Dans son émission Barber Show, le site Konbini vous invite à plonger dans l’univers si particulier des Barber Shop afro de Paris… Où l’ambiance est garantie. Une création du photographe Hugues Lawson Body.

Hugues Lawson Body a deux ans quand sa famille quitte le Togo pour s’installer près du quartier des Halles, où va naître son amour pour Paris. À l’adolescence, il s’initie à la photo dans les locaux de Radio Nova. Hugues vient tous les jours, après l’école, pour assister à l’émission « La Grosse Boule » et mitrailler les musiciens interviewés par Edouard Baer et Ariel Wizeman. le photographe est à peine majeur, que son portfolio ressemble déjà à un trombinoscope pour stars du rap et du hip-hop. Avec les années, les collaborations s’enchaînent et se diversifient. On retrouve ses clichés sur des affiches de la SNCF, pochettes de disques, journaux de mode, sport ou actu. Son objectif passe sans soucis du regard revolver de Le Pen père, au sourire de Bacri, en passant par le flegme de Will I am. Mais entre chaque commande, Hugues revient à ceux qui l’inspirent : les gens de la rue. Comme avec son ouvrage « Jeunes Parisiens », dans lequel il immortalise les visages de Paname. Portraitiste hors pair, il capture les loups solitaires ou meutes soudées de la faune citadine. Black, blanc, beur, goth, châle, caille, roots, street, rock… Tout y est.

BARBER SHOW BY_H.Lawson-Body_040

Hugues Lawson Body, 38 ans, est photographe professionnel.

Avec Barber Show, l’anthropologue du bitume s’attaque à un grand repère des boulevards Nord : les salons de coiffure « renois ». Plus particulièrement, l’enseigne « Lucky Coiffure » qu’il visite, par chance, il y a quatre ans, pour un projet photo. Conquis par l’ambiance, Hugues devient client régulier. Sa visite mensuelle chez le coupe-tif, qui était jusqu’alors une « véritable torture », se transforme en un sas de décompression indispensable. Ceci grâce à Babs, le maître des lieux, et son charisme de « swaggeur ». L’hôte est inénarrable, on peut le lancer sur n’importe quel sujet, il trouve à coup sûr l’anecdote, le commentaire, la vanne désarmante qui réjouit son auditoire. Si bien que son salon s’est transformé en QG du quartier. La clique qui s’y rassemble est composée de toutes les diasporas africaines et antillaises, avec quelques blancs en bonus. Dans la vie ils sont comptables, banquiers, managers, médecins ou stylistes, au barber shop ils viennent rire, épiloguer et tester leur rhétorique. « Ce sont d’authentiques parisiens », explique Hugues. « Ils peuvent parler durant des heures, de tout et de rien. Des vraies discussions de comptoir ! Le barber shop, est finalement un ‘café du commerce’ comme les autres ».

Pour mettre en avant cette parcelle de culture parisienne peu médiatisée, le photographe, devenu réalisateur, a imaginé un concept de mini série à mi-chemin entre talk show et documentaire : « rien n’est scénarisé, on n’emploie aucun acteur, mais les thèmes de discussion sont donnés et je modère s’ils s’enflamment trop ». Le résultat est monté en quatre minutes justement dosées. On y parle d’amour, de marabouts, de féminisme, de racisme, des talents couturiers de Kanye West… De tout et de rien, c’est le cas de le dire. Les répliques fusent, les références s’enchaînent. Arriver à une conclusion est secondaire, il n’y a que le plaisir du débat qui vaille. Au fil des épisodes, les personnalités se dessinent, on apprend à connaître l’humour de chacun, et on finit par se sentir chez nous parmi ces potes.Leur liberté de ton, qui n’hésite pas à rire de la France comme de l’Afrique, rafraîchit dans un climat audiovisuel toujours plus apeuré par le second degré. Konbini, le site de culture pop qui coproduit et diffuse le Barber Show, se démarque de cette tendance médiatique en donnant carte blanche à ce morceau de culture black. On peut espérer que des créations comme celle-ci inspirent les chaînes traditionnelles. Celles qui débattent en continu du fameux « vivre ensemble » sans, pour autant, mettre quelques couleurs dans leurs programmes.

Hannah Kugel
Un épisode à voir ici :https://www.facebook.com/konbinifr/videos/10153876950544276/

Articles liés

  • « Freda » : Ôde à la résistance haïtienne et féminine

    Présenté dans la catégorie Un Certain Regard et deuxième film haïtien à être présenté au festival de Cannes depuis 1993, Freda est un film important et immersif sur la jeunesse féminine haïtienne telle qu’elle est. Analyse et interview de la réalisatrice Gessica Généus.

    Par Farah El Amraoui
    Le 18/10/2021
  • « Reconnaître le 17 octobre 1961 c’est reconnaître les autres combats contre un système d’impunité »

    Le massacre des Algériens le 17 octobre 1961 n'est toujours pas reconnu comme un crime d'État. Malgré les déclarations d'Emmanuel Macron, la France ne se considère toujours pas responsable d'une des pages les plus sombres de l'histoire coloniale. Fabrice Riceputi, historien, revient sur cette nuit sanglante et rappelle les enjeux d'une reconnaissance encore loin d'être gagnée. Entretien.

    Par Amina Lahmar
    Le 17/10/2021
  • 007 : les femmes ne sont pas qu’un matricule

    Sorti cette semaine, Mourir peut attendre est le 25ème opus de la série James Bond. Le dernier avec Daniel Craig dans le rôle éponyme d'une série qui a alimenté la polémique sur les questions de représentation ethnique et de genre. Félix Mubenga a vu le film, et salue la place des héroïnes jouées par Lashana Lynch et Ana De Armas. Critique.

    Par Félix Mubenga
    Le 07/10/2021