Le 18 mai dernier, j’ai eu l’honneur d’être invitée à la cérémonie de remise de livres au collège Paul-Eluard, territoire de la cité éducative de Garges-lès-Gonesse. Le maire de la ville, Benoît Jimenez, était présent ainsi que d’autres personnalités du département.

Une parole de Monsieur le Maire m’a marquée « donner le goût de la lecture aux jeunes est important ». D’accord, les jeunes sont obligés de lire parce que les parents et les professeurs leur imposent mais cela ne suffit pas. Dans l’idéal, goûter à la lecture nous apprend à découvrir que l’autre nous enrichit personnellement. Connaître des périodes d’histoire qui ont façonné le pays devrait nous amener à vivre en citoyens responsables et aussi à rêver puis à développer notre capacité d’imagination. Quel que soit le contexte social avoir le goût de la lecture modifie notre vision du monde.

Goûter à la lecture nous apprend à découvrir que l’autre nous enrichit personnellement.

Quand je tiens un livre entre mes mains, j’ai l’impression de voir le monde sous mes yeux. Tout d’un coup un grand soulagement me submerge et j’oublie les problèmes humains. Je commence mon petit voyage à travers un livre en rencontrant des personnages extraordinaires qui m’apprennent à combattre la vie. Lire m’aide aussi à mieux comprendre l’autre malgré les différences.

« Lisez pour vous »

Lire c’est construire ses goûts : en lisant des livres de Guy de Maupassant, qui est devenu un de mes auteurs préférés,  j’ai commencé à me renseigner sur lui spontanément. Voilà le pouvoir de la lecture, c’est en lisant que je me suis bâti un mur imaginaire en classant mes auteurs préférés. Un livre est support de partage car après la lecture au milieu des personnes, en société on dit « ha lis ce livre, je te le conseille, c’est l’histoire d’une fille… », ou au milieu d’une discussion on dit « moi aussi je connais Victor Hugo, mais vous savez il n’était pas que poète, il était contre la peine de mort et défendait des causes comme la liberté… »

Je lis pour me connaître.

Un livre pour moi ça nous montre la beauté du monde. Je lis pour me connaître, pour savoir qui je suis et réfléchir et aussi pour apprendre des choses, pour naviguer en faisant le tour du monde. C’est ainsi que j’apprends la culture des autres cela m’a aidé à me déconfiner pendant le confinement. On n’est pas obligé de lire des choses qui nous plaisent car je pense qu’il faut lire aussi ce qu’on aime pas pour développer notre capacité de critique. Lire est un désir, une passion, un sport, un loisir, un moyen d’apprendre que l’échec fait partie de la vie et que tomber c’est savoir se relever.

Lisez pour vous, lisez pour l’avenir car lire c’est construire notre pensée et la pensée nous permet de résister comme Paul Eluard, Robert Desnos, Angela Davis… Et de créer notre univers.

Certain(e)s jeunes n’aiment pas lire parce qu’on ne leur dit pas : « lis ce que tu aimes », car pour donner le goût de la lecture à un jeune, il faut lui montrer que ce qu’il préfère se trouve dans un livre. Ce jeune sera passionné parce qu’il aime ce qu’il lit. Après un chemin s’ouvre devant lui, dans ce chemin il va commencer à prendre des livres variés sur d’autre sujets. Comme disait Marcel Proust «  la lecture est une amitié » je souhaite que le cœur de chaque jeune batte quand il voit un livre.

Rokia Sambake

Articles liés

  • Nos vies de moches

    #BestofBB D'où vient le sentiment d'être moche ? Comment s'accepter dans un monde où Instagram a pris le contrôle du miroir ? Des questions sensibles auxquelles Mara, une de nos plus jeunes contributrices a voulu répondre à sa manière.

    Par Mara Lutonadio
    Le 20/08/2021
  • La pièce montée, qui va la démonter ?

    #BestofBB Se marier en temps de Covid ? Très peu pour certains. Et pourtant, Ahmed Ait Ben Daoud a trouvé quelques avantages à le faire.

    Par Ahmed Ait Ben Daoud
    Le 19/08/2021
  • Capitaine Georges, Tonton Pernoud

    #BestofBB Georges Pernoud a été emporté par une longue maladie le 10 janvier 2021. Pendant 42 ans, il a officié en bon capitaine de l'émission Thalassa sur France 3. Souvent forcés à regarder par les parents le vendredi soir, beaucoup ont fini par être pris, le flot des vagues et les histoires de pêcheurs. Des banlieues à la campagne, l’univers de Georges Pernoud et le monde qu’il rencontrait, finissait être le nôtre, celui de toute la famille. Le BB lui rend hommage.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 18/08/2021