Derniers articles

  • Des enfants burkinabés placés en centre de rétention à 6 et 8 ans

    Entre le 9 et le 11 février, une famille burkinabé passe 48 heures au Centre de rétention administrative du Mesnil Amelot. Deux enfants, Aicha 8 ans et son frère Chaka 6 ans, accompagnés de leur mère Mariam, ont été enfermés deux jours. Après leur libération, l’émoi au sein de l’école demeure, face à une histoire loin d’être isolée.

    Par Céline Beaury
    Le 17/02/2021
  • Quitter la France, pour mieux se retrouver : les nouveaux expatriés

    Partir de l'hexagone pour ne plus avoir affaire à l'actualité obsédée par la religion, à la gestion du Covid-19, ou pour se sentir plus utile à ses terres d'origines : de nombreuses raisons poussent de plus en plus de Français à s'expatrier. Samira Goual s'est entretenue avec ces compatriotes qui ont quitté le territoire, pour connaître les nouvelles raisons de ces départs. Témoignages.

    Par Samira Goual
    Le 03/02/2021
  • Pas de nationalité française pour Saïda : elle travaille trop

    Pas de nationalité française pour Saïda. Motif : elle travaille trop. Cette mère de famille célibataire de Bagnolet cumule deux emplois pour subvenir aux besoins de sa famille. Une infraction au code du travail pour la Préfecture de Seine-Saint-Denis qui a ajourné de deux ans la demande de la femme d'origine algérienne. Témoignage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 20/01/2021
  • Ils s’appelaient Artin, Armin et Anita

    Le 27 octobre 2020, une embarcation chavire en plein milieu de la Manche. À son bord, 22 exilés qui viennent de quitter les côtes françaises, déterminés à rejoindre la Grande Bretagne avec l’espoir de meilleurs lendemains. Cinq d’entre eux ne seront pas repêchés à temps. Les quatre membres d’une même famille kurde iranienne, et un disparu, le dernier de la fratrie, un enfant de 15 mois. Une histoire de famille aussi funeste que le silence qui l’accompagne.

    Par Céline Beaury
    Le 18/01/2021
  • Le combat des familles sans-papiers à Toulouse

    À Toulouse, des familles sans-papiers, des enseignants, directeurs d’école, élus et associations ont lancé une campagne pour faire valoir le droit des enfants sans statuts à une éducation comme les autres. Floriane Padoan est partie à la rencontre de ces familles, qui, malgré les obstacles et l’épidémie, gardent un objectif en tête : se battre pour leur avenir de leurs enfants et leurs droits. Reportage.

    Par Floriane Padoan
    Le 23/12/2020
  • À l’heure du Covid-19, les couples franco-sénégalais peinent à se retrouver

    Depuis le début de la pandémie, entre la France et l'Afrique de l'Ouest, les amoureux se heurtent à de nombreuses difficultés administratives. Demandes de visa suspendues, manque de communication du consulat, lenteur des retranscriptions de mariage... Malgré des situations exceptionnelles, comme des grossesses en cours, et des séparations qui durent depuis un an pour certains, ces couples peinent à se retrouver.

    Par Alexandra Jammet
    Le 16/12/2020
  • Face à des traumatismes multiples, les exilés livrés à eux-mêmes

    Le récent démantèlement du camp d'exilés installé place de la République à Paris a montré la violence policière à laquelle cette catégorie de la population est soumise. Cette violence a des conséquences physiques mais aussi morales sur des personnes déjà mentalement éprouvées. Reportage de Julie Déléant.

    Par Julie Déléant
    Le 25/11/2020
  • Ni mineurs, ni majeurs : le calvaire des jeunes exilés isolés

    Chaque année, en région parisienne, de jeunes exilés arrivés sur le territoire français sans leurs parents réclament le droit à la protection des mineurs. Dans de nombreux cas, l’administration leur refuse le statut de mineurs, les reléguant dans une zone grise qui les prive de l’accès à l’aide sociale à l’enfance (ASE). Les méthodes pour évaluer l’âge des jeunes arrivants font pourtant polémique.

    Par Hervé Hinopay
    Le 09/10/2020
  • Mineurs isolés du square Jules Ferry : sous les pavés, la purge ?

    Depuis le 29 juin, une centaine de jeunes migrants campent dans le square Jules Ferry à Paris, tout près de la place de la République. Les associations souhaitent rendre visibles ces jeunes adolescents délaissés par les pouvoirs publics. Près de trois semaines après leur installation, les négociations piétinent.

    Par Julie Déléant
    Le 20/07/2020