Depuis quelques jours, tout le monde ne parle que de Laszlo Jones, ce fameux chanteur aux allures de Jack Sparrow. Son clip « Download me I’m free » a été vu plus de 600 000 fois en une semaine sur internet, les médias off line ont emboité le pas au buzz et se sont, aussi, emparé de l’artiste. Pourquoi un tel engouement ? L’apparition de Pierre Sarkozy dans ce clip déjanté a déclenché les passions, il y fait figure de producteur à l’écran… Comme à la ville. En effet, Mosey (pseudo de Pierre Sarkozy) a coproduit l’album de Laszlo Jones « Banana Nation », un projet ambitieux avec une identité assez originale. Evidemment tout ce qui touche la famille présidentielle fait immédiatement couler beaucoup d’encre mais nous avons voulu aller plus loin et s’intéresser à celui qui, finalement, est au centre du débat : Laszlo Jones.

Benjamin K. Framery et Candice Guetta, pour StreetGeneration


Laszlo Jones
envoyé par streetgeneration. – Foot, rugby, surf et encore plus de sports en vidéo.

Benjamin K. Framery et Candice Guetta

Articles liés

  • Littérature jeunesse : « Ne pas représenter un enfant, c’est nier son existence » 

    À Clichy, le salon du livre jeunesse afro-caribéen œuvre pour une meilleure représentation des minorités. Du 25 au 27 novembre 2022, une quarantaine d’exposants mettent en avant des oeuvres diversifiées. Organisé par l’association D’un livre à l’autre, ce festival veut faire bouger les lignes d’un secteur encore trop homogène.

    Par Fiona Slous
    Le 25/11/2022
  • Diam’s passe le Salam : votre rappeuse préférée ne veut plus l’être

    Parmi les sorties raps attendues, Diam’s revient avec la bande originale du film Salam. Sorti le 18 novembre sur Prime vidéo, ce documentaire lui est consacré. Une figure tutélaire du rap à laquelle nous devons nous résoudre à dire au revoir. Pour elle et pour la nouvelle génération de rappeuses. Édito.

    Par Anissa Rami
    Le 22/11/2022
  • Le rap en langues des signes au Hip-Hop Symphonique : Une rencontre réussie

    Depuis 2018, le Hip-Hop symphonique est entièrement interprété en langue des signes française. Pour cette septième édition, 14 rappeurs et rappeuses sont accompagnés par les 43 musicien-ne-s de l'Orchestre Philharmonique de Radio France, et le groupe The Ice Kream. Devant un public de 1200 personnes, c'est le collectif de chansigneurs, Integraal, qui signe l'évènement en live. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 17/11/2022