Après les mitraillettes de Samir Benguennouna, voici le tajine de Fatima. Mettez un « j » ou un « g», avec la réforme de l’orthographe, on a le choix. Ce repas traditionnel est bien plus pour moi, il fait partie intégrante de mon ADN.

Cette recette, transmise de génération en génération dans ma famille, n’a jamais cessé de me surprendre puisqu’elle existe sous de nombreuses variantes : il y a le tajine aux pruneaux, aux légumes, au mouton sans oublier le fameux tajine au poulet qu’on appelle là-bas (au Maroc) le tajine « Abeldi ». Depuis tout petit, ce plat et moi partageons une histoire pas comme les autres : il n’y a pas une semaine qui passe sans que je mange le tajine de ma mère ou celui de ma grand mère. Que ce soit à midi ou le soir, plus besoin de demander ce que nous mangerons… Il y a une chance sur deux que ça soit du tajine ! Je ne vous cache pas que parfois, même mes vêtements sentent ce repas.

En rentrant du judo ou du Bondy Blog, j’arrive à peine au rez-de-chaussée que je sais déjà ce que ma mère m’a cuisiné pour le dîner. Suffit d’ouvrir ses narines pour sentir ce délicieux parfum me rappelant le Maroc. Ce repas que l’on partage en famille ou bien entre potes nous fait vivre un voyage autant culturel que magique. Ce n’est pas Nordine Nabili qui me dira le contraire, vu qu’on est tous les deux des Berbères Marocains !

Et puis pendant que nous mangeons, ma mère n’arrête pas de me raconter cette petite anecdote qui me fait encore sourire : c’était à l’époque, dans les montagnes du petit Atlas, où ma mère et ma grand mère préparaient… Devinez quoi… Le tajine, pour toute la famille. Ma mère en a mangé pendant toute sa jeunesse, matin, midi et soir. Ainsi, elle ne cache pas en avoir eu sa dose. Maintenant elle n’en mange plus du tout mais elle nous le cuisine avec beaucoup d’amour.

J’ai bien sûr tenté de cuisiner ce plat, pas si facile que ça… Demandez à Sofiane Boufal. Il y a pas longtemps, j’ai regardé un reportage sur Canal Plus. C’était un journaliste qui devait suivre un footballeur pendant une journée. Et comme par hasard, c’était Sofiane Boufal. La pépite lilloise et marocaine à la fois : quelle coïncidence ! Mais ce qui allait se passer juste après allait me surprendre au plus haut point. Le journaliste lui posa cette question : « Es-tu plus nul au foot ou en cuisine ? » et il lui répondit avec son accent marocain : « La cuisine, bien sûr ! ». C’est alors que Sofiane Boufal et le journaliste se dirigèrent vers un restaurant oriental à Lille. Et le plus gros reste à venir, il allait cuisiner un tajine avec sa mère ! Après quelques difficultés, il réussit quand même à le faire mais heureusement que sa mère était là.

Voici que ce termine ce périple « tajinesque », et pour le vivre il faudra respecter toutes les étapes de la recette suivante !

Ingrédients (pour 4 personnes) :

– 4 cuisses de poulet
– 2 gros oignons coupés en rondelles
– 2 gousses d’ail hachées
– 2 tomates pelées, épépinées et coupées en dés
– 1 cuillère à café de paprika
– 1 cuillère à café de mélange 4 épices
– 1 cuillère à café de cannelle
– 1 cuillère à café de cumin
– 1 cuillère à café de safran
– 1/2 cuillère à café de gingembre
-1 bocal d’olive
– 2 citrons confits
– sel, huil d’olive et poivre

Préparation de la recette :

Dans une cocotte mélanger les épices et les gousses d’ail.
Mélanger les tomates, les citrons confits dans la cocotte minute.

Ensuite mettre les cuisses de poulet et les faire revenir dans la poêle

Lorsque le poulet est bien doré, le retirer de la cocotte et remplacer par l’oignon (si nécessaire rajouter un peu d’huile d’olive).
Dès que les oignons commencent à être dorés, rajouter les cuisses de poulet, puis le mélange d’épices, le mélange tomates-citron.

Ensuite saler, poivrer.
Dès que cela bout, baisser le feu et laisser mijoter environ 45 minutes.

À vous de jouer.

Sofiane Moumni

Articles liés