« Entrez, entrez, faites comme chez vous ! Vous voulez qu’on vous serve quelque chose ? Du coca ? » Nous sommes chez Connivences, la boutique absolue de la sape à Paris. Le propriétaire des lieux, Jocelyn Armel, alias le Bachelor – chaque sapeur a son blaze – nous accueille les bras ouverts. Le clip de Nzété Oussama, dernière révélation musicale congolaise, passe en boucle sur l’écran plasma au-dessus du comptoir. Le Bachelor porte un superbe costume bleu marine et sent bon le parfum.

« Je ne dirai pas que je suis un sapeur, je suis un habilleur-conseil, mais j’aime être élégant, nuance-t-il. C’est avant tout une marque de respect envers la personne qui se trouve devant moi et aussi une manière de me sentir bien, de m’exprimer. De toute manière, ce n’est pas tous les jours que je m’habille comme ça. » A cela, l’Allureux Miela, « l’homme qui n’a jamais travaillé ni pour un Blanc ni pour un Noir », ajoute, amusé : « Les sapeurs n’existent pas, il n’y a que des sapeurs pompiers ! » Et qu’est ce que vous êtes ? « Je suis un playboy-gentleman. »

Se saper est un investissement de plusieurs centaines d’euros. Et il en faut un paquet pour se faire beau ou belle (puisqu’il n’y a pas que des hommes qui se sapent). La sape paraît ridicule aux yeux de certains, mais elle est bien plus qu’une passion pour d’autres. « A chacun ses centres d’intérêts. Certains dépensent des milliers d’euros pour partir en vacances, nous, nous faisons beaux. Je ne critique pas les gens qui économisent pour aller en vacances, je voudrais qu’on ne me critique pas parce que j’investis dans la sape, lance Le Bachelor. C’est une question de tolérance. »

La sape est un phénomène si populaire au Congo-Brazzaville qu’il touche peu à peu d’autres pays africains. Un jour, une amie d’origine camerounaise vient frapper à ma porte, morte de rire : « Les Congolais nous ont contaminés, j’étais à un mariage il y avait des sapeurs… Des sapeurs camerounais. » Les DVD à la gloire de la sape se vendent tellement biens que certains produisent des suites qui sont autant de best-sellers : « La sapologie » 1, 2, 3, 4…, et, bientôt disponible, « La guerre de la sape », qui évoquera entre autres la question tumultueuse des origines de la sape.

En effet, de Brazzaville à Kinshasa, on se dispute la paternité de la sape. « Je ne dis pas ça parce que je suis de Brazza, mais le berceau de la sape est bien le Congo-Brazza ! C’est un mouvement qui est antérieur à ma naissance. Il date du retour des anciens combattants qui portaient des vêtements occidentaux à ce moment-là. Le phénomène a été popularisé par Max Toundé (grand producteur, sorte de Timbaland congolais, ndlr) », explique Le Bachelor. « D’un pays à un autre, la sape n’est pas la même, ajoute L’Allureux Miela. Les Congolais de Kinshasa sont beaucoup plus extravagants. Ils n’hésitent pas à porter de la fourrure en pleine chaleur ou à porter un costume à 5000 euros alors que le Congolais de Brazza est plus… classique. »

La sape, avant tout l’affaire des adultes, s’étend toutefois aux plus jeunes. On peut trouver dans les DVD des mini-sapeurs, des enfants qui comme les grands, grimacent en marchant et déchaînent des passions. Un certain nombre d’adultes, play-boys ou pas, sont contre cet état d’esprit un peu m’as-tu-vu. Pour eux, l’important c’est d’aller à l’école, car la sape n’est pas tout dans la vie. « La frime pour la frime ne m’a jamais intéressé », affirme le propriétaire de Connivences. Yasmine, 19 ans, abonde : « Je suis congolaise et ce n’est pas quelque chose dont je suis extrêmement fière, même si ça peut parfois m’amuser. »

L’Allurieux Miela s’offusque lorsque nous évoquons les « Dix commandements de la Sape », sorte de manuel de la sapologie. « Les seuls Dix Commandements sont ceux de la Bible. Ceux qui prient pour ces habits sont des gens qui n’ont rien à faire ou qui se moquent tout simplement. Il ne faut pas dire tout et n’importe quoi. »

Ndembo Boueya et Mathy Mendy

Nous profitons de cet article pour rendre hommage à Rapha Bounzéki, grand chanteur lari (Congo-Brazza) et maître incontesté de la sape, décédé le 10 mai 2008.

« C’est Dolce Gabbana, D. G. ! »


La Sape à Paris ou l’élégance Congolaise
 

envoyé par Bondy_Blog

Vidéo réalisée par Mathy Mendy

Ndembo Boueya

Articles liés

  • Younès Boucif : « L’humour, un moyen de dire des choses en avance »

    Révélé au grand public avec la série Drôle, Younès Boucif a déjà une carrière bien lancée et ne compte pas s’arrêter là. Si Netflix a décidé que la série n’aurait pas de saison 2, l’artiste de 27 ans originaire de la banlieue de Rouen, a des projets plein la tête. Écriture, humour, prochain album, projet hollywoodien… On a discuté de tout ça avec Younès. Entretien.

  • Des K7 au streaming, Driver raconte son histoire du rap

    Paru le 25 mars dernier chez Faces Cachées Éditions, l’autobiographie du rappeur Driver, co-écrite avec le journaliste Ismael Mereghetti a beaucoup plus à notre contributeur Ryan Baruchel. Dans ce livre on découvre l’évolution du mouvement Hip-Hop français depuis les années 1990. Un livre qui démonte les clichés du rappeur, instaure des messages fort et raconte la vie d’un homme. Rencontre.

    Par Ryan Baruchel
    Le 04/05/2022
  • Fania Noël : quand afroféminisme rime avec utopie

    Sorti le 2 mars 2022, Et maintenant, le pouvoir – Un horizon politique afroféministe est un des premiers essais politiques afroféministes publiés en France. Signé Fania Noël, militante afroféministe et doctorante en sociologie, cet ouvrage radical place les femmes noires en sujet politique. Il explore ainsi tous les thèmes chers à l’afroféminisme pour préparer la venue d’un monde nouveau, mais surtout idéal. Interview.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 27/04/2022