D’abord le bruit du magnétoscope, acheté en 1985, il n’est jamais tombé en panne, de l’avis de mes parents, leur achat le plus rentable depuis leur arrivée en France. Posé sur un énorme buffet, à côté de la télé, il faisait un bruit magique quand je me mettais sur la pointe des pieds pour enfourner une cassette et que j’appuyais sur « rwd ».
Je ne faisais que répondre aux ordres, ceux de mes parents ou de mon grand frère « faut mettre un film du gros et le maigre ». On en avait toute une collection, tous enregistrés à l’époque où ils passaient sur « La Cinq », on avait donc toutes les raisons de chantonner le fameux « cinq you la cinq ». « Cul et chemise », « Pair et impair », « Quand faut y aller, faut y aller », « On l’appelle Trinita », quelqu’un était chargé d’égrener tous les noms avant que l’aîné s’arrête sur l’un d’eux. « Ah oui celui-là ça fait longtemps tiens ».  A l’époque « longtemps » c’était le mois d’avant. « Mais c’est lequel déjà ou Bud Spencer il mange direct depuis la boîte de conserve ? ». « C’est dans lequel déjà qu’il est boxeur ? », « hé tu te souviens quand il dit  » ton slip est-il aussi rose que ta tétine ? » ». « Fais gaffe à ce que tu dis toi parce que Dieu pardonne …moi pas ! » puis « chuuuut ça commence ». Mais quelqu’un chuchotait quand même, insolent et fier de sa blague « allez, quand faut y aller, faut y aller ».
Quand le magnétoscope avait fini son vacarme, on entendait le générique (en accéléré souvent, au bout du millième visionnage, ça s’impose). Puis après seulement deux-trois mots échangés de grands bruits de claques, de tartes, de poings, des bruitages géniaux et magnifiques. Nos dix visages comme absorbés par l’écran. Le bonheur. Bud Spencer et son mètre 90 étaient toujours du côté des gentils et nous, nous faisions comme si les coups qu’ils mettaient c’était des vrais. C’était faussement violent, plein de gags et plein de tendresse. Et surtout, dans les films de Bud Spencer, même si Terence Hill aimait souvent faire les yeux doux, il n’y avait pas beaucoup de « trucs nuls ». Les « trucs nuls » c’est à partir du baiser et plus si affinités. Ça rassurait tout le monde, les parents et les enfants qui ne devaient pas trouver un stratagème pour fuir devant ces scènes gênantes.
Nous sommes beaucoup à avoir grandi avec ces films, certains les adorent d’autres les détestent. Ce qui est sûr c’est que je n’ai compris que plus tard, que je n’avais pas grandi avec du « grand cinéma », que c’était des « films de série B », des « western spaghetti ». Apparemment quand vous êtes pauvres, tout est pâtes, du contenu de votre assiette jusqu’aux films que vous regardez. Les Maurice Pialat ce n’était pas pour nous et ce n’était pas grave parce qu’avec le temps, même si on en a regardé du « grand cinéma », les choses ne changent pas. Les films de Terence Hill et Bud Spencer sont toujours là, plus en cassettes, mais en coffrets DVD. L’ascension sociale ça doit ressembler à ça.
Hier, Bud Spencer est mort. Son fil a dit que son dernier mot a été « merci ». Alors à la maison, on a trouvé un moyen de lui dire nous aussi, peut-être qu’on va bouleverser nos programmes et ressortir les cassettes et le magnétoscope du garage. Notre achat le plus rentable on vous a dit.
Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • La pièce montée, qui va la démonter ?

    Se marier en temps de Covid ? Très peu pour certains. Et pourtant, Ahmed Ait Ben Daoud a trouvé quelques avantages à le faire.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 04/03/2021
  • Le naan à toutes les sauces : le blues du cuisiner Khan Malik

    Le naan s'est imposé comme un incontournable de la culture culinaire fast-food. Associé à toutes les garnitures possibles, la galette de pain fait le bonheur de certains restaurateurs en manque de variété. Pour autant, d'autres voient dans cette évolution, la perte d'un savoir-faire traditionnel. C'est le cas de Khan Malik, restaurateur de Clichy-sous-Bois qui veut redonner au naan ses lettres de noblesses. Entretien.

    Par Ryan Baruchel
    Le 27/01/2021
  • Capitaine Georges, Tonton Pernoud

    Georges Pernoud a été emporté par une longue maladie le 10 janvier 2021. Pendant 42 ans, il a officié en bon capitaine de l'émission Thalassa sur France 3. Souvent forcés à regarder par les parents le vendredi soir, beaucoup ont fini par être pris, le flot des vagues et les histoires de pêcheurs. Des banlieues à la campagne, l’univers de Georges Pernoud et le monde qu’il rencontrait, finissait être le nôtre, celui de toute la famille. Le BB lui rend hommage.

    Par Arwa Barkallah
    Le 15/01/2021