Les militants s’activent. Un certain Obama (prononcez comme ça s’écrit) a de grandes chances de devenir le nouveau président des Etats-Unis. Un « Black » à la « White house ». En attendant qu’Obama s’installe à Washington, la chiquissime avenue Georges V, à Paris, est en ébullition. Si,si ! Les nanas font flamber la carte bleue de leur nanard, mais ce n’est pas ça, l’événement. L’événement, ce lundi soir, à J-1 du vote américain, c’est au restaurant Findi que ça se passe. Arash Derambarsh, éditeur aux éditions du Cherche-Midi, l’historien et biographe François Durpaire et Samuel Solvit, président du comité de soutien français au candidat démocrate, ont rameuté la presse, ultime occasion de le faire avant l’élection de mardi.

La chaleur est suffocante dans le restau. Je manque m’évanouir. Un buffet me tient debout : jus d’orange, s’il vous plaît ! Elisabeth et John (pas McCain) portent un badge « Barack Obama ». Je joue les oiseaux de mauvais augure : « Nous sommes jeudi, leur dis-je. Barack Obama sur les télévisions du monde entier reconnaît sa défaite. McCain est élu président. » C’est à peine si les yeux d’Elisabeth ne sortent pas de leurs orbites. « Ah non, mais c’est un cauchemaaaar !!!! » Je plaisante, Madame. Elisabeth  avoue « préférer Hillary à Barack, mais bon ».

Le « Findi » est plein à craquer. Les nombreuses caméras virevoltent. C’est le grand bal des peoples. Tous ont répondu présent à l’invitation. Jeane Manson et le Golden Gate Quartet pointent leur minois. La fille adoptive de Jacques Chirac, Anh Dao Traxel, se montre avec Mohamed Dia, fondateur d’une célèbre marque de sport. Les organisateurs de la soirée, François Durpaire en tête, se relaient au micro. Ici, ce soir, « à un jour de la victoire de Barack Obama », grâce à « cette candidature historique », on veut « une réconciliation France-Etats Unis ». Jeane Manson le clame : « Obama, il veut le changement, plus de fraternité, moins de guerre et même partager les richesses. »

A la sortie de ce temple obamaniaque, Malys, Julia et Chloé tiennent la caméra. Les trois étudiantes bossent sur « le phénomène Obama » et doivent rendre un devoir filmé en anglais. Elles le disent : « Il ne gagnera pas. » C’est catégorique !

Mehdi Meklat

Lisez la suite de la polémique « Yamina Benguigui versus historiens »

Mehdi Meklat

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021