Elle est loin, l’époque où je me réjouissais à chaque début de week-end de voir une merveille de Leo Messi, de suivre la course au titre entre le Real Madrid et le FC Barcelone ou encore de voir un geste de classe de Neymar. Depuis l’arrêt des championnats, les fins de semaines sont bien tristes, alors on s’occupe comme on peut : un peu de lecture, du sport, des films et des séries… Mais j’ai toujours la même question en tête : « C’est donc à ça que ressemble la vie de quelqu’un qui n’aime pas le foot ? ».

Certains comme Laurier ont senti la sentence arriver : « On voyait les choses venir progressivement donc on a un peu pris ça comme une fatalité. Ça a commencé avec PSG – Dortmund, qui a failli être annulé mais qui s’est tenu à huis clos. Après ça, la gravité des événements a fait que les choses se sont imposées. Le foot passe un peu au second plan, là. »

Ce jeune étudiant en droit est un fervent supporter du PSG et un pratiquant assidu. Avec son école, il tapait le ballon deux à trois fois par semaine. Pour lui, cette trêve de foot arrive au pire des moments : « On était dans la partie de la saison où il y a les gros matchs qui arrivent et c’est également des moments de convivialité avec les potes. Là, on n’a ni l’un ni l’autre donc on ressent pas mal le manque. » Pour un fan du PSG, la pilule est encore plus dure à avaler, les coéquipiers de Mbappé et Neymar ayant enfin réussi à se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions.

On se met à jongler avec du papier toilette…

Le sentiment est le même chez Sonny, supporter de l’Olympique Lyonnais et habitant de Sainte-Geneviève dans l’Essonne. Au début, il tenait le coup, comme si c’était une petite coupure classique d’été. « Mais au bout d’une semaine, dix jours, ne plus me poser le samedi après-midi devant un match de Premier League, ça a commencé à me manquer », avoue-t-il.

Alors, tels des drogués, on compense comme on peut… Je regarde des résumés de matchs mémorables sur Youtube (si celui de France-Argentine atteint le million de vues ces prochains jours, ce sera sûrement à cause de moi), des « best-of » de Messi, Mbappé ou Ronaldo… On se met même à jongler avec du papier toilette pour relever le #StayAtHomeChallenge.

Plus question de taper le ballon en bas du bâtiment… Et, ça aussi, ça manque.

Sonny, lui, profite de la période pour faire un pas de côté… sans trop s’éloigner du rectangle vert : « J’ai commencé à regarder beaucoup d’émissions et de documentaires sur le football, raconte-t-il. C’est une chose que je ne faisais pas avant puisqu’il y avait tout le temps des matchs à regarder. »

Une chose est sûre : dès la fin du confinement, attendez-vous à voir les city stades et autres terrains synthétiques autour de chez vous remplis à ras bord : « On a beaucoup d’énergie qui ne demande qu’à être dépensée, c’est frustrant de ne plus pouvoir jouer, explique le Parisien de cœur. Je pense que les parties de foot qu’on va faire après le confinement seront plutôt stylées. »

Alors mesdames, messieurs, pour que nous, les amoureux du football, puissions de nouveau débattre jusqu’à pas d’heure sur les choix tactiques de Thomas Tuchel, passer notre dimanche devant Téléfoot, Amiens-Brest et le Canal Football Club, nous émerveiller devant la beauté de ce magnifique sport, je vous en supplie : restez chez vous.

Félix MUBENGA

Articles liés

  • #MonPremierBled, ep.1 : choisir de partir

    Il y en a pour qui le premier voyage au bled fut un bouleversement. A travers trois épisodes, cette série donne la parole à Yan, Fatma ou encore Arno. Ces personnes qui ont connu leur pays d’origine à un âge considéré tardif. Ce premier épisode se concentre sur l’avant : les raisons qui empêchent de partir, et celles qui poussent à le faire.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 10/08/2020
  • « Jongler, c’est l’histoire de notre vie »

    Avec l'épidémie, vous avez peut-être entendu parler du footshake, cette nouvelle manière de se saluer ? Mais si, c'est un check des pieds (oui, oui) ! Au BB, on préfère vous parler d’un autre footshake, avec beaucoup plus de street-cred. 

    Par Sarah Ichou
    Le 02/08/2020
  • « Mais moi, je m’appelle Anissa »

    A l'heure du tube de l'été signé de la jeune Wejdene, s'appeler Anissa n'est pas franchement de tout repos. Au sein de la rédaction du BB, Anissa Rami est bien placée pour en parler, elle qui travaille également comme surveillante dans un collège parisien...

    Par Anissa Rami
    Le 15/07/2020