«Le transport public n’est pas une marchandise. C’est ce que nous sommes venus rappeler ici devant notre maison, la maison de la RATP », clame avec ténacité Erik Meyer –  secrétaire général de Sud Rail – au micro devant les manifestants. Le vendredi 25 mars, plusieurs centaines d’agents RATP se sont réunis devant la maison de la RATP, dans le 12eme arrondissement de Paris.

En ligne de mire de cette mobilisation, le projet de privatisation du réseau de bus de la RATP d’ici 2025. Face à la crainte d’une dégradation des conditions de travail des agents et de la qualité du service pour les usagers, les syndicats appellent à s’unir et à résister à « la prédation du capitalisme sur les services publics ».

Les manifestants bloquent l’entrée de la maison de la RATP, Vendredi 25 Février 2022 © Rémi Barbet

En opposition ferme à cette ouverture à la concurrence, les manifestants ont fait le choix de s’installer devant l’entrée de la maison de la RATP, située quai de la Rapée, à deux pas de la gare de Lyon. Si la colère est palpable dans les discours, les sourires dominent sur le visage des grévistes. En cette matinée ensoleillée, l’enceinte est de sortie et la musique vient rythmer les slogans dans les mégaphones. Les drapeaux de l’ensemble des organisations syndicales flottent en symphonie. CGT, FO, UNSA, Sud Rail, Solidaire, ils se sont tous réunis aujourd’hui. La foule est joviale et les pétards retentissent.

Aujourd’hui ce n’est que le début de la lutte, on va continuer à résister pour préserver le service public.

Déterminés à faire valoir leurs revendications, les agents de la RATP ont répondu à l’appel de l’ensemble des syndicats qui, en symbole d’union face au spectre de la privatisation de l’entreprise, se sont organisés à l’unisson. Banderoles, drapeaux, embrassades : pour les salariés de la RATP, cette journée de mobilisation sociale est aussi un moment de communion. Pour ces travailleurs essentiellement solitaires dans leur quotidien – les conducteurs de transports en commun travaillent seuls pendant des journées de sept à huit heures – cette manifestation est également l’occasion de se retrouver, d’échanger et de resserrer les rangs.

Bertrand Hammache, secrétaire général de la CGT RATP, prend la parole devant les manifestants, le vendredi 25 mars 2022 © Rémi Barbet

La privatisation du réseau de bus à l’horizon 2025

Le réseau de bus francilien est le premier impacté par la Loi d’orientation des mobilités (loi LOM). Promulguée le 24 décembre 2019, ce texte permet d’ouvrir à la concurrence le marché public des transports en commun. Pour les bus, le processus a déjà commencé : le conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités a voté le 17 février dernier la délégation du réseau à des entreprises privées, avec un découpage en treize lots. Ces lots seront soumis à des appels d’offres sur lesquels des sociétés de transport comme Kéolis, Véolia, Transdev et autre pourront se positionner. L’attribution des différentes parts de marché doit se clôturer d’ici 2025. Ce sont 19 000 agents du réseau de bus qui sont directement concernés.

Souhaitée par Valérie Pécresse – présidente du Conseil régional d’Île-de-France – cette ouverture au secteur privé doit se poursuivre progressivement. Selon Bertrand Hammache – secrétaire général de la CGT RATP – la privatisation va ensuite « s’attaquer au tramway en 2029 » puis « au métro et RER d’ici 2039 ». Pour le syndicaliste – gestionnaire de mouvement des trains dans le métro depuis 28 ans – cette manœuvre vise « à mettre fin au monopole du service public sur les transports en commun » afin « d’alimenter le secteur privé ».

Rentabilité et dangers pour les usagers et employés

L’idylle entre les transports en commun franciliens et le secteur marchand a pourtant déjà montré ses limites sur les lignes déjà gérées par des sociétés privées. C’est ce que pointe Nabil, machiniste à Malakoff depuis 20 ans : « L’exemple du tramway T9 pris en charge par Keolis, c’est une parfaite illustration. Il y a des incidents d’exploitation tout le temps ». Pour cet agent RATP, la recherche de rentabilité amène inévitablement à « rogner sur les coups de maintenance » et à proposer « des formations moins exigeantes aux conducteurs ».

Cette course à la productivité entraîne également une hausse de la durée hebdomadaire de conduite pour les agents. « Ils conduisent tous plus longtemps. Et vu la complexité du réseau de transport en Île-de-France, cela génère plus de fatigue et donc des erreurs humaines », poursuit Tarek, chef de dépôt à Aubervilliers.

Les manifestants bloquent l’entrée de la maison de la RATP, Vendredi 25 Février 2022 © Rémi Barbet.

L’ouverture à la concurrence, louée pour la compétitivité qu’elle génère et sa capacité à tirer la qualité de service vers le haut, ne s’applique pas aisément au secteur des transports en commun. Comme l’explique Jean-Christophe Delprat – secrétaire fédéral du syndicat Force Ouvrière RATP – dans le secteur des transports, « l’essentiel des facteurs de productivité sont humains ».  Par conséquent, pour une entreprise, vouloir gagner en compétitivité est synonyme de « casse des conditions de travail et des acquis sociaux », déclare t-il la voix teintée d’amertume. C’est en ce sens que les syndicats condamnent la politique de « dumping social », encouragée par Valérie Pécresse.

Loin d’être résignés, les agents de la RATP présents aujourd’hui sont convaincus que le rapport de force est en leur faveur. « Si on s’arrête tous en même temps, en masse, le réseau est paralysé et la direction le sait », souligne Tarek avec ferveur. C’est aussi ce qu’affirme Erik Meyer en haranguant la foule au micro : « Aujourd’hui ce n’est que le début de la lutte, on va continuer à résister pour préserver le service public. »

Des bénéfices en hausse et des salaires figés

« Mais elle est où? Mais elle est où? Mais elle est où madame Guillouard? », chantent en cœur les manifestants alors qu’ils bloquent au milieu de la route l’un des rares bus du réseau circulant aujourd’hui. La cible de ces chants, c’est Madame Catherine Guillouard – PDG de la RATP – dont le salaire a connu une hausse 12,5% en 2019. Cette augmentation avait fait grincer des dents dans les rangs des syndicats à l’époque. Près de trois ans plus tard, dans le contexte d’une inflation galopante, l’amertume demeure vive chez les salariés. « Elle ne risque pas de nous répondre ou de descendre de son bureau… Ils sont en télétravail ces gens-là », ironise Maxime en allumant son fumigène.

En 2021, la RATP a réalisé un bénéfice net de 207 millions d’euros. Cette santé financière retrouvée après la crise sanitaire indigne les salariés qui ont du mal à « boucler leurs fins de mois ». Elle crée du ressentiment envers la direction et les orientations politiques choisies par le groupe. Pour Erik Meyer, « ce bénéfice, c’est ce que lorgne le secteur marchand. Il préfère le voir en dividende potentiel pour les actionnaires, plutôt qu’en augmentation pour les salariés ».

Rémi Barbet

Articles liés

  • Dix ans après Uber : les chauffeurs du 93 s’unissent pour l’indépendance

    Une coopérative nationale de chauffeurs VTC, basée en Seine-Saint-Denis, va naître en 2022, plus de dix ans après l'émergence du géant américain. En s’affranchissant du mastodonte Uber, les plus de 500 chauffeurs fondateurs de cette coopérative souhaitent proposer un modèle plus vertueux sur le plan économique, social, et écologique. Après nombre de désillusions. Témoignages.

    Par Rémi Barbet
    Le 14/02/2022
  • À Stains, Moulinot créé de l’emploi grâce aux biodéchets

    L’entreprise Moulinot s’est installée à Stains, en Seine Saint-Denis en 2019. Pionnière de la collecte et de la valorisation des biodéchets en France, elle contemple aujourd’hui un avenir économique radieux. Entreprise d’économie sociale et solidaire elle souhaite former à ces nouveaux métiers et créer de l’emploi sur le territoire. Reportage.

    Par Rémi Barbet
    Le 12/01/2022
  • Dans les quartiers, le nouveau précariat de la fibre optique

    #BestofBB Un nouveau métier a le vent en poupe dans les quartiers populaires : raccordeur de fibre optique. Des centaines d’offres d’emploi paraissent chaque jour, avec la promesse d’une paie alléchante. Non sans désillusions. Reportage à Montpellier réalisé en partenariat avec Mediapart.

    Par Sarah Nedjar
    Le 28/12/2021