BREAKING NEWS. Après une semaine de canicule sur l’ensemble du territoire français, avec des températures ressenties proches des 40°C, il aurait été inadmissible que l’on ne fasse pas un sujet dessus. Provocation salafiste ? Prémice d’un acte terroriste islamiste ? Ou tout simplement nouveau coup de com’ des gilets jaunes ?

Je dois l’avouer, lorsque j’ai appris qu’une canicule allait s’abattre sur notre territoire, mon premier réflexe fut d’allumer mon téléviseur et de regarder l’émission « L’Heure des pros » sur CNEWS, présenté par le célèbre médiateur Pascal Praud, afin d’en savoir plus sur cette chaleur qui frappe délibérément la France. Bon réflexe, me direz-vous. Néanmoins, pourquoi regarder une telle émission alors que je travaille sur BBFMTV, première chaine d’information de France ? A toutes ces interrogations, je répondrais seulement que j’aime varier les plaisirs.

Après 5 minutes de débat, une réponse simple fut apportée par Elisabeth Lévy, pionnière sur les questions liées à l’écologie : « Le réchauffement climatique n’est plus un objet de réflexion, mais celui d’une foi apocalyptique. Soyons pour la raison écologique, mais contre les climato-fanatiques ! ». Un état d’esprit transcendant qui devrait tous nous mener sur la voie de la raison.

Cette réponse claire et concise sur la chaine CNEWS m’a ouvert l’esprit. C’est maintenant à moi d’apporter ma pierre à l’édifice et de rentrer dans l’histoire des plus grands journalistes de la chaîne, inspiré par mon modèle, Christophe Barbier. Il est 15 heures lorsque je quitte en toute hâte les locaux de BBFMTV. En plein sur mon projet de reportage sur les conflits d’intérêts entre les appellations « pain au chocolat » et « chocolatine », notre rédacteur en chef m’a convoqué dans son bureau afin de me transmettre une mission de la plus haute importance : un reportage sur la canicule. Me voici donc en route, épaulé d’un JRI et de sa caméra, parti interroger les Français sur ce phénomène exceptionnel, que dis-je, ahurissant !

« C’est un signe de la fin du monde qui approche ! », m’explique Inès, 20 ans, habitante de Rosny-Sous-Bois et étudiante en première année de philosophie : « Je trouve ça extrêmement inquiétant ; et dire que l’on est qu’en juin. Si l’on continue comme ça, combien fera-t-il en août ? 50 degrés ?! ». Une inquiétude néanmoins nuancée pour les bienfaits corporels et sensoriels qu’apporte cette éclaircie : « Tout n’est pas à jeter dans ce temps. Tout d’abord, il faut savoir que le soleil est bon pour la peau, ce qui joue énormément. Par ailleurs, il me met de bonne humeur. Du coup, je pense qu’on peut quand même trouver du positif dans du négatif. »

Une inquiétude partagée par Saïfallah, 19 ans, habitant d’Herblay, qui commence une licence en sciences politique. « Tout ceci n’est qu’une conséquence du réchauffement climatique. On paie les pots cassés de ces dernières décennies de pollution intensive », affirme-t-il avant de nuancer : « Néanmoins il y a d’autres facteurs en jeu, tout n’est pas la faute de l’Homme. Les pets de vaches sont un exemple de pollutions conséquentes mais dont on ne parle jamais, essayez de creuser de ce côté ». Je vous remercie, ça va aller…

Après 15 minutes de reportage, je décide de faire une petite pause. Il est vrai que la vie de reporter n’est pas toujours facile, mais dans mon cas, c’est le rêve. Aucune prise de tête, un panel de sujet large et varié, allant de la neige en hiver au burkini en été. En soi, le bonheur pour qui rêve un jour de devenir journaliste.

Me voici maintenant en route vers la banlieue parisienne, haut-lieu de la criminalité infantile, aussi appelé le « nid à problèmes » pour retrouver notre expert BBFM sur le climat.

Ainsi avec nous pour éclairer ces propos, Nour, 25 ans, qui a arpenté les plus grandes universités parisiennes, comme Sciences-Po Paris qu’il a l’habitude de longer ou La Sorbonne où il a souvent livré des pizzas de « Pizza King », son employeur : « Ce qui est en train d’arriver est pourtant simple, laissez-moi vous expliquer. D’après mes calculs, ayant eu une semaine de pluie en trop au printemps, la rotation de la Terre est de telle sorte qu’elle rattrape une semaine de forte chaleur cette semaine ». Intéressant. « D’ailleurs, outre l’aspect scientifique et rationnel de mes dires, Donald Trump lui-même a confirmé cette explication dans un tweet la semaine dernière. Comme quoi les politiques s’intéressent eux-aussi à cette question ».

Enfin, selon un sondage Elabe pour Le Journal de Mickey, 80% des Français pensent que la meilleure façon de se protéger du soleil durant cette période de forte chaleur est de rependre sa maison en jaune, aux couleurs des rayons du soleil, afin que ces derniers soient plus cléments et qu’ils chauffent moins les maisons.

Une fois mon entrevue avec notre spécialiste climat terminée, je m’échappe discrètement par la porte de derrière, on ne sait jamais. L’air est lourd, je suffoque. Je ne suis qu’à 5 minutes à pied de la gare mais je crains déjà pour ma vie. Soudain, un épais voile nuageux recouvre les rayons du soleil, provoquant peur et panique en mon for intérieur. Je le sens, c’est la fin.

Attendez ! Vous avez dit voile ?

Amine HABERT

Articles liés

  • La pièce montée, qui va la démonter ?

    Se marier en temps de Covid ? Très peu pour certains. Et pourtant, Ahmed Ait Ben Daoud a trouvé quelques avantages à le faire.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 04/03/2021
  • Le naan à toutes les sauces : le blues du cuisiner Khan Malik

    Le naan s'est imposé comme un incontournable de la culture culinaire fast-food. Associé à toutes les garnitures possibles, la galette de pain fait le bonheur de certains restaurateurs en manque de variété. Pour autant, d'autres voient dans cette évolution, la perte d'un savoir-faire traditionnel. C'est le cas de Khan Malik, restaurateur de Clichy-sous-Bois qui veut redonner au naan ses lettres de noblesses. Entretien.

    Par Ryan Baruchel
    Le 27/01/2021
  • Capitaine Georges, Tonton Pernoud

    Georges Pernoud a été emporté par une longue maladie le 10 janvier 2021. Pendant 42 ans, il a officié en bon capitaine de l'émission Thalassa sur France 3. Souvent forcés à regarder par les parents le vendredi soir, beaucoup ont fini par être pris, le flot des vagues et les histoires de pêcheurs. Des banlieues à la campagne, l’univers de Georges Pernoud et le monde qu’il rencontrait, finissait être le nôtre, celui de toute la famille. Le BB lui rend hommage.

    Par Arwa Barkallah
    Le 15/01/2021