« Le défrisage c’est pas automatique »

AMBIANCE mardi 22 septembre 2015

Par Rouguyata Sall @rouguyata

Le Beffroi de Montrouge (92), début septembre. L’association Nappy de France a donné rendez-vous aux porteuses de cheveux crépus. Beauté naturelle, identité noire, peur des produits chimiques, des femmes nous expliquent les raisons d’être de leurs chevelures. 

Le parapluie s’impose pour arriver au salon où commerçants, blogueuses, femmes novices ou affirmées célèbrent ensemble le cheveu crépu. Au rendez-vous des femmes noires et métisses qui ont le cheveu non défrisé, on retrouve les Nappy girls. Ce terme viendrait de la contraction de natural et happy, vous diront les unes. Ou simplement de l’utilisation de l’adjectif crépu en anglais, défendront les autres membres de cette communauté qui assume et revendique un retour au cheveu naturel.

« Le peuple blanc a influencé le regard du peuple noir sur lui-même »

Sabrina est venue pour découvrir les nouveaux produits et rencontrer des personnes qui partagent son expérience. Loin de l’esprit nappex (ndlr : contraction de nappy et extrémiste), Sabrina n’a rien contre celles qui défrisent ou mettent des tissages. Mais pour elle, ces filles sont influencées par la suprématie blanche. « Le peuple blanc a influencé le regard du peuple noir sur lui-même. Le mouvement du retour au cheveu naturel est représentatif de la communauté afro. Et ce n’est pas un effet de mode, c’est l’esthétique qui va faire que le peuple noir va se réveiller ».

IMG_20150912_144108A l’entendre, on ne devine pas qu’elle a longtemps été une adepte du défrisage, alors qu’elle n’a jamais aimé « le plat du cheveu lisse ». Chaque soir, elle arrangeait ses cheveux autour de rouleaux. La douloureuse application du défrisant sur son cuir chevelu termine de la convaincre. Elle est venue avec Rosine, son amie qu’elle a convertie. Finie l’utilisation quotidienne du fer à lisser. « Je ne me rendais pas compte que je bousillais mes cheveux. J’ai commencé à réduire puis j’ai tout coupé il y a deux ans et demi ». Et depuis son big chop, le coup de ciseaux pour se débarrasser de la partie défrisée, Rosine a davantage confiance en elle.

Seul inconvénient : devoir constamment se justifier sur le port du cheveu naturel, « comme si ce n’était pas normal, comme si on était trop habitué aux blacks à cheveux lisses ». Ou trop habitués aux perruques qui imitent l’afro. C’est arrivé à Sabrina, dont la coiffure éveille les doutes. Mais c’est sûr, elle ne reviendra jamais en arrière. Et surtout pas à cause « du problème de perception de l’image du noir, qui dérange les codes établis ».

De nombreuses jeunes femmes se baladent de stand en stand, des bijoux ethniques aux ateliers foulards. En passant par les produits pour le domptage et le soin. Eh oui, le cheveu naturel demande de l’entretien. Alors elles testent les crèmes et les huiles. Et les ateliers coiffure. Parmi elles, Hanifa 23 ans et Oumna 20 ans. Les deux amies sont venues se renseigner sur les gammes de produits 100 % naturels. Elles n’ont jamais défrisé, car à Mayotte, leur département d’origine, « les gens gardent leurs cheveux naturels, c’est inné ». Elles ont tout de même dû adapter leurs soins au climat continental. En métropole, les gens les félicitent. Les plus curieux vont même jusqu’à toucher, un signe qui montre selon elles que les mentalités évoluent.

« La femme noire a le choix »

Même expérience du toucher capillaire pour Anicette, 27 ans, au naturel depuis 2012. Ses cheveux ne supportaient plus le défrisage et son porte-monnaie souffrait des nombreux tests de produits. Pendant six mois, elle passe en phase de transition : elle ne défrise plus, s’adapte à sa nouvelle tête et consulte mille et un blogs. Un beau jour, la coupe à la garçonne s’impose après le big chop. Shampoings, karité, masques et huiles passent par là, avant qu’elle n’adopte une routine simple : le soin hebdomadaire, s’attacher les cheveux avant d’aller au lit et ajouter de l’huile dans son après-shampoing. Concernant le mouvement nappy, Anicette n’a pas vraiment l’impression d’appartenir à un groupe ou une communauté. « On nous dit toutes nappy mais on ne le vit pas de la même manière et on ne l’a pas toutes fait pour la même raison ». Un seul inconvénient pour cette chimiste de formation : la configuration des casques de sécurité qui ne sont pas adaptés à l’afro !

La chimie est aussi au cœur de l’événement, avec la conférence de Samantha JB, présidente de l’association Nappy Party. « Pas chimiste ni coiffeuse, mais consommatrice et maman », elle veut sensibiliser les participantes sur les dangers des produits chimiques. Parce que « le défrisage c’est pas automatique », Samantha se lance dans les rappels de chimie sur le PH. Puis elle parle guanadine carbonate et sodium hydroxyde, les ingrédients corrosifs des produits à bannir. Des jeunes femmes photographient sa présentation pour s’adonner à la lecture des étiquettes. « La responsabilité est rejetée sur nous, pauvres consommateurs. Mais nous avons le pouvoir de changer notre manière de consommer ».

Crépues et défrisées écoutent attentivement, surtout quand Samantha mentionne l’impact des ingrédients sur la santé via les maladies liées aux perturbateurs endocriniens. Samantha diffuse de précieux conseils tout au long de son intervention. Dont celui-ci : « Il y a tellement d’options, tellement de coiffures, tellement de produits adaptés, la femme noire a le choix. Ce n’est pas une histoire de temps, car le temps, ça se prend ».

Rouguyata Sall

 

Les réactions des internautes

  1. vendredi 25 septembre 2015 10:38 El_Guinness

    @TARTENPION94 - Je n'ai aucune problème avec la couleur de peau, bien au contraire. C'est vous qui pleurnicher de ne pas voir de "diversité en termes d'origine "ethnique" et de couleur de peau". Le métissage est partout présent a la télé, Emission, Série Télé française, Film français. Vous n’êtes sans pas encore atteinte d’Alzheimer, je vous propose juste de relire votre commentaire légèrement plus bas. Je souhaite juste vous mettre face a vos contradiction. Et je vous l'ai déjà dis, ne venez pas me donner de leçon sur les valeur républicaine et humaine, vous êtes loin d’être un exemple la dessus.
    • vendredi 25 septembre 2015 16:34 Tartenpion94

      Pour vous "blanc" ne s'applique pas aux personnes d'origine berbère, arabe, turc, syrienne, palestinienne, libanaise, iranienne... donc ne s'applique pas au personne dites "musulmanes". Blanc ne s'applique qu'aux personnes de confession chrétienne, juive et athée... Pour vous les berbères et les arabes sont de quelle couleur.
      • vendredi 25 septembre 2015 18:08 El_Guinness

        @ TARTENPION94 - Citez moi un seul article, un seul passage ou j'ai pu écrire que la couleur "blanche" ne s'applique qu'au individu chrétienne, juive et athée!! Je vous laisse le week-end pour chercher .....
    • vendredi 25 septembre 2015 10:44 El_Guinness

      @TARTENPION94 - L'article au dessus est truffé des termes 'blanc' ou 'noir', l'auteur aurais lui aussi des problèmes avec la couleur de peau de ses semblables. L'auteur lui même catégorise (sans aucune connotation de racisme) les blancs et les noirs afin d'argumenter ses propos. Ne serez t'elle donc pas républicaine?
  2. jeudi 24 septembre 2015 20:51 Tartenpion94

    RE EL_GUINNESS Vous avez un problème avec " la couleur" notamment de peau, vous en faite une fixation pourquoi ? Quand on a intégré les valeurs de notre pays et les droits de l homme la couleur n'a pas d'importance sauf si cela vous sert à justifier l' injustifiable c'est a dire à catégoriser les êtres humains. Cette façon d'éthniciser les choses sont contraire à notre devise républicaine. Peut être n'êtes vous pas républicain ?
    • vendredi 25 septembre 2015 10:51 El_Guinness

      @TARTENPION94 - Et si il y a bien quelqu'un qui fait en permanence allusion a la couleur de peau c'est bien vous , en nous rabattant les oreilles avec vos personnes je vous cite : "Arabes, blanches, sémites et française depuis 1930". Je vous ai déjà demandé, pour ma culture générale, de me citez le noms de personnes connues qui sont "Arabes, blanches, sémites et française depuis 1930" car je n'en connais pas et souhaiterez apprendre quelque chose, je vous donne donc l’occasion ici d’apprendre a "indécrottable" à "la honte pour notre république" (je vous cite) que je suis de me coucher moins bête ce soir ......
      • vendredi 25 septembre 2015 17:14 Tartenpion94

        !re El guiness: Alors pour vous " blanc " ne s'applique pas aux personnes d'origine berbère, arabe, turc, syrienne, palestinienne, libanaise, iranienne... donc ne s'applique pas au personne dites "musulmanes". Donc pour vous "Blanc" ne s'applique qu'aux personnes de confession chrétienne, juive et athée...Alors, pouvez vous me dire de quelle couleur sont les berbères et les arabes... ???
        • vendredi 25 septembre 2015 18:08 El_Guinness

          Je ne ferais pas comme vous copier collé des mes reponses
  3. mardi 22 septembre 2015 14:38 eric de saint estève

    bonjour, "« Le peuple blanc a influencé le regard du peuple noir sur lui-même »", c'est marrant ça, pourquoi les crèmes blanchissantes pour la peau, malgré leur toxicité reconnue, continuent de faire fureur en Afrique et pas seulement sur les marchés Parisiens...depuis que les "colonies" sont terminées, le temps n'aurait t-il pas du faire son effet, et qu'au moins sur le continent originel, ce fameux peuple puisse s'affirmer en tant que tel, du moins, encore plus que celles qui sont influencées par les babtous, et qui vivent ici??? C'est zarbi l'histoire hein...enfin, la question se pose...
    • mardi 22 septembre 2015 17:53 Tartenpion94

      La question qui ce pose c'est pourquoi les médias, les publicités, les magazines... à travers le monde et notamment en France font la propagande des filles de type européen et anorexique excluant de faites tout les autres types de personnes. Le problème ce trouve dans cette façon qu'on les médias, les publicitaires... de catégoriser les individus comme au temps des colonies.
      • mardi 22 septembre 2015 18:16 eric de saint estève

        bonjour rose, ça je peux l'entendre, mais pourquoi sur le continent, qui est en majorité habité par des noirs (me semble t-il), ces fameuses crèmes blanchisseuses, font t-elles quand même fureur, puisque la logique voudrait qu'après s'être ré-approprié cette Africanité à la suite de la décolonisation, qui date une peu quand même, et donc faite de plusieurs générations depuis. Comment ce fait t-il que ce soit encore courant et pas complètement abandonné?...C'était ça le fond de ma question, si vous n'aviez pas saisi bien sur...Je fais dans ma question abstraction de celles qui vivent ici, justement pour éviter le biais que vous soulevez, qui pour moi n'est pas une obligation, mais qui peut logiquement se soutenir. C'est bon comme cela au niveau de l'interrogation, parce que je vais pas pouvoir faire plus clair sinon hein...
        • jeudi 24 septembre 2015 10:42 Tartenpion94

          Propos tiré d'un article de presse: "Marie-Cécile Naves sociologue, responsable des études à "Think Tank Différent" et vice-présidente de "Sport et citoyenneté » à propos du racisme dans la mode. " En pub, en presse, on nous demande peu ces filles ( black et maghrébines), alors, c’est vrai, on est plus difficile avec elles, car le marché est moins important. Les blondes à la peau claire sont plus universelles. Elles se vendent partout. Mais peut-être pourrait-on baisser les critères de sélection des filles de couleur et prendre plus de risques ? ». Autre article du New York Times qui revient sur une controverse qui a lieu depuis plus de 20 ans : le manque cruel de diversité chez les mannequins dans les défilés haute couture. On parle ici de diversité en termes d'origine "ethnique" et de couleur de peau. Etant entendu que le canon esthétique de la femme très jeune, très grande et très mince est un autre sujet - quoique... Cette polémique est occasionnellement réactivée mais il semble que rien ne change dans les faits, voire que l'on assiste aujourd'hui à un retour en arrière : pour le dire clairement, il n'y a que des "Blanches" dans les défilés durant les fashion weeks."En ce sens, dans la mode (à l'instar d'autres champs comme le champ politique), le multiculturalisme est mythifié, parce que circonscrit, cadré, contrôlé. Il est le fruit d'un discours construit. Il n'a rien à voir avec le pluralisme des populations, de leurs physionomies, goûts, croyances ou traditions, qui, lui, est une réalité bien tangible, y compris dans les pays occidentaux ! En de nombreux points, non, la mode n'est pas un monde à part : c'est un secteur économique dirigé majoritairement par des hommes blancs et structuré par un fonctionnement ancien qu'il ne leur vient pas à l'idée de changer - comme il est dit dans l'article du New York Times : "It's easier, we're used to it". C'est le problème des discriminations : "c'est comme ça", on y est tellement habitué qu'on ne voit pas le problème, par conséquent on ne lutte pas contre lui. Mais alors, pourquoi ne se passe-t-il rien lorsque l'uniformité "ethnique" des mannequins est dénoncée, y compris dans les magazines de référence (souvent très au fait de certaines réalités) ? Est-ce parce que la prise de conscience ne se fait toujours pas ? Est-ce que les structures et les habitudes sont trop coûteuses à modifier ? Ou bien encore est-ce qu'il y a un refus délibéré de toute évolution (et donc un racisme conscient) ?.... a lire le reste des articles sur...
          • jeudi 24 septembre 2015 13:31 El_Guinness

            @TARTENPION94 - Vous êtes indigné de voir que en France ou plus vague en Europe les mannequins lors de défilé sont en très grande majorité blanche. Mais il en vas de même a Dakar ou a Bamako ou lors de défilé de mode, les mannequins sont noirs. Je devrais donc m'indigner que les mannequins blanc ne soit pas présentent lors de défilé en Afrique???
          • jeudi 24 septembre 2015 11:05 eric de saint estève

            bonjour, Sur France 24 et leur journal de l'Afrique, ils montrent des défilés, où toutes les mannequins sont noires hein....ça ne résout pas la question des crèmes blanchissantes sur le continent originel et leur utilisation post colonialisme.....
        • mercredi 23 septembre 2015 00:16 Tartenpion94

          Samuel Lepastier, psychanalyste : « Nos critères de beauté idéale dépendent de nos schémas d’enfant. » Pourquoi la blondeur est-elle une valeur immuable ? Dans toutes les histoires que l’on nous a racontées enfant (particulièrement racistes d’ailleurs), la princesse était blonde au teint de porcelaine et la sorcière, brune ou rousse. Au XVIIIe siècle, la « blonde » était celle qui avait la peau claire, qui n’avait jamais été exposée aux travaux des champs. Elle était très recherchée car très rare… La blondeur est encore symbole de l’hyper féminité et aussi de l’enfance, de la pureté....." Voila la réponse à votre question
          • mercredi 23 septembre 2015 10:29 El_Guinness

            @RoseBonBOn - "La blondeur est encore symbole de l’hyper féminité et aussi de l’enfance, de la pureté" Vous voulez donc dire par cette phrase qu'il y aurais plus de célibataire brune ou rousse que de célibataire blonde? La blondeur étant vu par le mâle comme la femme "parfaite"? Seriez vous brune et célibataire pour tenir ce genre de propos, repoussant la faute sur les blondes? Je commence a croire que ce ne sont pas les valeurs de notre république qui vous anime mais plutôt la jalousie.... Il serais peut être temps de vous remettre en question et de ne pas voir dans votre vision des choses une vérité universelle.
          • mercredi 23 septembre 2015 08:04 eric de saint estève

            bonjour rose, C'est bizarre votre histoire, parce que petit, je regardais une série nommée "Zora la rousse", et il se trouve que je n'ai jamais considéré que les roux ou les rousses étaient des personnes différentes, et les actrices bancables du moment telles Popy Montgomery, Julian Moore, Karen Gillan, Audrey Fleurot, Jessica Chastain, Amy Adams, Christina Hendriks, Kate Walsh, Amanda Righetti....démontrent qu'elles n'occupent pas que des places de sorcières ou des rôles préétablis comme étant maléfiques....ça tient pas la route votre histoire.... https://fr.wikipedia.org/wiki/Zora_la_rousse_%28s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e%29 ........... C'est comme le lien entre jeux vidéos et violence, télévision et sexe, etc..etc...je veux bien que ça offre quelques lignes, de là à en décider la vie de ceux qui regardent, jouent, ou autres, il faut pas exagérer sur le conditionnement ou la réflexibilité Pavloviène, qui peut être remis en cause par chaque action que l'on effectue dans la vraie vie IRL aux contacts de nos contemporains.
        • mardi 22 septembre 2015 18:23 eric de saint estève

          re rose,................ http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/10670-Eclaircir-sa-peau-une-pratique-dangereuse-mais-repandue .........................
          • mardi 22 septembre 2015 18:39 eric de saint estève

            re, D'ailleurs la question se pose aussi pour le peuple ou l'ethnie, que vous portez en estime, et qui procède à l'opération du dé-bridage des yeux pour les rendre en amandes....
          • mardi 22 septembre 2015 18:36 eric de saint estève

            re rose, Par exemple, les pays du bloc de l'Est qui ont été occupés par les Russes de 1945 à 1989, ne veulent plus entendre parler des ni Russes, ni du Communisme....vous comprenez qu'il soit questionnable, que les peuples colonisés, n'est pas la même réaction envers ce qui se rapporte aux hommes blancs en général, et qui plus est à cette couleur de peau en particulier...non???