Pour appeler les responsables politiques à faire le serment d’accueillir les migrants, cette déclaration a été lue, le 25 octobre lors de la soirée de Solidarité au Centquatre à Paris, par les médias suivants : Politis, Mediapart, Regards, Bastamag, L’Humanité, Alternatives économiques, le Bondy Blog, Là-bas si j’y suis, La Marseillaise, Siné Mensuel et Le Courrier des Balkans.

Le Serment du Centquatre

Considérant que l’humanité n’est pas assignée à résidence et qu’il n’y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil ;

Considérant que toute concession aux idéologies de rejet des étrangers et aux politiques de préférence nationale nourrit les peurs et fait le lit de la haine, au lieu de faire reculer les ombres qui menacent ;

Considérant que, de même qu’hier, un peuple qui en opprimait un autre ne pouvait être libre, aujourd’hui un peuple ne sachant pas être au rendez-vous des solidarités avec l’humanité ne saura plus les défendre pour lui-même ;

Considérant que toute dérobade au devoir d’hospitalité ouvre la voie à la remise en cause de l’égalité des droits, fondement premier d’une politique démocratique, au plus grand bénéfice de l’autoritarisme et du fascisme qui grandissent.

Les médias initiateurs du Manifeste « Pour l’accueil des migrants » demandent aux élus locaux, nationaux et européens, à tous les responsables politiques qui entendent solliciter les soutiens et les suffrages des citoyennes et citoyens pour pouvoir agir et gouverner, de faire le serment d’accueillir les migrants.

C’est-à-dire :

Le serment de s’engager à respecter les droits fondamentaux de tout être humain à quitter tout pays, y compris le sien, à y revenir et à circuler librement à l’intérieur d’un État, tels qu’ils sont énoncés par l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Le serment de promouvoir un accueil digne de tous les nouveaux arrivants, de leur assurer les droits civils, sociaux et politiques qui leur sont dus, avec des dispositifs publics assurant la prise en charge des personnes les plus vulnérables et l’information complète de tous les migrants sur leurs droits.

Le serment de garantir le respect effectif du droit d’asile des personnes menacées de persécution, avec l’élargissement des critères ouvrant droit au statut de réfugiés afin de prendre en compte les causes variées de l’exil forcé.

Le serment de refuser toute discrimination liée à l’origine, à la culture, à l’apparence ou à la croyance, tout comme au sexe et au genre.

Le serment de faire en sorte que le pays où furent proclamés sans frontières les Droits de l’homme et du citoyen ne soit pas celui de sa seule déclaration, mais celui qui leur donne vie et réalité, par une politique volontaire et exemplaire.

Paris, le 25 octobre 2018

Pour signer le Manifeste pour l’accueil des migrants sur change.org, c’est ici. Une prochaine réunion publique #pourlaccueildesmigrants est prévue début 2019.

La vidéo de rattrapage de la soirée du 25 octobre sera diffusée par Mediapart mercredi 31 octobre 2018

Articles liés

  • « La mort de Mamoudou Barry est la chute tragique d’une négrophobie assumée »

    Vendredi 19 juillet, l'universitaire guinéen Mamoudou Barry a été tué, à l'âge de 31 ans, sous les yeux de sa femme et sa fille. Son meurtrier présumé l'aurait insulté de « sale noir ». Pour Franco Lollia, porte-parole de la Brigade Anti Négrophobie, ce crime pose de multiples questions sur le racisme anti-noir que l'on veut invisibiliser ou passer sous silence, notamment lorsqu'il existe au sein d'autres communautés racisées. Tribune.

    Par Franco Lollia
    Le 23/07/2019
  • Pour en finir avec la déshumanisation des Rroms en France

    A l'occasion de la journée internationale des Rroms, le Bondy Blog ouvre ses colonnes à l'association La voix des Rroms. Par la voix de son président, William Bila, le collectif antiraciste né en 2005 s'indigne du sort réservé aux populations tsiganes dans la société française. Déshumanisation, traitement médiatique et politique, normalisation de l'antitsiganisme : les maux sont nombreux mais les solutions sont là, à portée de main. Tribune.

    Par William Bila
    Le 08/04/2019
  • Privé de parole face au président de la République, le maire de Stains dénonce une « mascarade »

    Avec trois autres maires du département, Azzédine Taibi avait déposé en décembre dernier un recours contre l’Etat au tribunal administratif pour « rupture d’égalité républicaine ». C’est de cela dont le maire (PCF) de Stains était venu parler, ce lundi, au président de la République lors du débat organisé à Evry-Courcouronnes avec 300 élus et acteurs des quartiers. Mais il n’a pas eu la parole. Le Bondy Blog a décidé de publier le verbatim de ce que l’édile aurait voulu dire à Emmanuel Macron.

    Par Ilyes Ramdani
    Le 05/02/2019