On m’avait pourtant prévenu. La claque était attendue. S’y préparer ne change rien a la violence du choc. Avant de m’envoler pour l’Inde, je caressais ce rêve : vous permettre derrière votre écran de voyager et partager mes découvertes. Mais à peine arrivé a l’aéroport, cette douce utopie journalistique s’envolait. Le fossé est trop grand. Tous les sens sont chamboulés. Sur la route qui relie l’aéroport a Delhi, ma vue et mon ouïe se sont retrouvées face a des situations qu’elles n’avaient jamais rencontrées. L’aube révélait les premières couleurs de la capitale indienne et offrait à mes yeux un aperçu de la forme que peut revêtir la pauvreté.

Ici des enfants, qui longent l’autoroute et aux pieds desquels s’amoncellent détritus et immondices en tout genre. Là, des hommes, gisant à même le sol, les vêtements en lambeaux, tellement déshumanisés qu’il est difficile de déterminer si la mort est déjà passée les prendre. Mais paradoxalement, ici, la misère est terriblement vivante. Bruyante même. Il suffit de traverser Chandi Chowk, « lieu du clair de lune » et l’une des artères les plus animées de la ville pour en prendre conscience. Incessamment, les klaxons répondent aux cris des colporteurs. On manque de s’y faire écraser a chaque seconde, le tout formant un espace ou le mot « vivre » prend tout son sens.

A ce bouillonnement continuel vient s’ajouter une odeur caractéristique. Là encore, aucune prouesse de mon stylo ne pourrait me la faire partager avec vous. Elle est de celle qui vous prend aux tripes. Pour ne plus vous lâcher. Où que vous alliez, elle est là. Pas désagréable d’ailleurs. Mais atrocement étouffante et bestiale, combinée à la chaleur ambiante, elle est  aussi accablante. Alors, d’une certaine manière, arriver à Delhi, c’est comme franchir les portes d’un nouveau monde. Un monde où il est nécessaire d’écouter ses sens. Et même de les préparer à aller de surprise en surprise. Voir, puis comprendre qu’une vie totalement différente de la nôtre se déroule sous nos yeux. Alors, seulement une fois ce chemin parcouru, j’ai appris a apprécier Delhi. Trop tard peut-être. Je dois déjà repartir vers d’autres horizons.

Hugo Nazarenko Sas, New Delhi

Articles liés

  • A Montréal, errance et identité autochtones

    A Montréal, il n’y a pas de quartier autochtone comme on aurait un Little Italy ou un Chinatown. Mais ceux que l’on appelle « les itinérants » c’est-à-dire les sans-abris dont bon nombre sont autochtones ont un parc où ils se retrouvent : le square Cabot. C'est dans ce lieu emblématique que différentes institutions tentent de répondre à leurs besoins en multipliant les initiatives culturelles et solidaires tout en faisant vivre l’identité autochtone.

    Par Meline Escrihuela
    Le 23/06/2022
  • Lisa Koperqualuk, figure du militantisme inuit au Canada

    Essayiste, militante pour les droits des Inuits, anthropologue, conservatrice dans un musée… Il serait difficile de décrire en quelques mots Lisa Koperqualuk. Cette femme inuite originaire du Nunavik (Nord du Québec) semble avoir déjà vécu mille vies et mené mille combats et représente un modèle de réussite pour sa communauté. Rencontre.

    Par Emeline Odi
    Le 21/06/2022
  • Bamako vu de Paris : le regard de la diaspora sur la junte au pouvoir

    Le Mali est au centre de l’actualité internationale. Accusations de crimes de guerre en lien avec les milices Wagner ; restrictions de la liberté de la presse ; fin de l’opération Barkhane, la junte militaire au pouvoir est largement décriée. Les injonctions de la communauté internationale afin que le pays organise des élections démocratiques se multiplient. Mais quel regard les Maliens de la diaspora, très présents en France, portent-ils sur les mutations politiques de leur pays ?

    Par Rémi Barbet
    Le 09/05/2022