, alors directeur de l’agence du Mirail, a été arrêté en 2014 et fait 38 mois de détention préventive. Le 30 juin dernier, il a été acquitté en première instance par la Cour d’assises de Haute-Garonne. Il y aura un procès en appel.

« C’est juste hallucinant ce qui se passe !« 

Cet acquittement ne suffit pas à retrouver sa situation professionnelle au sein de La Poste, où Redouane Ikil a gravi les échelons depuis 25 ans, au vue de l’avis favorable au licenciement rendu par la commission de discipline. Joint par téléphone, le service de presse de La Poste indique que la commission consultative paritaire – autre nom pour le conseil de discipline dans le jargon de l’entreprise publique, composé de « deux organisations syndicales et de deux membres de la direction » – n’a émis qu’un avis « consultatif » et que la décision viendra de la direction, qui, elle peut prendre une décision tout à fait différente voire contraire. Elle a entre deux jours et un mois pour trancher.

« Je subis une triple peine. J’ai perdu mon travail, je perds ma maison, et j’ai fait 38 mois de prison pour rien. C’est juste hallucinant ce qui se passe ! » clame Redouane Ikil, profondément accablé par cette position qu’il considère comme injuste. Il lui est reproché par le conseil de discipline de ne pas avoir dénoncé l’agression qu’il avait subie en 2013. Pour rappel, son empreinte avait été retrouvée sur un plan chez un des braqueurs identifiés. Pour sa défense, l’intéressé dit avoir dessiné le plan sous la contrainte. « À ce titre-là, ils devraient me soutenir et en mettre en place un soutien psychologique parce que la justice a reconnu que j’avais été victime d’une agression », souligne-t-il.

Si la direction suit l’avis de licenciement, il y aura une procédure aux prud’hommes, a prévenu l’avocat du Palois de 45 ans. Redouane Ikil n’entend pas être vaincu. « J’attaquerai aux prud’hommes et les syndicats vont communiquer au niveau national et très certainement, il y aura des manifestations, voire des grèves devant des bureaux de poste pour dénoncer ça« , envisage-t-il, déterminé à vouloir retrouver sa situation à La Poste, quitte à changer de région. Le soutien syndical est principalement porté par SUD-PTT 64, qui a lancé une pétition en ligne à destination de la direction de La Poste, demandant « justice pour Redouane Ikil ».

L’ancien directeur d’agence espère ne pas avoir à en arriver là car il ne souhaite pas entrer en conflit ouvert avec son employeur. « J’espère qu’ils vont revenir à la raison, revenir vers une décision qui soit beaucoup plus sage et qui soit acceptable », conclut-il. La Poste précise qu’en attendant cette décision, Rédouane Ikil est mis à pied à titre conservatoire avec le maintien de sa rémunération.

Jonathan BAUDOIN

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021