Aïcha, c’est un peu nous. Depuis la veille, maman avait fait mijoter de bons petits légumes et cuit un poulet bien charnu. Depuis la veille, l’un après l’autre les membres de ma famille soulevaient le couvercle de la casserole et tentaient d’y plonger un bout de pain. Maman arrivait à temps pour lancer un « touche pas, c’est pas pour ce soir ! ». Alors ce soir (hier), j’étais censée savourer le festin qui s’était tant fait désirer. Il n’en a rien été. En trois cuillères, j’ai englouti mon assiette pour ne pas rater l’événement de la soirée : Aïcha 2.

Et je ne suis pas la seule. On a eu beau ne pas se passer le mot, à la maison, tous les postes de télévision étaient branchés sur la même chaîne. Nous avions regardé le premier et n’avions rien vu d’autre entre-temps. Rien d’autre qui nous fasse nous déchausser sur le palier et pousser la porte d’un de ces bâtiments que l’on connaît. Alors forcément, c’est bizarre sans l’être qu’on ne se soit pas posé la question du choix du programme télé de ce soir.

C’est fou, je commençais à croire que la France ce n’était que des dolmens en Bretagne, des anges descendus sur terre ou des commissaires chapeaux vissés sur la tête et gabardine à col relevé. Ce soir à la télévision française, dans un registre particulier, plus ou moins comique, l’autre côté du périph a eu son moment et a inspiré un téléfilm diffusé en prime time.

Que certains passages soient jugés un peu « cul-cul », un peu trop caricaturaux, un peu trop romancés, après tout qu’importe. On a approché le réel, parlé de cette Aïcha héroïne moderne un peu cliché mais qui ne nous est pas étrangère. La double culture et ses difficultés, ce perpétuel combat pour ne pas trahir ses origines et les valeurs familiales, rester fidèle à son éducation et à ses proches tout en construisant sa propre vie. Une vie qui ne prendra pas les mêmes chemins que ceux des parents pour des raisons purement logiques. Le travail, l’amour, l’amitié, la famille, tout est à adapter.

Aïcha ce n’est pas s’intégrer, ni s’assimiler et encore moins se renier. Aicha, c’est juste se trouver. Et si ce soir ça a été un carton, c’est parce que vu comme ça, bah, Aïcha, c’est un peu nous.

Joanna Yakin 

Formidable Biyouna. Le téléfilm « Aïcha » a pour mérite de mettre en lumière les difficultés rencontrées par les jeunes français d’origine maghrébine à accéder au monde du travail. Et chacun d’y aller de sa réponse. Ainsi, l’héroïne, Aïcha, a eu de la chance, elle a été embauchée dans une société de cosmétiques après s’être faite remarquer lors d’une remise des prix avec sa tante Biyouna au Sénat (allusion, sans doute, aux « Talents des cités »).

Mais tout le monde n’a pas cette chance. Comme Nejma, la cousine d’Aïcha, beaucoup de jeunes diplômés sont contraints de faire des petits boulots faute de mieux ou en attendant le job de leur rêve. En effet, il n’est pas rare de voir des bac+4-5 travailler dans des fastfoods ou des grandes surfaces. Cela peut durer des mois voire des années pour certains.

D’autres comme Houria, alias Gloria, cachent leurs origines maghrébines. Ils se donnent un prénom européen et s’inventent parfois des origines italiennes ou espagnoles. Aujourd’hui, certains parents, pour contrecarrer cette discrimination choisissent de donner à leurs enfants des prénoms français ou des prénoms qui passent bien (prénoms sans consonance particulière). 

Ce film est parsemé de nombreux moments drôles, grâce notamment au charme ravageur de Biyouna. Cette actrice et chanteuse algérienne, à la voix inimitable, est drôle sur scène comme dans la vie. Elle joue comme elle respire. Biyouna ! Elle  est cash. Elle est touchante et pleine de fraîcheur. Elle nous fait hurler de rire avec son  humour à l’accent algérois. Elle a su garder cette spontanéité qui nous vient de l’enfance, que malheureusement beaucoup d’entre nous perdent à l’âge adulte. Elle est simplement géniale dans ce film comme ailleurs. On aimerait la voir plus souvent sur nos écrans.

Tassadit Mansouri

Articles liés

  • Amandine Gay, ‘une histoire à soi’ pour raconter les non-dits de l’adoption

    Dans son dernier film ‘Une histoire à soi’, la réalisatrice Amandine Gay propose cinq récits intimes de personnes adoptées à l'international. Sur fond d'archives personnelles, les protagonistes livrent leurs questionnements tout au long de leur parcours de vie, au sujet de leur adoption. Des témoignages forts qui ouvrent une discussion plus large sur la famille, la parentalité, l'acculturation ou encore la quête identitaire. Entretien. 

    Par Louise Aurat
    Le 13/07/2021
  • « Gagarine », cité céleste sur grand écran

    Une cité devenue film. Le premier long métrage de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh sort ce mercredi 23 juin au cinéma. À quelques jours de sa sortie nationale, le film était projeté en avant-première au cinéma le Luxy, situé à quelques mètres de l'ancienne cité Gagarine (Ivry-sur-Seine), au centre de cette histoire étonnante et poétique. Reportage et témoignages.

    Par Louise Aurat
    Le 23/06/2021
  • Kery James à l’INA pour guider les jeunes vers le « show-business »

    Accéder aux métiers de l’audiovisuel, sans diplôme, ni réseau : c’est la promesse de la classe Alpha, une promotion de 100 jeunes guidés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). Et pour les aider à garder la motivation, qui de mieux que Kery James pour animer une master class attendue par tous. Le dramaturge, réalisateur et artiste a pu échanger avec ses jeunes sur son expérience et son parcours.

    Par Nolwenn Bihan
    Le 02/06/2021