Sandwich au salami et bananes : c’est l’heure de la pause pique-nique. Alors que ses enfants dévorent leur repas, l’élégante Aranza rigole : « On marche beaucoup, on fait pas mal de visites, alors j’espère qu’ils vont tenir le coup. En tout cas, jusqu’ici ils ont survécu ! » Pas toujours facile de voyager avec de jeunes enfants. Aranza et son compagnon Carlos en savent quelque chose : depuis la naissance de leur progéniture – Inhoa, 6 ans, et Ikea, 7 ans –, les deux baroudeurs ont dû ralentir le rythme.

« On continue de voyager en Europe, explique Carlos, parce que j’ai de la famille en Italie et Aranza a des proches en Suisse. » Cet été, la petite famille a donc quitté le Pays Basque espagnol pour deux semaines de vacances, direction les Pays-Bas, puis la Belgique et enfin Paris.

Une ville qui suscite des divergences au sein du couple. « J’adore Paris ! J’essaye déjà de convaincre mes enfant de venir y faire leurs études », s’enthousiasme Aranza dans un large sourire. Carlos ne partage pas son engouement. « On a quitté Madrid parce que la ville était trop grande, trop rapide. Et Paris est encore pire », estime-t-il. A 39 ans, ce père de famille à l’allure décontractée aspire désormais à une vie plus calme. Il y a sept ans, lui et sa compagne ont donc posé leurs valises dans un appartement de la banlieue de Bilbao, au nord de l’Espagne.

« Vous connaissez Bilbao ? » demande Aranza. Née dans la province basque il y a 40 ans, elle a été témoin de la renaissance urbaine de cette ville de 400 000 habitants. « Il y a quelques années c’était plein d’usines, se souvient-elle pendant que son fils s’amuse avec une pochette d’appareil photo. Aujourd’hui, ça a beaucoup changé : les services ont remplacé l’industrie. Il y a de plus en plus de tourisme, surtout depuis qu’ils ont construit le musée Guggenheim. »

Est-ce parce qu’elle a grandi dans une ville proche de la frontière française qu’Aranza semble si attachée à la France ? « A l’époque, mes parents ont appris le français comme deuxième langue. Moi, j’ai quelques notions, mais mes enfants ne le parlent pas du tout, regrette-t-elle. Je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas plus d’échanges entre Français et Espagnols, alors qu’on est dans une région frontalière. »

Une question qui ne s’est jamais posée pour Carlos, originaire de Murcia, dans la province du même nom, voisine de l’Andalousie. Après avoir grandi dans le sud méditerranéen, c’est à Madrid qu’il a atterri pour ses études d’informatique. C’est là, aussi, qu’il a rencontré Aranza, « il y a seize ou dix-sept ans ». Quelques secondes de flottement, un regard complice, puis des rires : « On ne se souvient jamais des dates », s’amusent Aranza et Carlos, qui avouent n’être « pas officiellement mariés ».

Ce qui ne les a pas empêchés de construire ensemble vie de famille et vie professionnelle. « Je travaille comme informaticien, confie Carlos. Et je suis depuis quatorze ans dans la même boîte, ce qui est plutôt rare dans ce secteur en Espagne. » Egalement informaticienne, Aranza a dû mettre sa carrière entre parenthèse. « Depuis que les enfants sont nés, je travaille à mi-temps, comme ça je peux m’occuper d’eux. C’est assez commun chez nous », explique-t-elle. Moins de voyages, moins de travail en entreprise : finalement, ralentir le rythme, ça a aussi du bon. Il n’y a qu’à voir le sourire d’Aranza.

Aurélia Blanc

Aurélia Blanc

Articles liés

  • GameStop : révolution des traders amateurs ou victoire illusoire ?

    C’est un vent de panique qui a soufflé sur Wall Street en ce début d’année lorsque des traders en herbe, inscrits sur un forum Reddit de conseils boursiers, se sont coordonnés pour faire échouer les plans de puissants fonds d’investissements concernant une franchise de vente de jeux-vidéos. Retour sur cette folle saga qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 04/03/2021
  • Une école francophone à Gaza pour l’avenir des Palestiniens

    À Rafah, au sud de Gaza, l’association Tabassam Gaza entreprend d’ouvrir une école francophone. Son président Waleed Aboudipaa, enseignant de français et humanitaire gazaoui tente de proposer une offre éducative aux écoliers de la ville dont la scolarité est menacée par la guerre avec Israël et la pauvreté qui en découle.

    Par Amina Lahmar
    Le 15/02/2021
  • « Sans le vouloir on contribue au génocide des Ouïghours »

    Les États-Unis, par le biais du secrétaire d'État sortant Mike Pompeo, ont accusé la Chine de "génocide" et de "crime contre l'humanité", à propos du traitement réservé à la minorité musulmane des Ouïghours, réduite en esclavage dans des camps et acculturée par le régime. Une accusation historique, dans une période où la cause de cette minorité a été plus que jamais médiatisée. Mais où en est-on dans la lutte pour la libération d'au moins un million de personnes ? Entretien avec Dilnur Reyhan, présidente de l'institut ouïghour d'Europe.

    Par Lila Abdelkader
    Le 22/01/2021